DE | FR

8 choses à savoir sur l’initiative «anti-burqa»

Le texte interdit non seulement certaines tenues religieuses, mais aussi la dissimulation du visage (avec une cagoule, par exemple) lors de grands événements ou des manifestations.

Image: Shutterstock

Dimanche, le peuple et les cantons décident s’il est nécessaire d’inscrire dans la Constitution une interdiction de se dissimuler le visage. On vous présente les huit éléments à connaître.



Que demande l’initiative?

L’initiative nommée «Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage» exige d’inscrire dans la Constitution l’interdiction de cacher son visage sur l’ensemble de l’espace public et dans tous les lieux accessibles au public (rue, stades, restaurants, commerces, bâtiments publics, etc.).

Le texte de l’initiative

Texte de l’initiative pour l’interdiction de se dissimuler le visage ou initiative anti-burqa, lancée par le comité d’Egerkinger

Image: www.bk.admin.ch

Le texte interdit non seulement certaines tenues religieuses, mais aussi la dissimulation du visage (avec une cagoule, par exemple) lors de grands événements ou des manifestations. De telles interdictions existent déjà dans de nombreux cantons.

L'initiative prévoit des exceptions: se dissimuler le visage reste autorisé dans les lieux sacrés (églises, mosquées, synagogues, etc.), ainsi que pour des raisons sanitaires (avec un masque) ou climatiques. De plus, le texte autorise de se cacher le visage si c’est en lien avec des coutumes locales (carnavals), ou pour des raisons sécuritaires (casque).

Qui est derrière le texte?

L'initiative a été lancée par le comité d'Egerkingen. Proche de l’UDC et qualifié d’islamophobe, il a été fondé en 2006. Sur son site internet, il explique qu’il organise «la résistance contre les revendications de pouvoir de l'islam politique en Suisse».

Son fait d’armes, et pas des moindres: l’initiative sur les minarets, acceptée par le peuple (57%) et les cantons en 2009 après une campagne houleuse, faite d’affiches «choc». A l’époque, dans le comité d'initiative, on retrouvait notamment les UDC Oskar Freysinger (VS) et Ulrich Schlüer (ZH), un des pères du comité d’Egerkingen.

Bien que le texte ne l’évoque pas, les motivations islamophobes de l’initiative sont clairement affichées. Preuve en est le slogan «Stop à l’extrémisme», placé à côté d’une femme portant un niqab.

Que propose le contre-projet?

Si le peuple vote uniquement sur l’initiative, le Conseil fédéral et le Parlement ont élaboré un contre-projet indirect. Il entrera en vigueur si l’initiative est rejetée ou retirée. En substance, le contre-projet propose de créer une loi fédérale qui oblige de montrer son visage aux représentants d’une autorité si ceux-ci en ont besoin pour vérifier une identité. Une amende est prévue en cas de non-respect de cette injonction.

Le Parlement a par ailleurs complété le contre-projet par des amendements qui exigent l'égalité entre femmes et hommes et une amélioration de la situation des femmes.

Dans la proposition du Conseil fédéral et du Parlement, il n'y a pas d'interdiction explicite de dissimuler son visage dans l’espace public. Pour le Conseil fédéral, le droit actuel punit déjà celui qui contraint une femme à se couvrir le visage.

Est-ce une initiative sur la burqa?

Non, pas vraiment. Quand nous parlons de burqa, il s’agit d’être précis. Souvent, on pense à ça:

Asma, Touristin aus Riad, Saudi-Arabien, mit Niqab, sitzt in einem Restaurant, am Sonntag, 9. Oktober 2016, in Interlaken. (KEYSTONE/Peter Klaunzer)

Voici Asma, un touriste de Riad, en Arabie-Saoudite, sur la terrasse d’un restaurant d’Interlaken. Image: KEYSTONE

Or, ce n’est pas une burqa, mais un niqab. Les yeux sont bien visibles alors qu’avec une burqa, ceux-ci sont entièrement voilés et cachés derrière un tissu, un filet ou une grille.

Dans les débats, on entend pourtant souvent parler de l’initiative «anti-burqa». Le texte ne souhaite par ailleurs pas l’interdiction du foulard: les hijabs, tchadors et autres vêtements religieux qui ne couvrent pas le visage ne sont pas visés par l'initiative.

