DE | FR

«N'allez pas dans les hautes herbes!»: 4 points sur les tiques, fléau parfois mortel

Presque aucune région de Suisse n'est épargnée: la population de ces vampires bourrés de maladies a explosé. Quels endroits sont à éviter? Quels sont les risques? Explications en quatre points.
07.04.2022, 09:0007.04.2022, 16:03
Suivez-moi

Le réchauffement climatique favorise l'expansion des tiques en Suisse, révèle une étude de la Caisse nationale suisse d'assurance en cas d'accidents (Suva). Selon elle, chaque année, 14 000 cas de piqûres de ces arachnides sont recensés. Et ce nombre est en augmentation.

L'aire d'implantation des tiques en Suisse a crû de 4000 km2 en dix ans, soit près de deux fois la superficie du canton de Saint-Gall. 👇

Jeudi 7 avril, Felix Ineichen, expert des tiques à la Suva, citant une étude réalisée par des chercheurs de Suisse romande, a précisé qu'en dix ans, tout s'était accéléré:

«La zone d'habitat propice aux tiques a augmenté de près de deux tiers entre 2009 et 2019»
Felix Ineichen, expert des tiques à la Suva

Pourquoi les tiques se sont multipliées?

La réponse est claire. Selon les experts, c'est le changement climatique qui est à l'origine de la multiplication et la diffusion du parasite, mais aussi des piqûres. Les conditions des zones comprises entre 500 et 1000 mètres d'altitude sont devenues plus favorables aux tiques, qui «s'y plaisent toujours davantage», précise Felix Ineichen. En parallèle, le nombre de piqûres de tiques est passé:

  • De 10 000 par année en moyenne entre 2012 et 2016.
  • A 14 000 entre 2017 et 2021.

Cela représente une hausse de 40% sur la période.

A noter que les conditions météorologiques ont un second effet pernicieux. En effet, elles influencent également la hausse des morsures, souligne la Suva. Pourquoi? Simplement parce que les tiques sont un peu comme les humains: si les températures sont en hausse, dès mars, elles sortent plus tôt de leur hibernation, comme nous autres. A noter que le pic des piqûres se situe habituellement entre mai et juin.

Pourquoi est-ce que les tiques sont dangereuses?

Déjà, il faut se rappeler que les tiques se nourrissent de sang. Elles se placent dans les sous-bois, sur les plantes et en bordure de chemin à l'affût d'un hôte. Chez l'être humain, leurs endroits de fixation de prédilection sont souvent le creux du genou et l'aine, ainsi que la tête chez les enfants.

Elles ressemblent à ça 👇

Les tiques passent par trois stades de développement: larve (six pattes), nymphe et adulte (tous deux avec huit pattes). A tous ces stades, elles ont besoin de sang pour survivre.
Les tiques passent par trois stades de développement: larve (six pattes), nymphe et adulte (tous deux avec huit pattes). A tous ces stades, elles ont besoin de sang pour survivre.source: Suva

Non contents de s'abreuver de notre sang, ces petits vampires peuvent transmettre des maladies infectieuses, comme la borréliose ou des méningites.

La borréliose

Il n'existe pas de vaccin contre la borréliose, appelée également maladie de Lyme. Elle peut cependant être traitée par des antibiotiques. Les experts précisent que «cette maladie est causée par une bactérie du type Borrelia burgdorferi. Selon les régions, 5% à 50% des tiques sont porteuses de cette bactérie».

Attention, si vous avez été infecté une fois par la maladie, vous n'êtes pas à l'abri de la contracter à nouveau. Alors, quels sont les stades et symptômes de la borréliose?

  • Trois à trente jours après la piqûre:
    Une rougeur cutanée, appelée érythème migrant, apparaît au niveau de la piqûre. Un anneau pâle se forme ensuite tout autour (comme sur cette image 👇). La piqûre peut également entraîner l’apparition de symptômes grippaux, qui disparaissent en quelques semaines (généralement moins d'un mois). Il faut attendre plusieurs mois pour que l’éruption cutanée se résorbe.
source: suva
  • Plusieurs semaines ou mois après la piqûre:
    C'est là que les choses peuvent se compliquer, car ces symptômes peuvent apparaître relativement longtemps après une piqûre. Dans ce genre de situation, on peut voir une apparition de lésions du système nerveux, «sous la forme de douleurs, de troubles sensoriels et de paralysies au niveau des bras et des jambes ainsi que de la tête. Des douleurs articulaires peuvent également apparaître. Il en résulte rarement des problèmes cardiaques», indique la Suva.
  • Plusieurs mois ou années après la piqûre:
    La surface de la peau s’amincit et prend une teinte violacée. Il est rare que le système nerveux et les articulations soient touchés par des lésions chroniques à ce stade.

