Suisse
Réfugiés

Alerte à la bombe à Glaubenberg: centre fédéral d'asile évacué

Alerte à la bombe: un centre fédéral d'asile évacué

Suite à une alerte à la bombe, le centre fédéral d'asile d'Obwald a été évacué, mais aucune bombe n'a été trouvée. Les résidents devraient revenir mardi après-midi.
27.02.2024, 11:1727.02.2024, 11:36
Plus de «Suisse»
Le centre fédéral d'asile du Glaubenberg (OW) a été entièrement évacué. (Image d'archive).
Le centre fédéral d'asile du Glaubenberg (OW) a été entièrement évacué. (Image d'archive).Image: keystone

Le centre fédéral d'asile du Glaubenberg (OW) a été entièrement évacué, lundi soir, après une alerte à la bombe. Aucun explosif n'a toutefois été trouvé jusqu'à mardi matin. Les 240 pensionnaires du centre devraient pouvoir y retourner dans l'après-midi.

L'alerte à la bombe est parvenue par écrit, lundi soir, au centre de requérants d'asile, indique le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM). La police obwaldienne a été alertée aussitôt. Elle a donné l'ordre d'évacuer les lieux en accord avec le SEM.

Durant plusieurs heures, la police a fouillé le cantonnement militaire du Glaubenberg, utilisé comme centre d'asile, avec des chiens détecteurs d'explosifs. A l'aube, aucun explosif n'avait été trouvé sur place. Selon le SEM, l'intervention policière devrait être achevée à la mi-journée.

Les 240 requérants s'asile concernés ont été transportés lundi soir en bus dans deux centres provisoires du SEM en Suisse centrale. A priori, ils pourront retourner au Glaubenberg dans le courant de l'après-midi.

On ignore qui a rédigé l'alerte à la bombe. Le SEM a déposé plainte. L'alerte a mobilisé les polices obwaldienne, nidwaldienne, lucernoise, zurichoise et bernoise. Les services de secours obwaldiens et les pompiers de Sarnen ont aussi été sollicités. (jah/ats)

Des Suisses développent une chatière reliée à l'IA
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les étranges méthodes d'avocats genevois au service de la Confédération
Une étude d'avocats genevoise a mené une enquête administrative sur mandat de la Confédération. Elle a parfois utilisé des méthodes surprenantes.

Le verdict de la Cour des plaintes du Tribunal pénal fédéral était clair: non, le Ministère public de la Confédération n'avait pas le droit d'autoriser l'étude d'avocats genevoise Oberson Abels à consulter les dossiers d'une enquête pénale. La décision est tombée en décembre dernier. L'étude ne constitue en effet pas une «autorité», comme l'exige le code de procédure pénale, et aucun intérêt suffisant n'avait été démontré pour l'accès à des dossiers par des tiers.

L’article