DE | FR
Image: sda

Le déconfinement rend les Britanniques accros au shopping

Depuis la réouverture des magasins non alimentaires au Royaume-Uni, les ventes d’habits virevoltent dans tous les sens. Les chiffres, eux, s’embrasent.
21.05.2021, 12:2421.05.2021, 17:28

À la suite des assouplissements sanitaires et plus particulièrement à la réouverture des commerces dits non essentiels au Royaume-Uni, les ventes de détail ont flambé avec une augmentation de 9,2% sur un mois, plus précisément, en avril. La hausse de ce chiffre se manifeste considérablement dans le secteur du prêt-à-porter.

A cette allure, l’étendue des ventes se révèle être 11% plus importante à celle de février 2020, juste avant l’assaut du Covid. Alors que les magasins non alimentaires avaient été contraints de fermer de la fin décembre au 12 avril, ils sont parvenus à faire remonter les chiffres.

Le milieu vestimentaire voit ses chiffres s’affoler avec une majoration de 69% des ventes. Selon Paul Dales, de Capial Economis, ce taux «époustouflant» témoigne d’un certain engouement des Britanniques pour les vêtements. «Après avoir stagné 40-50% sous leur niveau d’avant la pandémie pendant le dernier confinement, en un coup de baguette magique les ventes de vêtements sont remontées à juste 0,3% sous ce sommet».

Si les commerces se frottent les mains, les ventes en ligne, elles, grimacent. Avec l’empressement des consommateurs dans les magasins, l’e-commerce affiche une baisse de ses chiffres dans tous les secteurs.

Par la levée de certaines restrictions, les économistes espèrent que les Britanniques dépensent leurs économies, accumulées pendant le confinement, dans les milieux les plus touchés par la crise sanitaire, et ce, dans les prochaines semaines, afin d’assurer une reprise de taille. (lch/ats)

La Grève pour l'Avenir en images

1 / 18
La Grève pour l'Avenir, en images
source: sda / anthony anex
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Copin comme cochon: les chiens

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cash, carte, Twint: les habitudes de paiement des Suisses ont changé
Les pièces et billets sortent de moins en moins du porte-monnaie suisse. Les principaux moyens de paiement sont désormais les cartes de débit et de crédit. Twint est déjà pressenti comme «le grand gagnant».

Bon nombre d'habitudes ont été interrompues par la pandémie de Covid. Parmi celles-ci, l'utilisation de l'argent liquide. Alors que la crise sanitaire semble désormais derrière nous, la tendance financière, elle, se poursuit. C'est en tout cas ce que montre Moneyland dans son étude sur les moyens de paiement publiée mardi. D'après les recherches du comparateur financier, le nombre de Suisses ne pouvant pas se passer d'argent liquide a basculé de 34% à 30% l'année dernière.

L’article