Blogs
Madame Energie

Économiser l'électricité avec les ados! Voici comment ça s'est passé

Image
image: shutterstock / watson
Madame Energie

Economiser l'électricité avec les ados, 1er round! Voici comment ça s'est passé

Mes enfants et moi consommons environ 360 kWh par an si tous nos appareils électriques sont en mode veille pendant 24 heures. Cela fait environ 90 francs. Ce n'est pas le pactole, et il ne s'agit pas en premier lieu d'économiser l'argent, mais bel est bien de l'électricité. C'est pourquoi, depuis la semaine dernière, j'ai décidé de débrancher mes appareils.
19.10.2022, 15:0819.10.2022, 15:13
Sandra Casalini
Sandra Casalini
Suivez-moi
Plus de «Blogs»
Partenariat avec SuisseEnergie
Ce blog est un partenariat de contenu avec SuisseEnergie. Les articles sont rédigés par la journaliste indépendante Sandra Casalini.

Ensemble pour un avenir énergétique durable! SuisseEnergie est le programme d'encouragement de l'Office fédéral de l'énergie et s'engage, par des mesures volontaires, à développer les énergies renouvelables et à optimiser l'efficacité énergétique. SuisseEnergie s'engage à atteindre les objectifs de la stratégie énergétique 2050 par le biais de la sensibilisation, de l'information, du conseil, de la formation et du perfectionnement ainsi que de l'assurance qualité.

Vous trouverez de plus amples informations sur le programme d'encouragement SuisseEnergie sur www.suisseenergie.ch.

Il ne s'agit pas d'un contenu payant.

C'est très simple, selon l'experte. Il suffit de relier l'ordinateur portable, l'imprimante et, dans mon cas, la machine à café (que je compte parmi mes appareils de bureau à domicile) à un bloc multiprises pour empêcher la consommation indésirable en mode veille en un seul clic. Problème: la multiprise est déjà un pas trop loin. La première étape doit se faire dans la tête: être prêt à appuyer sur ce bouton d'arrêt.

J'ai allumé une allumette...

Et là, des scènes de Mani Matter se déroulent déjà dans ma tête. Pendant que j'attends désespérément que la machine à café chauffe, je vais dans le jardin pour me distraire, et, par manque de caféine, je crie si fort sur le chat du voisin qu'il se précipite dans la rue et devant une voiture, ce qui provoque la colère du voisin, également en manque d'électricité et de caféine, qui le frappe avec le premier couteau de cuisine venu... je devrais arrêter d'écouter Mani Matter en écrivant.

Plus sérieusement, il y a des raisons pour lesquelles je laisse les appareils en mode veille. Je ne dis pas qu'elles sont bonnes, mais ce sont des raisons. Par exemple, pour pouvoir répondre rapidement à un e-mail que j'ai oublié le soir à onze heures - et j'oublie tellement de choses tout au long de la journée. (D'ailleurs, les e-mails envoyés à onze heures du soir font toujours plus d'effet sur la plupart des chefs et des clients que ceux envoyés entre neuf et dix-sept heures). Mais comme l'économie d'énergie passe avant l'impression, je conclus un pacte avec moi-même: tous les appareils seront débranchés à 22 heures au plus tard.

Et voilà: c'est vraiment très facile. La machine à café ne met pas si longtemps à chauffer le matin, quelques exercices d'étirement pendant ce temps peuvent parfaitement faire partie de la routine matinale. Les e-mails auxquels on n'a pas répondu à la «date limite d'envoi» peuvent aussi attendre le lendemain matin. Pour plus de sécurité, j'ai un stylo et un bloc-notes à portée de main, afin de pouvoir noter les choses les plus importantes qui me viennent à l'esprit. À mon grand étonnement, il n'y en a pas beaucoup.

C'était la partie facile. Moi-même. Maintenant, la partie difficile. Les adolescents. «Peux-tu éteindre complètement l'ordinateur portable à chaque fois avant d'aller te coucher, s'il te plaît?», demandé-je à ma fille. «Pourquoi ça?» ─ «Pour économiser de l'énergie.» ─ «D'accord.» C'était facile. Elle ne l'a bien sûr pas fait, comme je le constate lors d'une visite de contrôle en allant aux toilettes pendant la nuit. J'éteins son ordinateur portable.

