DE | FR

Elèves perturbés avant les examens par la série d'alertes à la bombe

[Editor's note: photo mise-en-scene] Detail view a police officer of the cantonal police of Vaud who installs a protective strip saying

Image: KEYSTONE

Après dix fausses alertes à la bombe, le Département vaudois de l'instruction publique dit son agacement et son inquiétude. Il rappelle que les élèves sont les premières victimes.



«Aujourd'hui l'agacement et l'inquiétude dominent. J'aimerais dire mon soutien d'abord aux élèves qui sont les premières victimes, c'est eux qui subissent le préjudice dans une période déjà compliquée par le Covid et on arrive en phase d'examens... C'est grave, irresponsable et inadmissible», a déclaré la cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) Cesla Amarelle.

Rattrapage en dehors des cours

A l'Ecole commerciale et professionnelle de Lausanne (EPCL) qui a vécu cinq fois déjà ces événements, des discussions ont lieu depuis lundi dans chaque classe avec l'ensemble des élèves qui ont tous reçu un courrier. Des appuis et des rattrapages pour les cours manqués sont mis sur pied en dehors des heures de cours, en essayant de ne pas «surcharger» les élèves qui doivent les suivre.

Les efforts se concentrent sur les élèves en année d'examen, ceux qui ont manqué des cours les vendredis et qui ont été les plus impactés, relève le DFJC.

Pour les autres lieux de formation touchés, le canton travaille en étroite collaboration avec la police. Une plainte pénale est déposée à chaque fausse alerte. Du soutien est apporté aux personnes (élèves, collaboratrices ou collaborateurs) qui en font la demande.

(ats)

Plus d'articles «Actu»

Un parc éolien va pouvoir pousser en terres vaudoises, une première

Link zum Artikel

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile dès cet été

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel

Les 6 questions posées par le duel Rochebin/Le Temps

Link zum Artikel
Thèmes

Quatre suspects identifiés et placés en détention suite aux alertes à la bombe

La police vaudoise a mis la main sur quatre suspects dans l'affaire des alertes à la bombe, qui secoue des établissements scolaires du canton, depuis janvier.

Tous les suspects ont été placés en détention provisoire, précise-t-elle.

Il s’agit de jeunes adultes, qui fréquentent ces établissements, âgés de 18 à 23 ans, dont deux femmes, une Suissesse et une Croate, et deux hommes, un Suisse et un Chilien, indique la police cantonale. Ils sont tous domiciliés dans la région lausannoise et sont pour l'heure au bénéfice de la présomption d'innocence.

Ces quatre arrestations concernent les fausses alertes à la bombe, commises au gymnase de Renens, le 12 …

Lire l’article
Link zum Artikel