DE | FR
Bild

Image: Keystone/shutterstock

Pour comprendre

Accusée de corruption, Aung San Suu Kyi risque (encore) la prison

L'histoire semble se répéter pour l'ex-dirigeante birmane, accusée de corruption par la junte militaire au pouvoir depuis le coup d'Etat du 1er février.



Le 24 mars, Aung San Suu Kyi va comparaître à nouveau devant la justice. Selon la junte birmane, qui l'accuse de corruption, elle aurait touché 550 000 dollars de pots-de-vin d'un homme d'affaires.

Ce n'est que le dernier chapitre d'une longue carrière politique, souvent très difficile. On peut même dire que la privation de la liberté fait partie de son engagement. On rembobine:

Les débuts

La vraie carrière politique d'Aung San Suu Kyi démarre en 1988, lorsqu'elle rentre en Birmanie après un long exil au Royaume-Uni. A cet époque, une junte militaire contrôle le pays.

Carte de la Birmanie

Image: Datawrapper

Inspirée par la philosophie non violente de Gandhi, elle fonde la Ligue nationale pour la démocratie (LND) et s'engage en ce sens dans le pays. L'aventure est de courte durée: le 20 juillet 1989, elle est arrêtée les militaires et assignée à résidence. Libérée six ans plus tard, elle est à nouveau assignée à résidence en 2003. Elle y restera jusqu'à 2010.

Les années au pouvoir

Elle obtient son premier mandat officiel en 2012, lorsqu'elle est élue députée. L'année suivante, elle annonce son intention de se présenter à l'élection présidentielle de 2015. Petit problème: la constitution ne le lui permet pas, car elle est mariée avec un étranger.

Aung San Suu Kyi

1 / 8
Aung San Suu Kyi
source: epa / david van der veen
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Pour contourner l'obstacle, elle devient une sorte de «super-ministre», en cumulant autant de pouvoirs qu’elle peut le faire. Pour cette raison, elle est considérée comme la dirigeante de la Birmanie de facto. Dans les faits, elle partage le pouvoir avec l'armée.

Le Nobel et les critiques

Son engagement politique en a fait une icône de la démocratie et lui a valu le prix Nobel de la Paix, en 1991. Cette image a été ternie pas la crise des Rohingyas. En 2017, 750 000 membres de cette minorité musulmane doivent fuir les exactions de l'armée birmane et se réfugient dans des camps au Bangladesh, un drame qui vaudra à la Birmanie d'être accusée de «génocide» devant la Cour internationale de justice.

Le coup d'Etat

Le premier février 2021, le pays vit son quatrième coup d'Etat en 63 ans. Pour Aung San Suu Kyi, l'histoire semble se répéter. Arrêtée par les militaires, elle est assignée à résidence dans la capitale Naypyidaw.

Depuis, elle a été inculpée à quatre reprises: pour importation illégale de talkies-walkies, non respect des restrictions liées au coronavirus, violation d'une loi sur les télécommunications et incitation aux troubles publics.

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Aung San Suu Kyi accusée d'avoir importé... des talkies-walkies

La justice birmane a inculpé l'ex-dirigeante pour plusieurs infractions, pour le moins extravagantes.

L'ex-dirigeante birmane Aung San Suu Kyi comparaît, ce lundi, devant la justice. Alors que le pays sombre dans la répression, elle a été poursuivie pour avoir violé une loi sur les télécommunications et pour «incitation aux troubles publics».

Elle était déjà inculpée pour avoir importé illégalement des talkies-walkies et pour ne pas avoir respecté des restrictions liées au coronavirus. Ces motifs sont jugés extravagants pour les observateurs internationaux.

Arrêtée lors du coup d'Etat du premier …

Lire l’article
Link zum Artikel