DE | FR
Djihad jihad Tribunal pénal fédéral procès Genève genevois hommes terrorisme Daech Etat islamique

Image: Shutterstock

Deux Genevois risquent cinq ans de prison pour djihadisme

Face au Tribunal pénal fédéral, deux hommes comparaissent pour avoir voulu rejoindre Daech, tout en soutenant financièrement l'organisation Etat islamique.



Le dernier jour du procès a lieu ce mercredi au Tribunal fédéral pénal de Bellinzone (TI). Deux hommes, fréquentant un groupe de jeunes radicalisés autour de la mosquée du Petit Saconnex (GE), sont accusés d'avoir tenté de rejoindre Daech en 2015 et d'avoir partagé la propagande du groupe Etat islamique (EI).

Arrêtés en Turquie

Les deux genevois se seraient rencontrés entre 2014 et 2015, basculant peu à peu vers l'idéologie djihadiste. Commençant par des entrainements au tir, ils se sont ensuite rendus en Turquie. Ils ont séjourné là-bas pendant plusieurs mois, soutenus par le réseau clandestin de l'EI, jusqu'à ce qu'ils soient arrêtés.

Ils risquent jusqu'à cinq ans d'emprisonnement

Pendant le procès, les juges vont beaucoup s'intéresser à la radicalisation progressive des deux hommes, à Genève. Ils chercheront également à comprendre pourquoi les deux amis ont voulu rejoindre le groupe Etat islamique en Syrie et ce qu'ils ont fait précisément en Turquie avant leur arrestation. Ils risquent jusqu'à cinq ans de prison, mais ils devraient écoper de peines avec sursis. (jch)

Le sommet Biden-Poutine à Genève

1 / 22
Le sommet Biden-Poutine à Genève
source: sda / saul loeb
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Aung San Suu Kyi comparaît en personne devant la justice en Birmanie

Pour la première fois depuis le coup d'Etat du 1er février, l'ex-dirigeante birmane Aung San Suu Kyi a comparu lundi en personne devant un tribunal.

L'ancienne cheffe de facto du gouvernement civil, qui n'avait jusqu'à présent comparu que par visioconférence, a été autorisée à s'entretenir directement avec l'équipe chargée de sa défense.

Avant l'audience, Aung San Suu Kyi (75 ans) a «affirmé que son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND) existera tant que le peuple existera, car elle a été fondée pour le peuple».

La junte menace de dissoudre la LND, qui a remporté massivement les élections législatives de 2020, alléguant de …

Lire l’article
Link zum Artikel