DE | FR

La répression sanglante s'intensifie en Birmanie

Image: sda
Au moins 18 personnes ont été tuées en Birmanie. Un des bilans journaliers les plus lourds, depuis la prise du pouvoir par la junte militaire.
15.03.2021, 09:4715.03.2021, 11:31

A Hlaing Tharyar, dans la banlieue de la capitale économique Rangoun, des policiers et des soldats ont affronté des manifestants armés de bâtons et de couteaux. Selon un groupe de surveillance qui vérifie les arrestations et les décès, le bilan actuel serait le plus élevé, depuis le coup d'Etat le 1er février.

Une médecin a même déclaré: «Je peux confirmer que 15 personnes sont mortes», ajoutant qu'elle avait traité une cinquantaine de blessés et qu'elle s'attendait à ce que le nombre de morts augmente.

Suite à ces affrontements, la télévision d'Etat a annoncé que la junte au pouvoir avait décrété la loi martiale dimanche soir dans deux communes de l'agglomération de Rangoun, Hlaing Tharyar et Shwepyitha.

Une loi martiale, c'est quoi?

La loi martiale est l'instauration du maintien de l'ordre par l'armée, à la place de la police ou en collaboration avec celle-ci.
«C'est le moment le plus sombre de la nation et la lumière de l'aube est proche» selon l'ancien président du Parlement birman.
«C'est le moment le plus sombre de la nation et la lumière de l'aube est proche» selon l'ancien président du Parlement birman.Image: sda

L'émissaire de l'ONU pour la Birmanie a dénoncé «le bain de sang» en cours dans ce pays. «La communauté internationale, et notamment les acteurs régionaux, doivent s'unir en solidarité avec le peuple birman et ses aspirations démocratiques», a-t-elle ajouté. (ats/jch)

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Procès du 13-Novembre: «Les victimes ne voulaient du mal à personne»
Le procès des attentats du 13-Novembre 2015 s'est poursuivi ce lundi, avec la prise de parole des avocats des familles des victimes. Une plaidorie collective qui a pris une forme totalement inédite.

«Nous allons donc vous présenter autre chose, une autre forme de plaidoirie, inédite, à laquelle ont participé une centaine d'avocats»: les mots de maître Frédérique Giffard, avocat indépendant, face à la cour d'assises spéciale de Paris, ce lundi.

L’article