DE | FR
Bild

La France s’échauffe et ça fait les affaires de Marine Le Pen

Depuis plusieurs semaines, les actes de violence sont tout aussi fréquents que barbares en France, où les électeurs du Rassemblement national se font désormais entendre en nombre sur Twitter.



Policière poignardée à Nantes, jeune garçon attaqué à coups de marteau à Orléans, livreur passé à tabac à Cergy (Ile de France)... Ce ne sont que les exemples les plus récents de faits divers qui inquiètent l’opinion publique et déclenchent une véritable remise en question du système judiciaire français depuis plusieurs jours. Mais tout le monde n’est pas perdant face à l’explosion des incivilités et de la violence urbaine dans l’Hexagone.

Ce mardi soir, le hashtag #JeVoteRN est en tête des tweets, avec plus de 15 000 mentions. Le parti de Marine Le Pen, qui n’a jamais été au pouvoir, apparaît pour certains comme la seule solution à l’échec des politiques de la Ve République sur le plan de l’insécurité.

Petit florilège:

A eux, on ne la fait pas:

(ade)

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Sous-marins: le constructeur français enverra une facture à l'Australie

Qualifié de contrat du siècle en France, le gouvernement australien va devoir sortir son porte-monnaie pour avoir annulé une commande de douze sous-marins.

Le groupe industriel français Naval Group va remettre «dans quelques semaines» à l'Australie une «proposition détaillée et chiffrée» des «coûts» après la rupture du contrat pour la construction de douze sous-marins. Le montant total du contrat s'élevait à 50 milliards de dollars australiens (33,5 milliards de francs).

Naval Group avait été sélectionné en 2016 par Canberra pour fournir douze sous-marins à propulsion conventionnelle, dérivés des sous-marins nucléaires français Barracuda, …

Lire l’article
Link zum Artikel