Divertissement
Série

«Hello Tomorrow!»: Critique d'une série rétrofuturiste d'Apple

Billy Crudup dans "Hello Tomorrow!"
Derrière le sourire, des mensonges. Billy Crudup est excellent dans Hello Tomorrow!.Image: Apple Tv+

«Hello Tomorrow!» et son monde rétrofuturiste, c'est bien? Notre avis

Un monde rétro-futuriste savamment ébauché et un scénario qui peut tourner dans le vide, la nouvelle série produite par Apple TV+, Hello Tomorrow!, vaut-elle le coup?
17.02.2023, 18:5117.02.2023, 21:18
Suivez-moi
Plus de «Divertissement»

C'est l'histoire de Jack Billings (Billy Crudup), un vendeur de multipropriétés lunaires, véritable meneur d'hommes dans son costume bien repassé et son sourire éclatant. Crudup nous revient sous des traits semblables (tendre et calculateur à la fois) à son excellent personnage de Cory Ellison dans The Morning Show.

Hello Tomorrow! prend racine dans un futur infusé dans les années 50, un futur antérieur où l'équipe de Jack se pointe dans les foyers de futurs clients, toque aux portes et discute sur le perron et dans le salon du potentiel client pour vendre leur came. Pour camper cette équipe de salesman, il y a Shirley (Haneefah Wood), bras droit de Jack, Eddie (Hank Azaria), Herb (Dewshane Williams) et Joey (Nicholas Podany), le jeunot de la bande fraîchement débarqué. Le gamin a grandi avec une mère malade et recherche une figure paternelle sur laquelle se reposer - Jack l'épaulera, deviendra ce père de substitution et plus encore... Nous retrouvons aussi Alison Pill, excellente dans son rôle, en femme au foyer trompée et lésée.

Parfois vide et parfois lumineux

Dans ce show parfois un brin vide, parfois lumineux, se niche des âmes chagrinées. Une histoire de tromperies et d'escroqueries, d'éternel besoin de masquer ses failles. Un aller simple pour la Lune, promet Jack, grand vendeur de rêve en apparence charmant, mais se transformant en un claquement doigt en une menace. Le charisme de Crudup est un grand coup de boost pour la série, ce personnage catalyseur des intrigues et des émotions, le cheval de Troie d'un scénario doux et (surtout) amer.

Si la technologie a rendu la vie parfaite, les gens qui peuplent ce futur antérieur sont des impostures. Une comédie noire, qui échafaude un futur fantasmé et un conservatisme bien ancré (tiens, comme un clin d'œil à notre époque), couchée dans ces décors somptueux rétro-futuristes.

Hello Tomorrow! est à l'image de la société (Brightside) que dirige Jack: un château de cartes précaire et prêt à s'effondrer au moindre souffle, au minuscule faux-pas - et ce souffle dévastateur se charge au fil des épisodes.

Pêchant parfois par son rythme et ses répétitions, Hello Tomorrow! peut lasser un poil. Mais à force de chercher à comprendre où le duo de créateurs, Amit Bhalla et Lucas Jansen, souhaite nous emmener, le spectateur peut perdre le fil entre les différentes histoires et nager dans un bain de confusion. Sauf que les enjeux (surtout humains) deviennent plus clairs au gré des épisodes grâce à une écriture bien torchée.

Les pièces se constituent et nous comprenons que le progrès déballé dans la série n'est que chimère, que ce charme visuel n'est qu'un mirage à l'image d'un achat d'une multipropriété lunaire. Ne jamais se fier aux apparences d'un rêve américain transformé en illusion. Point.

Hello Tomorrow! est prévu le 17 février sur la plateforme Apple Tv+

«Hello Tomorrow!», la bande-annonce 👇🏽

Vidéo: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Parce que les Ecossais, on les aime, voici des mèmes
La Suisse s'apprête à affronter l'Ecosse ce mercredi à Cologne. Afin de mieux connaître notre adversaire, voici une série de photos pour le meilleur et pour le rire.

Comme Murat Yakin, nous nous sommes intéressés à la manière de fonctionner des Ecossais. Sauf que contrairement à lui, ce ne sont pas les ambitions sportives de l'équipe adverse qui nous interpellent, mais bien leur capital sympathie.

L’article