DE | FR
Méfie-toi de l'eau qui dort, comme dirait l'autre. L'esprit conquérant d'Elon Musk n'est jamais avare de ses efforts.
Méfie-toi de l'eau qui dort, comme dirait l'autre. L'esprit conquérant d'Elon Musk n'est jamais avare de ses efforts.Image: sda

Elon Musk, Robin des bois de la liberté d'expression ou petit plaisantin rusé?

Le fantasque entrepreneur a décidé au dernier moment de ne pas siéger au conseil d'administration de Twitter, après être devenu le premier actionnaire la semaine dernière grâce à une prise de participation de 9,2% du capital. Il propose désormais le rachat total de l'entreprise.
17.04.2022, 11:50
Suivez-moi

Elon Musk peut, à lui seul, faire basculer la bourse et les cryptomonnaies grâce à un simple petit message sur Twitter. Et s'intéresser à Elon Musk relève de la boite de pandore, un circuit sans fin et souvent difficile à décrypter.

Le show (épique) Musk a semble-t-il trouvé son épilogue, avec cette annonce, ce 14 avril, qu'il venait de faire une offre définitive de rachat de Twitter. Une nouvelle surenchère qui a fait bondir la bourse. Selon Bloomberg, cette offre valorise Twitter à hauteur de 43 milliards de dollars. Sa direction a déclaré qu'elle allait l'«examiner avec attention», affolant dans la foulée le cours de l'entreprise de plus de 18% à Wall Street.

«Il a les moyens de sa fantaisie»
Olivier Glassey

Avec cette proposition de rachat, Musk dit vouloir assurer la liberté d'expression du réseau social en sortant Twitter des turbulences de Wall Street. Les réseaux sociaux sont très opaques, guidés et restreints par une armée d'algorithmes. «Ce qui est intéressant dans la manœuvre économique de Musk, c'est la manière dont il veut faire évoluer Twitter», explique Olivier Glassey, sociologue spécialiste des usages du numérique à l’Université de Lausanne.

Pour Olivier Glassey, «la dimension du personnage est à prendre en compte». Sa fortune colossale est un facteur à ne pas négliger.

«Ce n'est pas qu'un simple bienfaiteur, il sert surtout ses intérêts. Dans sa communication, il cultive son égocentrisme»
Olivier Glassey

Elon Musk adore jouer de son aura. «Il se réjouit des émotions qu'il provoque, on peut faire l'hypothèse que le spectacle des agitations qu'il initie lui plaît», décrit Olivier Glassey. Ce n'est pas un «restaurateur» de la liberté d'expression, comme beaucoup de ses aficionados le pensent, mais il aime tester les limites, s'en amuser et imposer ses règles. «C'est un calculateur et il semble toujours retomber sur ses pattes d'entrepreneur aguerri.»

Un manipulateur de la bourse?

Par le biais de nombreux sondages sur son compte, suivi par plus de 81 millions d'abonnés, le fondateur de Tesla ne cesse de provoquer, de lancer de gros pavés dans la mare. Du lancement d'un nouveau bouton d'édition des tweets à ses nombreuses interrogations sur la liberté d'expression du réseau social, Musk assure le spectacle dans l'empire fondé par Jack Dorsey.

Elon Musk est-il un petit plaisantin?

Maîtriser son sujet de bout en bout pour s'assurer que sa messagerie fétiche lui appartient. S'enfermer dans sa logique de pouvoir. Un besoin de tout maîtriser, jusqu'à la liberté d'expression? La question est sur toutes les lèvres.

Le Sud-Africain s'est même amusé à demander à sa communauté «si Twitter mourrait», en légende d'une image qui révélait les comptes les plus suivis.

Mener à bien son statut de petit comique, devenu presque traditionnel, aiguiser ses ressorts critiques pour sentir le souffle de ses fans le pousser jusqu'au sommet de la pyramide. Elon Musk est une rockstar, diablement intelligent pour faire monter la sauce, capable de tout faire valser sur un coup de tête. Haranguer les foules, il semblerait que ce soit un art pour lui.

