DE | FR

La nouvelle définition suisse du viol, jugée «trop légère»?

Certaines politiciennes jugent le projet de loi sur les violences sexuelles pas assez poussé et d'autres craignent qu'il viole la présomption d'innocence.
Certaines politiciennes jugent le projet de loi sur les violences sexuelles pas assez poussé et d'autres craignent qu'il viole la présomption d'innocence.Image: Shutterstock
Aujourd'hui, dans la loi suisse, un viol n'est passible de un à dix ans de prison qu'à partir du moment où il y a eu un «recours à la menace, à la violence ou à des pressions psychiques». Or, pour plusieurs politiciennes suisses, la réalité du viol dépasse très souvent ces situations.
10.05.2021, 16:1510.05.2021, 17:09

En Suisse, 22% des femmes ont déjà subi des actes sexuels non consentis. Un constat déploré par Amnesty International Suisse qui a remis au Conseil fédéral, en 2019, une pétition munie de 35 000 signatures pour demander que les relations sexuelles non consenties soient punies comme des viols.

Le projet de la Commission des affaires juridiques du Conseil des Etats (CAJ) propose des adaptations liées à la notion de consentement. Il prévoit d'étendre la protection des personnes majeures et compte créer une nouvelle disposition à la notion du viol, soit l'«atteinte sexuelle».

L'idée est de protéger la volonté des adultes qui ne sont pas consentants et qui subissent un acte sexuel sans recours à la force. Cette infraction serait classée comme un délit (et non un crime) et donc passible d'une peine privative de liberté de trois ans au maximum.
Commission des affaires juridiques du Conseil des Etats

D'un côté, la peine infligée «trop légère»

Pour l'organisation de défense des droits de l'homme, la Suisse ne remplirait toujours pas les normes internationales et estime qu'en l'état:

  • Le projet crée une sorte de «faux viol», passible d'une peine nettement plus légère. La définition du viol devrait alors, selon l'organisation, être fondée sur l'absence de consentement plutôt que sur la contrainte uniquement.
  • Les femmes du PS, des Verts et du PVL demandent également la redéfinition du viol, à savoir que: «Tout acte sexuel sans consentement doit être reconnu comme un viol, indépendamment du genre et du corps de la personne concernée».

Une juriste, membre du Collectif de la Grève féministe explique pourquoi le projet de loi sur le viol dérange👇

Vidéo: watson

De l'autre, la présomption d'innocence bafouée

Côté UDC, les femmes du parti soutiennent globalement le projet. Selon elles, cela permettra de sanctionner de manière mesurée des agressions graves qui ne peuvent pas être punies par le droit actuel. Mais pour l'UDC, il ne faut pas que la nouvelle disposition conduise à un renversement du fardeau de la preuve et à une violation de la présomption d'innocence.

Le PLR et le Centre n'ont pas réagi jusqu'à lundi après-midi. Quant à la Conférence des directrices et directeurs des départements cantonaux de justice et police, elle s'est abstenue de prendre position. (ats/mndl)

Et vous? Que pensez-vous du projet de loi sur le viol?

Lundi 10 mai, plus de 300 blessés dans des affrontements à Jérusalem

1 / 15
Les affrontements en Israël
source: ap / khalil hamra
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

D'autres articles sur les femmes

Les 10 priorités de la Suisse pour lutter contre la violence domestique

Link zum Artikel

L’Equateur dépénalise l'avortement en cas de viol

Link zum Artikel

Féminicide en Suisse: il prend perpèt' pour avoir assassiné son épouse

Link zum Artikel

Les pays dans lesquels le corps des femmes ne leur appartient pas

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Morges ouvre le deuxième foyer vaudois accueillant des femmes battues
Il s'agit de la deuxième structure de ce type dans le canton de Vaud. Son ouverture doit permettre de désengorger le Centre Malley Prairie (CMP) à Lausanne.

Un centre d'accueil destiné aux femmes victimes de violences domestiques a été officiellement inauguré lundi à Morges (VD).

L’article