Pour éviter les confusions…

1 / 6
Quelques exemples de voile islamique
source: keystone / peter klaunzer
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Autre élément qui n’a rien à voir avec la burqa: en exigeant une interdiction générale de se dissimuler le visage, les initiants s’attaquent aussi au port de tout habit (religieux ou non) qui cache le visage. On pense ici à ceux qui se cachent le visage lors de manifestations politiques ou sportives.

Selon l’interprétation, le port d’un masque «Anonymous» serait interdit si l’initiative est acceptée.

Des militants d'Anonymous for the Voiceless contre l'exploitation animale protestent lors de l'action

Cette pratique, vue à Lausanne, pourrait être interdite. Image: KEYSTONE

N’existe-t-il pas déjà des interdictions similaires dans les cantons?

Oui. A l’heure actuelle, la Confédération n’a pas la base légale pour introduire à l’échelle nationale une interdiction de se dissimuler le visage. Certains cantons l’ont toutefois créée de leur côté.

De Genève à Thurgovie, il existe une série de lois qui interdisent de se masquer le visage lors de manifestations ou d’événements sportifs.

Seuls les cantons de Saint-Gall et du Tessin ont créé une «véritable» interdiction de se dissimuler le visage. Dans les deux cas, c’est le peuple qui l’avait décidée en votation.

La carte des cantons qui interdisent la dissimulation du visage.

www.admin.ch

Quels sont les arguments pour ou contre l’initiative?

Trois arguments du comité d’initiative

Die SVP-Nationalraete Oskar Freysinger (VS) und Walter Wobmann (SO), sowie Giorgio Ghiringhelli und Roland Haldimann vom Initiativ-Komitee, von links, sprechen anlaesslich der Lancierung der Volksinitiative

Lors du lancement de l’initiative en 2015. Image: KEYSTONE

Trois arguments contre le texte

Nationalrat Nicolo Paganini, die Mitte SG, Staenderat Hans Stoeckli, SP BE, Nationalraetin Tiana Angelina Moser, GLP ZH, Staenderaetin Lisa Mazzone, Gruene-GE und Staenderat Andrea Caroni, FDP-AR, von links, vom Komitee Nein zu staatlichen Kleidervorschriften aeussern sich an einer Medienkonferenz zur Abstimmung zum Verhuellungsverbot, am Dienstag, 9. Februar 2021, in Bern. (KEYSTONE/Peter Schneider)

Mardi 9 février, Andrea Caroni, membre du Parti libéral-radical partageait son point de vue sur l'Initiative à Berne. Image: KEYSTONE

Qui est pour? Qui est contre?

Que disent les sondages?

Le débat d’Infrarouge sur l’initiative

Emission «Infrarouge» du 10 Février 2021 sur RTS 1. Vidéo: RTS

Plus d'articles d’Actu

L'UDC et le PLR se clashent sur Twitter au sujet des restrictions

Link zum Artikel

Des centaines d'opposants aux mesures sanitaires ont manifesté à Altdorf

Link zum Artikel

La recherche néglige la santé des femmes

Link zum Artikel

L'hélico de la Nasa ne peut pas (encore) voler sur Mars

Link zum Artikel

Les cantons renvoient la patate chaude de la burqa à la Confédération

Président de la Conférence des directeurs cantonaux de justice et police, le Saint-Gallois Fredy Fässler mobilise les cantons pour obliger la Confédération à légiférer sur l'interdiction du voile intégral dans l'espace public.

«Le peuple suisse a voté. Il ne faut plus tergiverser.» Dans la peau de l’exécuteur de la votation interdisant le niqab et autres cagoules dans l’espace public: le conseiller d’Etat saint-gallois, Fredy Fässler. «Une loi fédérale, la même pour tous les cantons», insiste-t-il auprès de watson. «Et non pas vingt-six lois cantonales, ce ne serait pas conforme à l’idée que nous nous faisons de la mise en œuvre d’un vote national», ajoute-t-il.

Joint ce vendredi par téléphone, le chef du …

Lire l’article
Link zum Artikel