DE | FR
Jennifer Zimmermann, die Nachhalterin, Mme Durabilité, WWF

La mer est pleine de plastique, ma salle de bain aussi. Image: jennifer zimmermann

Mme durabilité

Un dialogue avec ma conscience écologique

«Mme Durabilité» est tout sauf parfaite. Elle se donne de la peine et en a, et c’est normal. Si la quête de perfection lui gâche les aspects joyeux de la vie durable, elle sait que l’imperfection permet toujours de s’améliorer.

Jennifer Zimmermann
Jennifer Zimmermann



«Hé! Oui, toi!»
« ... »
«Psst!»
«Oh, mais qui me parle?»
«C’est moi. Tu le sais bien.»
«Je ne sais rien.»
«J’ai un indice à te donner: je suis sale.»
«... mes pensées?»
«Non, tu me fais rire. Sale et tout moisi.»
«Ma cave?»
«Non! Je suis ton bac à compost. M’aurais-tu oublié?»
«Hum, oui... juste. J’avais pris la bonne résolution de me mettre au compostage.»
«Exact. Je te signale que cela fait trois semaines maintenant. Et là, ce n’est plus tenable. Ta bonne résolution ne sent vraiment plus très bon. Peux-tu m’aider?»
«Oui, bien sûr. Tout de suite.»
(...)
«Hé! Mais que fais-tu? Ma place n’est pas avec les ordures. Tu crois quoi?»

Contenu en partenariat avec le WWF

Ce blog est le résultat d’un partenariat avec le WWF. Les articles sont rédigés par Jennifer Zimmermann, journaliste indépendante.

Jennifer est (principalement) végétarienne, se douche (trop) souvent (trop) longtemps et s’arrête (presque) toujours pour fouiller les caisses portant la mention «Gratuit», posées sur les trottoirs de sa ville, au grand désarroi de certains membres de sa famille. Sous le nom «Mme Durabilité», elle abordera à l’avenir les thèmes qui nous concernent tous (en principe), pour le compte du WWF. Si vous souhaitez en savoir plus sur votre côté durable, répondez aux questions du calculateur d’empreinte écologique.

Ce contenu n’a pas été payé.

Entre mon bac à compost et moi, la séparation a été houleuse. La purée gluante et puante qu’il renfermait, accumulée pendant des semaines, m’a tellement dégoûtée que je l’ai lâchement abandonné au fond de ma poubelle, le jour du ramassage des ordures. Voilà pour les faits. Rien de durable dans tout cela.

Le fait d’exister nuit à l’environnement

Actuellement, et depuis quelques années, tout le monde semble n’avoir qu’un mot à la bouche: durabilité. «Sustainable», «climat compatible», «respectueux de l’environnement»: ce ne sont pas les synonymes qui manquent. Chaque salade de supermarché porte la mention «végane», le vélo connaît un essor sans précédent, notamment grâce au coronavirus et il y a belle lurette que les voyages en avion sont décriés.

Plus je pense au développement durable dans ma vie, et plus je constate qu’il joue un rôle dans tous les domaines. Que je le veuille ou non. En soi, être en vie n’est pas durable. Un bilan.

Nocif pour le climat: je vis. J’utilise chaque jour des disques de ouate. J’aime prendre de longues douches. Ma salle de bain est peuplée d’innombrables flacons, pots et tubes en plastique. Je vis seule. Je n’ai pas de compost. Je prends souvent l’avion. Je ne mange presque plus de viande, mais pas mal de poisson. J’achète de nouveaux vêtements, des chaussures, des accessoires pour la maison. Je fume. J’utilise des rasoirs jetables. Mon argent n’est pas placé de façon durable. J’achète des repas à l’emporter emballés dans de grandes quantités de plastique. La liste de mes comportements nuisibles pour le climat est longue, et surtout pas exhaustive.

Jennifer Zimmermann, WWF, die Nachhalterin

«Gratuit»: bien sûr, je n’ai pas pu résister. Image: jennifer zimmermann

La liste des points positifs est volontairement plus longue que celle de mes comportements nuisibles pour le climat. Car j’aime bien me voir comme quelqu’un qui veille sur l’environnement. Le fait que j’en sois bien loin ne m’inquiète pas outre mesure. Au contraire. J’ai le sentiment, rassurant, de faire de mon mieux à mon échelle, et d’apprendre sans cesse.

Car vivre de façon durable peut apparaître comme une tâche immense, quasi insurmontable. Je comprends tout à fait que l’on se perde dans la forêt d’offres durables ou que l’on ait l’impression que ce mode de vie est trop compliqué ou qu’il coûte trop cher. Surtout, je peux parfaitement imaginer que l’on se dise:

«De toute manière, je ne pourrai rien changer seul(e)!»

Ce n’est pas parce que je ne prends plus l’avion que le monde est sauvé. Surtout, si je suis la seule à me priver ainsi. Les modifications réelles doivent se faire au niveau politique et économique et à l’échelle internationale.

Mais en tant que consommatrices et consommateurs, électrices et électeurs, nous pouvons contribuer à améliorer un petit peu la situation et à faire en sorte que la planète reste habitable. Voter ou élire sont des actes politiques, mais nos décisions d’achat aussi. Nous avons plus de pouvoir que nous l’imaginons. Comme le dit si bien un dicton anglais: «Put your money where your mouth is.»

Des défis personnels valent mieux que des obligations

Et pourtant, j’en entends encore se plaindre ou soupirer. Ce qui me donne envie de leur dire:

«Oui, c’est compliqué, mais essayez, au moins!»

Souvent, vivre de façon plus durable est même très amusant. Et il ne s’agit pas d’être infaillibles. Le but n’est pas le zéro déchets, ni d’être radicalement végane. Mais vous pouvez, par exemple, économiser de l’argent en utilisant des emballages alimentaires en cire d’abeille, plutôt que du film plastique, croquer à belles dents dans un délicieux hamburger végane, plutôt que dans un filet de bœuf, bien plus lourd à digérer, ou enfourcher votre vélo, au lieu de respirer votre mauvaise haleine sous votre masque dans les transports en commun bondés.

Etre durable ne doit pas être cher, triste et pénible. Personne ne vous force à suivre cette «tendance». Je préfère le voir comme un défi personnel que comme une mode. Au lieu d’enfoncer ma tête dans le sable et de renoncer, je préfère essayer de me concentrer sur les choses que je suis en mesure d’influencer. De cette manière, j’espère aussi motiver mon entourage à vivre de manière plus respectueuse du climat.

Comment se porte votre conscience écologique?

A quoi pensez-vous quand vous entendez le mot «durable»? Votre conscience vous irrite-t-elle ou l’avez-vous repoussée au plus profond de votre subconscient, comme ceux qui mangent de la viande occultent leur amour pour les animaux? Quelles astuces avez-vous développées pour ménager le climat? Dans quelles aventures culinaires, cosmétiques et autres voulez-vous vous lancer? Et quelles sont celles que je devrais tester pour vous? A vos commentaires, mes chers!

Je me réjouis de faire honneur à mon titre de «Mme durabilité», ou du moins d’essayer.

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Ces pays qui «volent» la pluie

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Corona fun

Quel vaccin contre le Covid vas-tu te faire injecter?

Feras-tu confiance au vaccin russe? Choisiras-tu la solution américaine? Ou alors, les piqûres te font horreur et tu ne te feras pas vacciner du tout? Fais vite ce test pour le savoir!

Lire l’article
Link zum Artikel