La méningo-encéphalite

La méningo-encéphalite verno-estivale (MEVE) est la deuxième infection grave que peut transmettre la tique. L'évolution de la maladie peut être grave: des séquelles durables et des décès sont possibles. La Suva rappelle:

«Les antibiotiques sont inefficaces contre la méningo-encéphalite à tiques»
La Suva

Sur cette carte, on distingue les régions de Suisse où les tiques porteuses de ce mal sont présentes. On note les cas exceptionnels du Tessin et de Genève. 👇

Comment savoir si l'on est atteint (ou pas) par la méningo-encéphalite? La Suva décrit deux phases et leurs symptômes:

  1. Une à deux semaines après la piqûre
    Symptômes grippaux avec fièvre et maux de tête. Cette phase ne dure que quelques jours.
  2. Plusieurs semaines après la piqûre
    Chez 5 à 15% des personnes atteintes, on observe après quelques jours de guérison apparente, une inflammation du système nerveux avec de violents maux de tête et parfois des paralysies et des troubles de la conscience. Des séquelles durables et des décès sont possibles.

Notons que «le diagnostic est posé par une analyse du sang», rappelle la Suva. Dans le cas présent, contrairement à la borréliose, avoir attrapé le virus une première fois confère une immunité. L'autre bonne nouvelle? Il existe un vaccin contre la méningo-encéphalite à tiques.

Comment éviter de se faire piquer par des tiques?

Le plus simple est d'éviter les zones où elles se cachent à l'affût:

  • Lisières de forêts.
  • Bordures de chemins.
  • Fourrés.
  • Sous-bois.
  • Herbes hautes jusqu’à 1,5 mètre aux altitudes inférieures à 2000 mètres.

Vous l'aurez compris, vous ne risquez pas grand-chose si vous vivez en altitude. Pour les autres, porter des habits fermés couvrant la plus grande partie possible de la peau, de couleur claire est tout indiqué. En effet, les bestioles sont plus facilement visibles sur des habits clairs et peuvent être éliminées avant d’avoir piqué. Une autre petite astuce est d'appliquer un répulsif contre les tiques sur la peau et les habits et, bien sûr, être particulièrement vigilant au printemps et en automne.

Comment réagir si l'on se fait mordre?

Il se peut que malgré toutes les précautions prises, une tique pénètre votre chair pour se délecter de votre sang. Il y a de bons réflexes à avoir dans ce cas-là.

Pour empêcher la transmission de maladies, «une ablation rapide de la tique contribue à prévenir l’infection», indique la Suva. Et la réaction doit être rapide. En effet, le risque de transmission de l’agent de la borréliose s’accroît avec la durée de la piqûre.

Il faut donc retirer l'animal le plus vite possible. Pour ce faire, il faut saisir la tique le plus près possible de la peau avec une pince à épiler ou une pincette spéciale (conseillé, on les trouve en pharmacie) et l’extraire verticalement. Il est important de désinfecter ensuite la plaie. Il est toujours indiqué de demander conseil à un professionnel pour l'extraction, comme votre pharmacien par exemple.

Encore quelques petites astuces pratiques 👇

On le sait peu, mais selon la jurisprudence, la piqûre de tique constitue un accident. S’il existe une couverture par une assurance-accidents, il faut avertir celle-ci en cas de piqûre de tique nécessitant une consultation médicale.

Petit conseil pour finir: «Après un séjour dans un lieu fréquenté par les tiques, examiner sans retard, dans tous les cas le jour même, la peau (et les habits) pour rechercher les tiques et les éliminer immédiatement», précise la Suva. Les tiques piquent fréquemment le creux des genoux, les aines et les aisselles et, chez les enfants, le cuir chevelu. En cas de symptômes, il faut consulter un médecin. (jah/ats)

Dans l'actu: «un complot!» Comment la TV russe parle du massacre de Boutcha

Plus d'articles sur la Suisse

Affaire Credit Suisse: c'est quoi cette loi qui muselle les médias?

Link zum Artikel

Etes-vous incollable sur le patrimoine culinaire suisse?

Link zum Artikel

Le football suisse boycotte à son tour les équipes russes

Link zum Artikel

La Suisse, ce faux pays de riches

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Porté disparu depuis vendredi, son cadavre est retrouvé à Bienne
Des passants ont retrouvé un cadavre, samedi en fin de journée, au bord de la Suze à Bienne. L'homme décédé, âgé de 54 ans, était porté disparu depuis vendredi.

Selon les premiers éléments de l'enquête, la mort serait due à un problème de santé ou à un accident. Alertées par les passants, les forces de sauvetage n’ont toutefois pu que constater le décès du quinquagénaire, indique la police cantonale bernoise dimanche dans un communiqué.

L’article