DE | FR
Image: shutterstock
A votre santé

Ces aliments qui dopent ton corps pour l'hiver

Des chercheurs britanniques ont découvert que nos gènes et notre système immunitaire fonctionnent différemment en hiver qu'en été. Nous sommes plus sensibles aux inflammations pendant la saison froide. Les sulfures que l'on trouve dans certains aliments aident à prévenir ce phénomène. Voici donc quelques recettes testées au quotidien et «tolérées» par mes ados!
22.10.2021, 11:2726.10.2021, 17:23
Sandra Casalini
Sandra Casalini
Suivez-moi

Plus d'un quart de notre génome fonctionne différemment en hiver et en été. Ce qui signifie que plus de 5000 gènes agissent différemment selon la saison. C'est ce qu'a découvert une équipe de chercheurs britanniques dirigée par le généticien John Todd de l'université de Cambridge. Notre système immunitaire s'adapte également à la saison froide. Il réagit plus rapidement en hiver qu'en été. Cependant, un gène dit ARNTL, qui supprime l'inflammation et qui est moins actif en hiver, a donc tendance à augmenter le risque de maladies cardiaques ou auto-immunes durant la saison froide.

La raison à cela demeure jusque-là un mystère pour les chercheurs. Les tentatives d'expliquer que cela pourrait être dû à des changements de luminosité ou de température sont réfutées par le fait que les gènes et le système immunitaire s'adaptent aux saisons des pluies et aux saisons sèches, même dans les pays où ces changements sont très modérés sur l'année (par ex. le Ghana).​

On dirait le menu de mes lapins

En Suisse, il est donc logique de consommer non seulement suffisamment de vitamines à l'approche de la saison froide, mais aussi des aliments qui contiennent des substances anti-inflammatoires, appelées sulfures. Six aliments arrivent en tête de cette liste. Les poireaux et oignons, les brocolis, les poivrons, les agrumes, les baies et cerises ainsi que les ananas. Ça ressemble un peu au menu de mes lapins de compagnie, j'en ai bien peur. (Pas tout, c'est vrai! Merci de ne pas donner d'oignons à vos lapins.) Je vois déjà mon fils lever les yeux au ciel à la vue des courses et demander: «Vous avez aussi acheté de la nourriture pour humains?»

Comment puis-je donc faire pour que ces produits sains me soient utiles, à moi et aux adolescents, durant l'hiver, sans risquer de déclencher l'ire de ma progéniture? Avec quelques recettes vraiment bonnes:

  • Poireau: En soupe, gratiné avec du fromage, en accompagnement d'un plat de charcuterie ou dans une quiche lorraine. Ce sont les classiques. Et la plupart d'entre eux ne sont pas vraiment sains. (sans oublier que je ne peux rien manger qui contienne du fromage, car ma fille n'en mange pas). Je me souviens d'une vieille astuce de mon enfance: il suffit de le mettre en tout petits morceaux dans la sauce. Après quelques essais, je peux dire que les cornettes à la viande hachée et aux poireaux sont une réussite.
  • Brocoli: Quand j'étais enfant, on le saupoudrait d'amandes effilées. Et même à l'époque, je trouvais cela totalement inutile. Soyons honnêtes: il n'y a rien de plus ennuyeux que le brocoli (même mes lapins ne l'aiment pas beaucoup, ils le mangent toujours en dernier). Heureusement, il y a la cuisine asiatique. Par exemple, avec un curry de patates douces (recette en allemand), même le brocoli a bon goût.
  • Poivrons: Difficile, très difficile. A part les fajitas, les piments sont toujours un facteur perturbateur dans un repas. Soit trop mous, soit trop durs, en tout cas jamais avec la bonne consistance pour s'accorder avec le reste du plat. Mes enfants adorent les dénicher partout et les empiler sur le bord de l'assiette. La solution: remplir simplement les poivrons avec ce que vous voulez. La viande hachée ou le riz sont des classiques, mais il existe d'autres moyens. Par exemple, un œuf avec du lard. (recette en allemand). Mais l'idée est aussi de manger les poivrons, pas seulement la garniture.
  • Agrumes: Les oranges sont omniprésentes en hiver, ce qui conduit rapidement au ras-le-bol. Alternative cool: les pamplemousses. Non seulement les enfants en sont fans au petit-déj', avec des moitiés de pamplemousse saupoudrées d'un peu de sucre, mais aussi avec du saumon (recette en allemand), par exemple. Le jus d'orange en brique ne rentre malheureusement pas dans cette catégorie.
  • Baies: Elles sont certes congelées en hiver, mais cela ne tue pas les vitamines, ni les sulfures. Elles sont donc presque aussi saines que fraîches. Mes ados adorent les baies, mais ils les noient toujours sous de la crème fouettée, ce qui n'est pas vraiment le but recherché... Je suis donc toujours à la recherche d'alternatives adaptées aux ados. J'ai trouvé ma recette favorite: Le ceviche aux framboises et citrons verts (recette en allemand).
  • Ananas: Voilà qui nous amène à la grande question: L'ananas a-t-il sa place sur une pizza? (Personnellement, j'ai vu des choses pires sur une pizza, par exemple des saucisses de Vienne et des frites). En revanche, l'ananas se marie bien avec la cuisine asiatique. Si vous voulez essayer quelque chose de nouveau, tentez le risotto asiatique (recette en allemand). Même les enfants l'aiment.

Et vous? Quelles sont vos recettes miracles pour l'hiver? Dites-le-nous dans les commentaires, sans oublier de préciser si les ananas ont leur place sur la pizza ou non.

image: lucia hunziker

A propos de l'auteure:

Sandra Casalini écrit sur à peu près tout ce qui touche à son quotidien – avec une franchise toujours sans pitié et beaucoup d'auto-ironie. C'est d'ailleurs la tonalité de son blog «A votre santé», qui paraît dès à présent une semaine sur deux sur watson. L'approche de Sandra en matière de santé est la même que celle qu'elle a adoptée pour élever ses enfants: elle n'est pas experte mais elle s'en sort plutôt bien dans les deux. Parfois avec de l'aide, parfois sans.

Les textes de Sandra Casalini sont régulièrement publiés dans le magazine pour parents «Fritz und Fränzi» et dans la «Schweizer Illustrierte». Elle donne également un aperçu hebdomadaire de sa vie avec des ados sur le blog de la «Schweizer Illustrierte» intitulé «Der ganz normale Wahnsinn» («La folie ordinaire»).

Des burgers crados qui donnent quand même faim

1 / 10
Des burgers crados qui donnent quand même faim
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Battle: pour ou contre le cordon de téléphone?

Aussi dans l'actu...

Voici pourquoi le tirage au sort des juges est un vrai débat

Link zum Artikel

La Street Parade de Zurich (encore) utilisée pour propager des mensonges

Link zum Artikel

Panne du certificat Covid: Faut-il accepter ou refouler tout le monde?

Link zum Artikel

La grève pour le climat c'est ce vendredi, voici où ça va se passer

Link zum Artikel
Un dialogue avec mon moi hypocondriaque
Je déteste quand ma voix me joue de tours. Après tout, parler fait partie de mon travail. Sentir sa voix grincer au téléphone ou devenir rauque devant ses interlocuteurs est tout sauf agréable. A moins que cet enrouement soit dû à quelque chose de bien plus grave? Un dialogue avec mon moi hypocondriaque.

Mon moi hypocondriaque: «Oh mon dieu, oh mon dieu. Oh. Mon. Dieu. Je suis enrouée!»

L’article