DE | FR

Pourquoi ces missiles américains livrés en Ukraine font peur à Moscou

Les missiles occidentaux sont transportés par avion jusqu'à la frontière ukrainienne et acheminés par voie terrestre.
Les missiles occidentaux sont transportés par avion jusqu'à la frontière ukrainienne et acheminés par voie terrestre.Image: sda
Les Occidentaux ont envoyé en Ukraine des armes pour une valeur de plusieurs centaines des millions d'euros. Deux d'entre elles, les lance-missiles Stinger et Javelin, se révèlent particulièrement efficaces.
08.03.2022, 10:5130.03.2022, 10:18
Suivez-moi

Les images de civils en train de préparer des cocktails Molotov pour se défendre des troupes russes ont fait le tour du monde. Elles peuvent laisser penser que l'armée ukrainienne, réduite en miettes, ne peut désormais compter que sur quelques bouteilles remplies d'essence pour s'opposer aux tanks et aux avions de Moscou.

Image: sda

Ce n'est pas le cas. Si les autorités ont effectivement recommandé à la population de confectionner des cocktails Molotov, l'armée ukrainienne vient de recevoir des armes occidentales d'une valeur totale de plus de 770 millions d'euros.

C'était ce qu'une vingtaine de pays avaient promis quelques jours après le début de l'invasion russe, et c'est désormais chose faite. Les Etats-Unis ont déjà livré plus de deux tiers de l'équipement prévu qui, transporté par avion jusqu'à la frontière ukrainienne, est ensuite acheminé par voie terrestre.

Parmi la multitude d'armes envoyées, deux sortent nettement du lot: devenues symboles de résistances, elles sont particulièrement redoutées par les soldats russes. Il s'agit des lance-missiles Stinger et Javelin.

«Tire et oublie»

Comment expliquer une telle réputation? Essentiellement à cause des deux caractéristiques: leur redoutable efficacité et leur praticité. Les deux armes sont en effet portables à dos d'homme et peuvent être utilisées n'importe où.

FIM-92 Stinger

Développé aux Etats-Unis dans les années 1970, le Stinger est un tube de 15 kilos environ long de 1,5 mètre:

Image: The U.S. National Archives and Records Administration

Il s'agit d'une arme «imparable pour les forces adverses», affirme le général Jérôme Pellistrandi sur BFMTV. Et pour cause.

  • Le Stinger a un taux de réussite de 95%. C'est donc extrêmement fiable.
  • Il est aussi très autonome: il suffit de le tirer pour qu'il se charge tout seul de toucher sa cible.
  • Les capteurs du système de guidage exploitent les émissions électromagnétiques des hélicoptères et des avions pour les poursuivre, les atteindre et les frapper.

C'est ce qu'on appelle un missile «tire et oublie» («fire and forget» en anglais). Aucun avion ou hélicoptère ne lui résiste, comme le montre clairement cette vidéo, tournée par un journaliste ukrainien et vérifiée par l'AFP. On y voit un hélicoptère russe détruit en plein vol par un Stinger:

Vidéo: watson

FGM-148 Javelin

Egalement de construction américaine, le Javelin est développé dans les années 1980. Le tube de lancement fait 1,2 mètre de long, pour un poids total d'environ 12 kilos.

Image: Keystone

Tout comme le Stinger, le Javelin est un missile de type «tire et oublie», avec un verrouillage de la cible avant la mise à feu, et d'un autoguidage infrarouge, selon le site spécialisé Techno-science.net. Il peut effectuer deux types d'attaque:

  • Attaque par le dessus contre les véhicules blindés. Une fois lancé, le missile monte à 150 mètres et retombe sur son objectif à la verticale, permettant une pénétration dévastatrice sur les cibles ennemies.
  • Attaque directe à l'horizontale, contre les fortifications, les bâtiments ou les hélicoptères. Dans ce cas de figure, le missile s'élève jusqu'à 50 mètres pendant le vol.

Le Javelin s'est montré très efficace contre les troupes russes et a permis de détruire près de 60 chars, 88 aéronefs et plus de 355 véhicules ennemis. C'est du moins ce que soutiennent les autorités ukrainiennes, une affirmation qu'il faut donc prendre avec des pincettes.

Reste que, comme l'écrit le Midi Libre, cela suscite un élan d'espoir dans le peuple ukrainien. A tel point que le missile a été érigé en symbole de résistance face à Moscou. Une caricature qui circule sur les réseaux le montre en saint patron, dans un style d'icône orthodoxe:

«Saint Javelin»

Image: twitter

Moscou s'inquiète

Au-delà de la bataille des chiffres, une chose est sûre: la Russie n'apprécie pas les livraisons occidentales. Le ministère russe des Affaires étrangères a appelé samedi les pays de l'Union européenne et de l'Otan à «cesser de fournir des armes à l'Ukraine».

Selon le ministre, Moscou était particulièrement préoccupé par le fait que «des missiles anti-aériens portables Stinger pourraient se retrouver entre les mains de terroristes».

La guerre en Ukraine en images

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

En Ukraine, voici comment les civils affrontent les soldats russes

Plus d'éclairages sur ce qui se passe en Ukraine:

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Pas facile d'être russe en Suisse: «Je n’ose même plus dire le mot russe»

Link zum Artikel

L'objectif de Poutine en Ukraine? Etendre sa sphère d'influence

Link zum Artikel

Pourquoi personne ne peut se passer de l'Ukraine économiquement

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Il ne faut pas humilier Poutine, il faut le ridiculiser
Ce qui se joue en Ukraine est une guerre de civilisation que l'Occident et l'Europe ne peuvent se permettre de perdre. Pour cela, il faudra raisonner le maître du Kremlin, par la force si nécessaire.

J'ignore s'il serait bon ou pas d'humilier la Russie. Ce que je tiens pour certain par contre, c'est que la guerre menée en Ukraine par son armée n'a aucune espèce de justification. Aucune. C'est une guerre rétrograde, imbécile au possible où, animé d'un désir de grandeur, d'un besoin quasi obsessionnel de restaurer un empire autrefois glorieux, on en vient à envahir une nation souveraine et indépendante.

L’article