6h30 le lendemain matin. «Aaaaaaaaah!» C'est le cri que pousse habituellement ma fille lorsqu'elle découvre une araignée dans sa chambre. Là, elle fixe l'écran noir de son ordinateur portable. «Il est cassé!» ─ «Il n'est pas cassé, il est éteint. Un truc que tu aurais dû faire hier soir.» ─ «Oui, désolé, je me suis endormi.» Je crains que ce projet ne prenne plus de temps à se mettre en place.

L'électricité contre les araignées

Peut-être que ça marchera mieux pour le numéro deux. «Tu peux éteindre la Playstation quand tu as fini de jouer?», demandais-je à mon fils. «C'est ce que je fais.» ─ «Éteindre correctement. Débrancher.» ─ «Pourquoi?» ─ «Pour économiser de l'énergie.» ─ «Pourquoi?» ─ «Parce qu'on risque de manquer d'électricité. En plus, ça fait économiser de l'argent.» ─ «Combien?» ─ «Les PS environ quinze francs par an.» ─ «Tu peux le déduire de mon argent de poche.» ─ «Ce n'est pas une question d'argent, mais d'économie d'électricité. Débranche simplement la prise quand tu as fini de jouer.» ─ «Pourquoi?» «Pour l'amour du ciel, parce que je le dis!» Je le répète, les raisons ne doivent pas toujours être compréhensibles. Cela vaut autant pour mon fils que pour moi.

À ma grande surprise, il a effectivement éteint sa PS lorsque je repasse chez lui une heure plus tard. Comme je suis à peu près sûr de ne pas pouvoir attendre la même chose le lendemain soir, je dépose un post-it sur son bureau: «Éteins complètement la PS CHAQUE SOIR s'il te plaît!» À ma fille, j'en colle un sur son ordinateur portable: «Éteins complètement ton ordinateur portable le soir s'il te plaît, sinon les araignées dans la chambre ne sortiront plus.» (Chers parents, le principe d'éducation selon lequel certains comportements doivent avoir des conséquences logiques n'est que partiellement vrai. Parfois, les conséquences illogiques sont TELLEMENT plus efficaces).

Conclusion

Ça marche, jusqu'à présent. Pour moi-même, j'ai même découvert que les soirées sont un peu plus détendues, car sachant que l'ordinateur portable n'est plus en veille, je ne le suis plus non plus. Je contrôle les gadgets des adolescents de manière aléatoire, et jusqu'à présent, cela fonctionne véritablement. (Qui aurait pensé à quel point les araignées peuvent être utiles dans une chambre). Je n'ose pas prédire combien de temps cela va durer, mais les débuts sont plus prometteurs que je n'osais l'espérer.

Sandra Casalini est...
... journaliste, chroniqueuse et blogueuse. Elle écrit sur tout ce qui touche au quotidien et raconte régulièrement sa vie de maman de deux adolescents dans la Schweizer Illustrierte. Sur watson, elle tient un blog sur tout ce qui a trait à la santé. Elle aborde le thème de l'énergie de la même manière que les deux précédents: non pas en tant qu'experte, mais en tant que femme lambda toujours en contact avec le sujet. Le tout avec humour et parfois une pointe d'ironie.
Sandra Casalini, bei sich zu Hause in Thalwil, am 04.12.2018, Foto Lucian Hunziker
photo: lucia hunziker
Copin comme cochon: Les stories d'automne
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici à quoi ressemblait le sport au Moyen âge
Le mot «sport» évoque avant tout des disciplines contemporaines comme le football, le cyclisme, le rugby et le ski. Mais qu’en était-il au Moyen Âge, une période longtemps idéalisée? Faisait-on déjà du sport? Celui-ci est-il comparable aux compétitions organisées de nos jours sur le territoire de l’actuelle Suisse?

La question de savoir si le sport était déjà pratiqué au Moyen Âge et au-delà est un long débat opposant modernistes et traditionalistes, pour ainsi dire. Les premiers affirment que le sport n’est apparu qu’avec l’industrialisation, les activités de loisirs qui en ont découlé et la sécularisation de la société.

L’article