DE | FR

Vidéo

En Suisse, mon patron peut-il me forcer à me vacciner?

En Suisse, mon patron peut-il me forcer à me vacciner?

Facebook et Google ont annoncé la semaine dernière que leurs employés devront être vaccinés pour venir travailler. Un scénario envisageable en Suisse?



Un employeur peut-il obliger ses employés à se faire vacciner ou pire, les licencier s'ils refusent de le faire? D'après Rémy Wyler, professeur de droit du travail à l'Université de Lausanne et avocat spécialisé, il faut peser les intérêts.

D'un côté, ceux du travailleur et de sa liberté personnelle qui comprend le choix de la vaccination. De l'autre, les exigences de l'employeur qui dans ce cas seraient objectivement justifiées.

«Si le choix de ne pas se faire vacciner entraine des complications importantes ou durables pour l’exécution du travail, le licenciement sera admissible. Dans les autres cas, il sera abusif»

Rémy Wyler, Professeur en droit du travail, UNIL

Explications avec Rémy Wyler en vidéo.

Vidéo: watson

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Vidéo

«On n'a pas choisi de ne plus travailler, on est abandonnés par l'Etat»

A l'image de beaucoup de petites entreprises, l'école de danse Sals'addictos fait face à de graves difficultés financières depuis le début de la pandémie. Entre interdiction de travailler, loyers impayés, menaces d'expulsion et poursuites, sa responsable dénonce l'injustice de la situation.

«Il faut que les gens le sachent, c'est grave ce qui est en train de se passer». Responsable de l'école de danse Sals'addictos à Echandens (VD), Nelly a mis de côté la honte pour dénoncer l'injustice de sa situation et de toutes les petites entreprises, «dommages collatéraux» de la pandémie.

Sur les huit derniers mois, l'école de danse, fermée à cause des mesures sanitaires, a perdu près de 80% de son chiffre d'affaires et accumule les loyers impayés. Elle risque donc l'expulsion début …

Lire l’article
Link zum Artikel