DE | FR
People queue to enter a Nike Town shop on Oxford Street in London, early Monday morning, April 12, 2021. Millions of people in England will get their first chance in months for haircuts, casual shopping and restaurant meals on Monday, as the government takes the next step on its lockdown-lifting road map. (AP Photo/Kirsty Wigglesworth)

Image: sda

Le déconfinement rend les Britanniques accros au shopping

Depuis la réouverture des magasins non alimentaires au Royaume-Uni, les ventes d’habits virevoltent dans tous les sens. Les chiffres, eux, s’embrasent.



À la suite des assouplissements sanitaires et plus particulièrement à la réouverture des commerces dits non essentiels au Royaume-Uni, les ventes de détail ont flambé avec une augmentation de 9,2% sur un mois, plus précisément, en avril. La hausse de ce chiffre se manifeste considérablement dans le secteur du prêt-à-porter.

A cette allure, l’étendue des ventes se révèle être 11% plus importante à celle de février 2020, juste avant l’assaut du Covid. Alors que les magasins non alimentaires avaient été contraints de fermer de la fin décembre au 12 avril, ils sont parvenus à faire remonter les chiffres.

Le milieu vestimentaire voit ses chiffres s’affoler avec une majoration de 69% des ventes. Selon Paul Dales, de Capial Economis, ce taux «époustouflant» témoigne d’un certain engouement des Britanniques pour les vêtements. «Après avoir stagné 40-50% sous leur niveau d’avant la pandémie pendant le dernier confinement, en un coup de baguette magique les ventes de vêtements sont remontées à juste 0,3% sous ce sommet».

Si les commerces se frottent les mains, les ventes en ligne, elles, grimacent. Avec l’empressement des consommateurs dans les magasins, l’e-commerce affiche une baisse de ses chiffres dans tous les secteurs.

Par la levée de certaines restrictions, les économistes espèrent que les Britanniques dépensent leurs économies, accumulées pendant le confinement, dans les milieux les plus touchés par la crise sanitaire, et ce, dans les prochaines semaines, afin d’assurer une reprise de taille. (lch/ats)

La Grève pour l'Avenir en images

1 / 18
La Grève pour l'Avenir, en images
source: sda / anthony anex
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Copin comme cochon: les chiens

Plus d'articles sur le thème «Economie»

Les loyers reculent partout... sauf en Suisse romande et à Zurich

Link zum Artikel

H&M licencie un millier de personnes en Espagne

Link zum Artikel

L'économie mondiale se relance plus vite que prévu

Link zum Artikel

C'est quoi exactement cette délicate réforme de l'AVS?

Link zum Artikel

Dans le mariage, chacun gagne à payer sa part d'impôts

Link zum Artikel

Amateurs de poissons, méfiez-vous des arnaques!

Link zum Artikel

Le groupe de Zara et Bershka ne vend plus et perd 70% de bénéfices

Link zum Artikel

Lego touche le jackpot grâce aux confinements

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

«Pour les petits commerces, la vraie catastrophe, c'est maintenant»

Les restaurants rouvrent, les mesures anti-covid s'assouplissent et la vie reprend. Pourtant, pour les petits commerces, l'avenir n'est pas rose. Pour ceux qui ont survécu à la pandémie, l'été sera décisif: gagner de l'argent, beaucoup d'argent.

Avec l'intérieur des restaurants qui rouvrent, c'est un pas de plus vers le retour à une vie dite «normale». Les assouplissements du Conseil fédéral font donc le bonheur des bistrots, mais aussi des petits commerçants qui vont retrouver des centres-villes animés et dynamiques. Pourtant, tout n'est pas rose pour eux:

Fondateur de Remicom, entreprise spécialisée dans la vente de commerce en Suisse, Olivier Nimis souligne pourtant que la situation n'est pas encore dramatique. «La vraie …

Lire l’article
Link zum Artikel