DE | FR
Le chef de l'Etat islamique a été tué dans la région d'Idleb (photo).
Le chef de l'Etat islamique a été tué dans la région d'Idleb (photo).image: keystone

Le chef de l'Etat islamique est mort dans une opération américaine en Syrie

Le dirigeant du groupe djihadiste Etat islamique (EI) Abou Ibrahim al-Hachimi al-Qourachi a été tué lors d'une opération américaine dans le Nord de la Syrie, a annoncé Joe Biden jeudi.
03.02.2022, 16:0803.02.2022, 17:19

Plus de deux ans après l'élimination de son prédécesseur, l'armée américaine a «éliminé du champ de bataille» le dirigeant de l'EI lors d'une opération dans le nord-ouest de la Syrie, a annoncé jeudi le président Joe Biden à Washington.

Selon un haut responsable de la Maison Blanche, le chef de l'EI est mort dans une explosion qu'il a lui-même causée. «Au début de l'opération, [Abou Ibrahim al-Hachimi al-Qourachi] a fait exploser une bombe qui l'a tué ainsi que des membres de sa propre famille dont des femmes et des enfants.»

Qui était le chef de l'EI?
Fin octobre 2019, Abou Ibrahim al-Hachimi al-Qourachi avait succédé fin à la tête de l'Etat islamique à Abou Bakr al-Baghdadi, tué dans un raid américain dans la région d'Idleb, contrôlée en grande partie par les djihadistes et les rebelles au régime du président syrien Bashar al-Assad.
Surnommé «le professeur» ou le «destructeur», al-Qourachi, de son vrai nom Amir Mohammed Saïd Abdel Rahman al-Mawla, a entre autres présidé au massacre de la minorité kurdophone des Yézidis.

L'Etat islamique est responsable de nombreuses exactions et attentats au Moyen-Orient et dans plusieurs pays occidentaux. Son dernier chef en date, al-Qourachi, désormais mort, n'avait été formellement identifié qu'après plusieurs mois par les services secrets irakiens et américains. Washington avait promis une récompense de 10 millions de dollars pour toute information aidant à le trouver.

Déroulé des opérations

D'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les militaires américains ont atterri en hélicoptère près de camps de déplacés de la localité d'Atmé, une région de la province d'Idleb, et des affrontements ont ensuite éclaté.

Treize personnes ont été tuées, dont quatre femmes et trois enfants, a indiqué l'ONG sans aucune précision sur les victimes. Tous les soldats américains sont sains et saufs, a pour sa part ajouté Joe Biden en indiquant qu'il s'adresserait au peuple américain plus tard dans la journée.

Selon l'AFP à Atmé, l'opération qui l'a éliminé visait un bâtiment de deux étages dans une zone entourée d'arbres. Une partie du bâtiment a été détruite et le sol des pièces était couvert de sang. Des habitants ont indiqué avoir entendu le bruit des hélicoptères, puis des «explosions».

Avec les Kurdes

Dans un enregistrement audio attribué aux forces américaines et ayant circulé parmi la population, une personne parlant en arabe demande aux femmes et aux enfants d'évacuer les maisons dans la zone visée.

Les hélicoptères américains ont décollé d'une base militaire dans la ville syrienne à majorité kurde de Kobani (nord) et des membres des forces spéciales des Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les Kurdes et formées par les Etats-Unis, ont participé à l'opération, d'après l'OSDH.

Avant l'annonce américaine, Farhad Shami, le porte-parole des FDS, a déclaré sur Twitter que l'opération avait «visé les terroristes internationaux les plus dangereux».

Djihadistes cachés

Selon des experts, des camps de déplacés surpeuplés de la région d'Atmé, située dans le nord de la province d'Idleb, servent de base aux chefs jihadistes qui s'y cachent.

Une grande partie de la province d'Idleb ainsi que des secteurs des provinces voisines de Hama, d'Alep et de Lattaquié sont dominés par Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda. Des groupes rebelles et d'autres factions djihadistes y sont également présents.

Ces factions ont déjà été la cible principalement de raids aériens du régime syrien, de son allié russe, mais aussi de la coalition internationale anti-djihadistes dirigée par les Etats-Unis et des forces spéciales américaines.

14 jours après l'assaut de l'EI contre une prison

Néanmoins les opérations héliportées restent très rares en Syrie, où des troupes américaines sont déployées dans le cadre de la coalition anti-djihadistes. L'opération de jeudi est intervenue après la fin d'un assaut lancé le 20 janvier par l'EI contre une prison tenue par les FDS, dans la région de Hassaké (nord-est).

Cet assaut a été la plus importante offensive du groupe jihadiste depuis sa défaite territoriale en Syrie en 2019 face aux FDS aidées par la coalition internationale. L'attaque de la prison et les combats ayant suivi, ont fait 373 morts, dont 268 djihadistes, 98 membres des forces kurdes et sept civils selon l'OSDH.

L'EI a été chassé de ses fiefs en Syrie et en Irak. Toutefois, il continue de mener des attaques dans ces deux pays voisins à travers des cellules dormantes. (am/ats)

Joe Biden se fait insulter en direct via une expression codée

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

La Russie ne paye plus ses dettes, est-elle ruinée? Explications

Link zum Artikel

Ces stars réagissent à la révocation du droit à l'avortement par la Cour suprême

Link zum Artikel

De plus en plus de pédophiles achètent des viols d'enfants sur Internet

Link zum Artikel

Terrorisme islamiste et mercenaires russes: que se passe-t-il au Mali?

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un membre de l'EI a été reconnu coupable de plusieurs meurtres d'otages
Le jury de ce procès devant un tribunal fédéral n'a mis que 12 heures pour le déclarer coupable des huit charges qui pesaient contre lui.

El Shafee el-Sheikh, membre de la sinistre cellule des «Beatles» au sein du groupe Etat islamique (EI) a été reconnu coupable jeudi par un tribunal américain d'avoir joué un rôle dans l'enlèvement et la mort de quatre otages américains en Syrie entre 2012 et 2015.

L’article