DE | FR
30<sup>e </sup>édition de la Fête fédérale de jodler. Brigue, 25 juin 2017.
30e édition de la Fête fédérale de jodler. Brigue, 25 juin 2017.image: keystone

Vers une fusion bilingue en Valais? Un projet réaliste, mais sensible

Les autorités des districts de Sierre (francophone) et de Loèche (germanophone) travaillent à un rapprochement, aussi bien politique que culturel. Un sondage conforte leurs vues. Le préfet sierrois Jean-Marc Viaccoz s'est confié à watson.
29.12.2021, 17:5930.12.2021, 12:39

Y avait-il date moins indiquée pour rendre public un sondage portant sur un sujet délicat: les rapports entre des voisins de langues différentes? C’est ce mercredi 29 décembre, dans le no man’s land temporel des fêtes de fin d’année, qu’ont été dévoilés les résultats d’une enquête commandée par les districts valaisans de Sierre (francophone) et de Loèche (germanophone).

Géographiquement collées l'une à l'autre, les deux entités administratives souhaitent renforcer leur bilinguisme pour une meilleure coopération. A cet effet, elles ont demandé leur avis aux habitants des 22 communes concernées*. Lancée début octobre, l'étude a été confiée au Forum du bilinguisme, basé à Bienne (BE).

Les résultats comblent les attentes des autorités préfectorales des deux districts, les commanditaires du sondage. Une majorité des sondés juge la deuxième langue officielle (l’allemand ou le français selon les cas) comme «très importante à indispensable» dans les secteurs de la santé (60%), de la formation (68%) et du tourisme (plus de 70%), détaille Virginie Borel, directrice du Forum du bilinguisme de Bienne, interrogée par l’agence de presse Keystone-ATS.

Pratique...

Deux aspects ressortent de cette enquête: l’un, pratique, l’autre, culturel. Pour le côté pratique, il s’agit surtout d’avoir accès à des services offrant un accueil et une prise en charge dans les deux langues:

  • 84% des personnes interrogées veulent être soignées et médicalement suivies dans leur langue.
  • 90% des sondés estiment que les offices de tourisme et les sites touristiques devraient systématiquement proposer leurs offres au minimum en français et en allemand.

...et culture

Ensuite, sur un plan plus culturel ou identitaire:

  • 73% des sondés des deux districts semblent vouloir développer une sorte de communauté de destin en lieu en place de l’actuelle vie «côte à côte».
  • 66% estiment que les autorités devraient offrir la possibilité de suivre un enseignement facultatif bilingue à tous les niveaux de la scolarité obligatoire.

Affaire sensible

Derrière les déclarations d’intention, l’affaire reste sensible. Vouloir plus de services dans les deux langues, plébisciter un enseignement bilingue (facultatif), ne veut pas dire renoncer à sa langue, le français ou l’allemand, en l’occurrence le dialecte haut-valaisan.

Il n’empêche, les résultats du sondage plaident pour une sortie du statu quo. Ce dont se félicite le préfet du district de Sierre, Jean-Marc Viaccoz, approché par watson – son homologue du district de Sierre, Edi Kuonen, est injoignable en cette période de fêtes.

«Notre volonté est de créer une seule région administrative réunissant les districts de Sierre, 50 000 habitants, et de Loèche, 12 000 habitants»
Jean-Marc Viaccoz, préfet du district de Sierre

Problème: l’Assemblée constituante, chargée de réviser la constitution valaisanne, n’a pas prévu de modifier les frontières infracantonales. Mais ses travaux ne sont pas terminés...

L’argument du bilinguisme sert aussi une vision politique: «Unies, les régions de Sierre et de Loèche pèseraient davantage au niveau cantonal», affirme Jean-Marc Viaccoz. Si on fait le calcul, ensemble, les députations des deux régions compteraient près de 50 représentants sur 130 au Grand Conseil.

«Et puis, malgré nos langues différentes, nous avons plus d’affinités culturelles avec le Haut-Valais, notre voisin immédiat, qu’avec le Bas-Valais le plus excentré, celui du Chablais, où de nombreux Vaudois sont venus s’établir.»
Jean-Marc Viaccoz, préfet du district de Sierre

Pas une priorité pour tous

Il faudra y aller un pas après l’autre. «Les présidents de communes des deux districts ne font pas de ce projet de rapprochement une priorité, ils ont d’autres problèmes à régler», constate le préfet du district de Sierre.

Dans l’immédiat, Jean-Marc Viaccoz propose de conclure des «pactes d’amitié renforcée» entre communes francophones et germanophones des régions de Sierre et de Loèche. Cinq pour commencer. Il s’agirait notamment de développer la pratique des échanges scolaires afin de permettre aux enfants de se familiariser tôt avec la langue de l’autre. Ce n’est pas qu’il n’y ait rien de ce côté-là – sept classes du district de Sierre entretiennent des liens avec les communes de Loèche et Zermatt – mais il conviendrait de passer à présent à la vitesse supérieure.

La famille du préfet du district de Sierre montre en quelque sorte l’exemple:

«J’ai une fille qui a connu un Suisse allemand lors d’un match de hockey. La famille vit maintenant dans le Haut-Valais et mes petits-enfants parlent les deux langues»
Jean-Marc Viaccoz, préfet du district de Sierre

Bonnes volontés et bons sentiments peuvent cacher des écueils. A éviter dans le cadre de ce projet de mariage. Le district de Sierre, bien plus peuplé, ne doit pas donner l’impression de vouloir annexer celui de Loèche. Quant au district de Loèche, il ne doit pas passer pour un profiteur en se greffant à celui de Sierre. En un mot: l'intérêt, oui, l'opportunisme, non. (Avec Keystone-ATS)

*Enquête réalisée à partir de 787 questionnaires remplis, sur une représentation hommes-femmes à parité et sur une population adulte issue de toutes les tranches d'âge de 26 à 65 ans, elles-mêmes issues des 22 communes composant les districts de Sierre et de Loèche, avec 56% de francophones et 40% de germanophones.

Comment le tunnel Fehmarn Belt sera construit?

Plus d'articles sur les cantons

Mosanto doit des millions de francs au canton de Vaud

Link zum Artikel

Malgré leurs vertus, les vélos en ville ont créé de nouveaux problèmes

Link zum Artikel

L'équipe de Geneva Futsal accuse les autorités de la laisser à la rue

Link zum Artikel

Après deux ans sans festin de cochonnaille, le Jura a fait sa fête au porc

Link zum Artikel
La Confédération veut investir 12 milliards pour soigner nos routes
Rien que pour entretenir le réseau routier national, la Suisse a besoin de huit milliards de francs. A cela s'ajoutent des investissements de quatre milliards. Où va cet argent? On vous résume tout.

Régulièrement, le Conseil fédéral élabore les budgets nécessaires au bon fonctionnement des routes nationales dont il a la charge. Ce mercredi, Simonetta Sommaruga, la ministre socialiste en charge des Transports, est venue présenter la facture du Conseil fédéral: douze milliards.

L’article