Un fantasme calculé

Le bougre est peut-être un mégalomane, mais sa proposition de rachat de Twitter pourrait cacher une tactique bien fouillée. On y verrait presque un «paiement» de la liberté d'expression, une restauration de la pensée polysémique et non unique. Dans le passé, le roi de la tech avait critiqué avec véhémence, et à maintes reprises, la restriction de l’expression d’opinions, tout particulièrement non de gauche, sur la plateforme.

On a aujourd'hui la preuve que le rachat d'actions était savamment pensé. Musk le malin, avec cette manœuvre, aurait empoché près de 156 millions de dollars, d'après le document.

«Les investisseurs qui ont vendu des actions de Twitter entre le 24 mars 2022, lorsque Elon Musk était tenu d'avoir divulgué sa propriété de Twitter et avant la divulgation effective du 4 avril 2022, ont raté l'augmentation du prix de l'action qui en a résulté lorsque le marché a réagi aux achats d'Elon Musk et ont été affectés de ce fait».
Extrait du document rédigé par les plaignants

L'officialisation de l'arrivée de Musk a fait envoler les actions de la société, passées de 39,91 dollars à 49,97 dollars - près de 27% de bond.

De cette manière, en taisant sa participation croissante dans Twitter, Musk a pu maintenir artificiellement le prix de l'action à la baisse. De nombreux investisseurs auraient donc vendu des actions à des prix «artificiellement dégonflés».

«J'ai investi dans Twitter car je crois en son potentiel d'être la plate-forme de la liberté d'expression dans le monde entier, et je crois que la liberté d'expression est un impératif sociétal pour une démocratie qui fonctionne. Cependant, depuis que j'ai lancé mon investissement, je réalise maintenant que l'entreprise ne prospérera ni ne servira cet impératif sociétal dans sa forme actuelle. Twitter doit être transformé en une entreprise privée. En conséquence, je propose d'acheter 100% de Twitter pour 54,20 dollars par action en espèces, une prime de 54% par rapport à la veille du jour où j'ai commencé à investir dans Twitter et une prime de 38% par rapport à la veille de l'annonce publique de mon investissement. Mon offre est la meilleure que je puisse faire, et la dernière offre. Si elle n'est pas acceptée, je devrai reconsidérer ma position d'actionnaire. Twitter a un potentiel extraordinaire. Je vais le débloquer.»
Elon Musk dans une lettre au conseil d'administration

Un dernier coup de boutoir pour assoir son penchant pour la controverse. Loin d'être un «Robin des bois de la liberté d'expression», il est désormais à deux doigts de posséder l'un des plus influents réseaux sociaux au monde.

Déçus des élections, les étudiants bloquent la Sorbonne

Et si Elon Musk vous fascine, voilà de quoi vous satisfaire!

SpaceX va (aussi) envoyer des vacanciers dans l'espace

Link zum Artikel

Elon Musk assure que son robot n'est pas là pour détruire l'humanité

Link zum Artikel

Visionnaire, milliardaire, et Picsou: Elon Musk a 50 ans, voici sa vie de fou

Link zum Artikel

Tesla, bientôt détrônée par une camionnette électrique?

Link zum Artikel

Tesla écope d'une amende (très) salée pour racisme

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Twitter défend sa stratégie et Elon Musk réplique (à coups de caca)
Lundi soir, le patron de Twitter s'est fendu d'une longue explication sur les mesures prises pour lutter contre les faux comptes et les spams. Le fantasque Elon Musk lui a répondu... de manière pas très délicate.

Le fantasque entrepreneur, qui s'est mis en tête de racheter Twitter en déposant une offre à 44 milliards de dollars à la fin avril, a semé la confusion sur ses intentions la semaine dernière. Il a affirmé un temps que l'opération était en suspens, en raison de ses doutes sur la proportion réelle de spams et de faux comptes sur la plateforme.

L’article