Blogs
Watts On

Fiat 600e, la dolce vita électrique

Fiat 600e
La Fiat 600e, 100% électrique, est une alternative abordable pour les familles.Image: Fiat
Watts On

On a testé la Fiat 600e, la dolce vita électrique

Dans la foulée de sa 500e électrique, Fiat propose désormais la 600e, voulue plus familiale et polyvalente. Les dessous sont repris de ses cousines du groupe Stellantis, Peugeot e-2008, DS3 Crossback E-Tense, Jeep Avenger et Opel Mokka-e. Un énième clone de plus?
14.11.2023, 09:3014.11.2023, 12:09
Jerome Marchon
Jerome Marchon
Suivez-moi
Plus de «Blogs»

Fiat nous ressort des cartons sous son appellation 600. Historiquement, ce modèle sorti au milieu des années 50 était une «grosse» 500, plus familiale tout en restant accessible. Près de 70 ans plus tard et à l’ère de l’électrification, la firme de Turin réinterprète la recette avec la 600e. Telle une 500e de plus grand format, elle peut davantage jouer le rôle de véhicule principal du foyer.

Fiat 600e
Un air de famille évident avec le reste de la gamme Fiat.Image: Fiat

En termes d’encombrement, la 600e vient s’intercaler entre la 500e et le SUV urbain 500X, thermique et hybride, dont la fin de carrière est proche. La petite dernière n’est donc pas directement la remplaçante du crossover sur base 500. Si l’air de famille entre les deux modèles est indéniable, la 600e affiche des cotes plus modestes, 4,17 m en longueur et 1,52 m en hauteur. Notons encore que Fiat a décidé, pour le nuancier de sa 600e, de s’affranchir des tons gris tristes pour une palette chatoyante inspirée de l’art de vivre à l’italienne, soulignée ça et là de rappels du drapeau italien tricolore.

Fiat 600e
Exit le gris, place aux couleurs vives!Image: Fiat

Les familles d’abord

A l’intérieur, l’esprit de famille avec la 500e est de mise. La planche de bord est épurée et colorée alors que les assises des sièges sont texturées avec de gros logos Fiat. L’ergonomie est identique à celle de ses cousins au sein du groupe Stellantis; on y retrouve aussi le vide-poche à volet souple en guise de console centrale, comme sur le Jeep Avenger, dont la 600e partage les lignes de production dans l’usine du groupe de Tychy en Pologne.

Fiat 600e
Un intérieur qualitatif et un équipement riche pour la catégorie.Image: Fiat

Bien que les plastiques durent aient la part belle, l’assemblage est sérieux et paraît robuste. Le confort n’est pas en reste puisque les sièges avant disposent d’une fonction massage. L’équipement est de haut vol, comprenant notamment un assistant de conduite de niveau 2 de série, en plus des aides au stationnement. Dans les 2,56 m d’empattement, quatre passagers pourront prendre place alors que le coffre dispose de 350 litres de capacité pour les bagages.

Fiat 600e
Sièges massants à l'avant et suffisamment de place pour 2 adultes à l'arrière.Image: Fiat

Le confort aussi

En faisant sienne la plateforme eCMP2 commune à toutes les marques du groupe Stellantis, la Fiat 600e part d’un bon pied. Là où une Peugeot e-2008 se montrera incisive dans son comportement, la Fiat se fait plus sage. Le train avant est moins mordant, la direction plus floue et la suspension plus souple. On gagne indéniablement en confort, au détriment cependant de l’enthousiasme au volant.

Fiat 600e
La Fiat 600e jouit d'un excellent niveau de confort.Image: Fiat

Sous le capot officie sans surprise le moteur électrique de 156 ch/260 Nm du groupe Stellantis, alimenté par une batterie de 54 kWh. Polyvalent, il offre des démarrages canon au feu rouge (4,4 s sur le 0 à 50 km/h) ainsi que des reprises très satisfaisantes sur route. La batterie digère une charge rapide de 100 kW maxi, pour passer de 20 à 80% d’état de charge en environ 30 minutes.

Fiat 600e
Si la pub promet - possiblement - 600 km d'autonomie, il faudra compter sur 350 à 400 km en utilisation quotidienne.Image: Fiat

Bien que la pub pour la Fiat 600e promet 600 km d’autonomie, possible en ville selon le cycle WLTP, il conviendra plutôt de tabler sur 350 à 400 km environ dans la vie normale, en ligne avec la vocation de l’auto. Notre galop d’essai dans et autour de Turin nous a gratifiés d’une consommation moyenne de 14,5 kWh/100 km. Bien entendu, les longs parcours sur autoroute feront grimper la jauge à plus de 20 kWh/100 km.

Bon positionnement

A l’instar de ses aïeules qui ont démocratisé l’automobile dans la péninsule, la Fiat 600e entend convertir un maximum de monde à l’électromobilité, encore balbutiante en Italie avec 5% des ventes seulement. Sous nos latitudes aussi, la 600e adopte un positionnement tarifaire attrayant, débutant à 37 990 francs. La finition haut de gamme « La Prima » est offerte à 43 990 francs. A titre de comparaison, à niveau de finition égal, l’écart avec la Fiat 500e n’est que de 1000 francs. Des «cacahuètes» si l’on considère l’habitabilité supérieure de la 600e ainsi que la puissance de 156 ch contre 118 pour le «pot de yaourt» à piles.

Sur l'auteur:

Image
Image: zvg
Jérôme Marchon est ...
... est un passionné de voitures depuis sa plus tendre enfance. Il a commencé sa carrière professionnelle dans le secteur financier, mais a très vite contribué à la création d'un blog sur l'automobile - jusqu'à ce qu'il fonde finalement son propre blog. La suite de son parcours l'a conduit à la rédaction en chef de la Revue Automobile. Depuis 2018, il travaille en tant qu'indépendant et écrit pour différents médias automobiles et généraux, imprimés et numériques, en Suisse et à l'étranger. Jérôme Marchon travaille également comme traducteur et conseiller en contenu rédactionnel pour des événements automobiles et des constructeurs automobiles.
La conductrice d’une Tesla filmée endormie au volant
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi le type sur ces billets de 1000 francs est devenu indésirable?
L’avant-dernier billet de mille francs arborait le portrait d’Auguste Forel, éminent chercheur considéré comme une icône de la science et un symbole national. Cette figure de héros stylisée n’a toutefois pas résisté à une enquête plus approfondie. Récit d’une perfidie de la culture du souvenir.

Auguste Forel (1848-1931), professeur d’université diplômé en médecine mais également détenteur d’un doctorat honoris causa en philosophie et en droit, fut considéré pendant des décennies comme l’archétype du chercheur et célébré comme l’un des derniers génies universels de Suisse. On donna même son nom à une rue de Zurich l’année de sa mort.

L’article