DE | FR
Sur twitter, cette Afghane condamne la tenue vestimentaire exigée par les talibans en montrant un vêtement traditionnel des femmes en Afghanistan.
Sur twitter, cette Afghane condamne la tenue vestimentaire exigée par les talibans en montrant un vêtement traditionnel des femmes en Afghanistan.
Image: Twitter/Sofiea Sakhi

«Ne touche pas à mes habits», les Afghanes rejettent le code vestimentaire des talibans

Les Afghanes ont lancé une campagne mondiale sur les réseaux sociaux. Elles protestent contre le code vestimentaire imposé aux étudiantes par les talibans.
16.09.2021, 12:3316.09.2021, 16:49
fanny graf

La résistance des femmes afghanes continue. Alors qu'elles descendent dans les rues de Kaboul pour revendiquer sans relâche leurs droits menacés par la politique des talibans, leur combat se déplace sur les réseaux sociaux. Depuis lundi, des Afghanes du monde entier publient à l'aide de l’hashtag #DoNotTouchMyClothes (Ne touche pas à mes vêtements) et #AfghanistanCulture des photos d'elles en habits traditionnels, soulignant la richesse de leur culture.

Le but de cette campagne: Protester contre l'imposition du code vestimentaire chez les étudiantes qui sont aujourd'hui obligées de porter une abaya noire, assortie d'un niqab couvrant le visage et laissant seulement apparaître les yeux.

Sauver la culture afghane

Cette prise de position fait suite à une réunion organisée le week-end dernier par le régime comme le rapporte le média Tolo: «Samedi, lors d'un rassemblement à Kaboul, un certain nombre d'étudiantes d'universités et madrassas (réd: écoles coraniques) ont annoncé soutenir le gouvernement taliban et la séparation des classes en fonction du sexe». 👇

Sur le tweet précédant, on peut voir les femmes en niqabs et burqas noires superposées qui couvrent leur corps et leur visage. Certaines portent même des gants noirs.

Ces images «sombres» ont donc déclenché l'envie d'autres Afghanes de riposter et montrer leur vision de la culture de leur pays avec leurs tenues traditionnelles colorées, arborant des motifs complexes, des broderies et de la verrerie 👇.

Un tweet aura suffi pour lancer la campagne

Mais comment cette protestation en ligne a-t-elle commencé? Par un tweet du dr Bahar Jalali. C'est une ancienne professeure d'histoire à l'Université américaine d'Afghanistan, qui a également lancé le premier programme d'études sur le genre en Afghanistan. Elle a confié à France24 la raison de ce choix:

«J'ai posté une photo de moi portant des vêtements traditionnels afghans et j'ai encouragé d'autres Afghanes dans le monde à faire de même, car je sais que les images sont très puissantes. Beaucoup de gens ont participé, ce qui, je pense, témoigne de l'urgence de ce qui se passe en Afghanistan. La prise du pouvoir par les talibans est une attaque contre notre identité nationale.»

Dans un autre post, elle a partagé une photo d'elle adolescente portant «une autre robe traditionnelle afghane provenant d'une autre région de l'Afghanistan. Nous ne laisserons pas notre culture être appropriée par ceux qui veulent nous effacer».

A la suite de sa prise de parole, de nombreuses femmes afghanes dans le monde entier ont suivi la mobilisation sur les tenues vestimentaires 👇.

Et, certains Afghans aussi soutiennent le mouvement

Le père de la militante pour la paix, Malala, Ziauddin Yousafzai a, lui aussi, tweeté sur la situation. A l'instar de sa fille qui avait aussi exprimée son inquiétude pour les femmes, il attaque le régime en place:

«Vous ne pouvez pas trouver ce code vestimentaire dans n'importe quelle partie du monde. Ce n'est ni islamique ni afghan. C'est une culture fantôme qui transforme les femmes en une non-entité. Point final.»

Même discours pour cet Afghan: «Ma femme portant une tenue traditionnelle afghane à Bamyan. C'est la culture afghane et c'est ainsi que les femmes afghanes s'habillent.»

De la mini-jupe à la burqa, découvrez en images les femmes en Afghanistan au fil des années👇

1 / 13
De la mini-jupe à la burqa - les femmes en Afghanistan
source: laurence brun /gamma-rapho via getty images
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

En suisse, les femmes s'organisent pour défendre leurs droits. watson était à la deuxième session des femmes👇

Plus d'articles sur l'Afghanistan

Le président de l'Afghanistan a quitté le pays

Link zum Artikel

Les talibans contrôlent l'Afghanistan, des Suisses évacués

Link zum Artikel

4 points pour comprendre qui sont les talibans

Link zum Artikel

Suite à la défaite afghane, Trump appelle Biden à la démission

Link zum Artikel

Les Talibans multiplient les conquêtes et marchent sur Kaboul

Link zum Artikel

Joe Biden choisit une date symbolique pour retirer ses troupes d'Afghanistan

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les talibans s'engagent à coopérer avec l'ONU pour l'aide humanitaire

La moitié des 38 millions d'habitants Afghans ont besoin d'aide humanitaire, et le pays était déjà fortement dépendant de celle-ci, avant l'arrivée des Talibans.

Les talibans se sont engagés, dimanche, à garantir la sécurité des travailleurs humanitaires et l'accès de l'aide en Afghanistan, lors d'une rencontre avec le responsable des affaires humanitaires de l'ONU (Organisation des Nations Unies).

Le Britannique Martin Griffiths, secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires, était dimanche à Kaboul pour plusieurs jours d'entretiens avec les dirigeants talibans, alors que le pays est menacé par une crise humanitaire à grande échelle.

Lire l’article
Link zum Artikel