DE | FR
epa09043367 Myanmar people living in Thailand, with a picture of Myanmar democracy icon Aung San Suu Kyi, gather for a demonstration to protest against the Myanmar military coup, in city of Bangkok, Thailand, 28 February 2021. Myanmar people in Thailand gathered to protests against a military coup in Myanmar . EPA/NARONG SANGNAK

Aung San Suu Kyi comparaît, ce lundi, devant la justice. Image: EPA

Aung San Suu Kyi accusée d'avoir importé... des talkies-walkies

La justice birmane a inculpé l'ex-dirigeante pour plusieurs infractions, pour le moins extravagantes.



L'ex-dirigeante birmane Aung San Suu Kyi comparaît, ce lundi, devant la justice. Alors que le pays sombre dans la répression, elle a été poursuivie pour avoir violé une loi sur les télécommunications et pour «incitation aux troubles publics».

Elle était déjà inculpée pour avoir importé illégalement des talkies-walkies et pour ne pas avoir respecté des restrictions liées au coronavirus. Ces motifs sont jugés extravagants pour les observateurs internationaux.

Audience en vidéoconférence

Arrêtée lors du coup d'Etat du premier février, Aung San Suu Kyi a été, depuis, tenue au secret par la junte militaire. Elle a participé à l'audience en vidéoconférence.

Selon son avocat, qui la voyait pour la première fois depuis son arrestation, elle semble «en bonne santé». Une prochaine audience est prévue le 15 mars. (ats)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Ces pays qui «volent» la pluie

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La Birmanie vit sa journée la plus meurtrière depuis le coup d'Etat

Dimanche, la police birmane a ouvert le feu sur une centaine de manifestants pro-démocratiques. 18 personnes sont décédées.

Les forces de l'ordre usent de méthodes de plus en plus meurtrières pour contrer les manifestations pro-démocratiques. Dimanche, la Birmanie est marquée par au moins 18 morts. Un bilan que le pays n'avait pas connu depuis le coup d'Etat le 1er février.

Quatre personnes ont péri et une vingtaine d'autres ont été blessées dans la ville côtière de Dawei, située dans le sud du pays. Un secouriste volontaire a expliqué que les trois victimes avaient été «touchées par des tirs à balles …

Lire l’article
Link zum Artikel