DE | FR
Covid, vaccin

Image: Shutterstock/DR

«On entend très peu la majorité silencieuse qui fait confiance au vaccin»

A sa propre surprise, l'humoriste Marc Donnet-Monay a fait le buzz avec un message Facebook invitant les vaccinés à décrire les effets secondaires ressentis et à dire ce qu'ils en pensent aujourd'hui. Mais est-ce vraiment son rôle? Interview.



«Pfizer, 1ère dose : Petite douleur au point d'injection, bras engourdi, fatigue pendant 36h. 2e dose : Aucun effet secondaire. Content de l'avoir fait.» Voilà ce que l'humoriste Marc Donnet-Monay confie sur sa vaccination dans un message publié mardi après-midi sur Facebook et récoltant déjà près de 500 commentaires (presque tous positifs). Le but de sa démarche? Faire parler la majorité silencieuse que l'on entend très peu sur les réseaux sociaux, selon lui.

Avec votre post Facebook, vous comptez vous faire embaucher par l'OFSP pour promouvoir le vaccin?
Marc Donnet-Monay: Mais j'espère! Le métier de comédien est plutôt difficile en ce moment donc cela doit être mieux payé. J'attends leur proposition...

«Cela n'aide pas le débat que les complotistes se fassent traiter de crétins et les vaccinés de moutons»

Vous donnez votre avis et 500 personnes sont d'accord avec vous. C'est grisant, non?
Tant mieux mais ce n'est pas une question d'être d'accord avec moi ou pas. Dans ma formulation, j'ai essayé de faire attention à n'être agressif envers personne. Et puis j'ai été malin, je n'ai demandé l'avis que des vaccinés: Les antivax qui se font vacciner, c'est assez rare (rires). Bon, il y a quand même quelques commentaires agressifs, dont un que j'ai supprimé parce que c'était vraiment trop. Mais qui sait, avec votre article, je vais peut-être recevoir des menaces de mort… (rires)

«Sur les réseaux sociaux, les anti-vaccins monopolisent l'attention. Cela doit être plus attractif de râler»

Dans votre message, vous invitez aussi vos amis comédiens et musiciens à s'exprimer. Est-ce que c'est votre rôle, en tant qu'artistes?
Vaste débat... Non, ce n'est pas notre rôle, notre rôle, c'est de faire des spectacles. Mais les artistes sont des citoyens comme les autres, parfois on a quand même envie de dire des choses sérieusement. Moi, je le fais très rarement. Le plus important, c'est d'être sincère. Nous traversons une crise majeure et, face à toute cette désinformation, je trouvais qu'il fallait prendre position.

Vous pensez vraiment qu'un post Facebook peut suffire à convaincre quelqu'un de se faire vacciner?
Je n'en sais rien. Je pense que les vrais réfractaires au vaccin, eux ne le feront jamais. Mais il y a aussi une catégorie qui est hésitante parce qu'elle a peur des effets secondaires. C’est eux qui peuvent éventuellement être influencés. Il ne s'agit pas de convaincre quelqu'un ou pas, juste qu’on entende le témoignage de ceux qui l’ont fait. Pour une fois que je dis quelque chose, je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait 500 réponses. Cela prouve peut-être que ça a touché juste. On entend très peu la majorité silencieuse, qui fait confiance à la médecine et qui n’est pas sensible à la désinformation de certains gourous qui, pour moi, sont dangereux.

Après les intempéries, la vie «normale» reprend à la Neuveville (BE)

1 / 13
Après les intempéries, la vie «normale» reprend à la Neuveville (BE)
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Le Covid long existe-t-il vraiment?

Plus d'articles sur le vaccin

La Suisse devra-t-elle imposer la vaccination sans le dire?

Link zum Artikel

Pourquoi l'initiative contre la vaccination obligatoire va aboutir

Link zum Artikel

Le statut vaccinal, c'est le nouveau critère des rencontres en ligne

Link zum Artikel

Cher OFSP, soyez plus cohérent et ne jouez plus avec nos nerfs

Link zum Artikel

Une véritable épidémie de cas contact inquiète le Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, le nombre de personnes en isolement explose, à tel point que certains magasins doivent fermer leurs portes à cause du manque de personnel. Une «épidémie dans l'épidémie», qui a désormais un nom: le «pingdemic».

Lundi, le Royaume-Uni a célébré son «Jour de la liberté», en levant la quasi-totalité des restrictions sanitaires. Mais la situation est loin d'être positive dans le pays confronté à une hausse des cas due au variant Delta.

Ces derniers jours, un nouveau phénomène, appelé «pingdemic» par les médias anglais, est venu compliquer les choses.

L'expression «pingdemic» est un mot-valise composé des termes, selon Ouest-France:

L'application en question, c'est celle des services de santé britanniques. …

Lire l’article
Link zum Artikel