Divertissement
Séries

Constellation, la très bonne série Apple qui rend fou

Noomi Rapace est excellente dans la série Constellation.
Noomi Rapace remet le bleu de travail dans la série «Constellation». Image: Apple

«Constellation», la très bonne série qui fait perdre la boule

L'actrice Noomi Rapace, légendaire héroïne de la saga «Millenium», enfile le costume de cosmonaute dans la superbe série «Constellation», visible sur Apple TV+.
21.02.2024, 16:5021.02.2024, 17:13
Suivez-moi
Plus de «Divertissement»

Une mère et sa fille s'enfoncent dans le froid et la neige du Nord de la Suède, avec cette sensation tenace qu'une menace plane sur leur tête.

Mais pourquoi Jo Ericsson (Noomi Rapace) fuit? Qui est cette Suédoise qui s'est frottée à une catastrophe spatiale à 450 kilomètres de la Terre, dans la Station spatiale internationale (ISS). Cet accident est le grain de sable qui pourrira son existence, qui laissera des traces et révélera les mystères de diverses missions spatiales soviétiques et américaines.

En résultent des délires, une réalité déformée et une équipe (celle qui se trouvait à bord lors de la catastrophe) proche de perdre la boule. Constellation évoque plusieurs films, entre un bout de Gravity et Interstellar, pour l'aspect scientifique, mais surtout Lucy In the Sky (inédit en Suisse) avec Natalie Portman dans le rôle-titre.

Le créateur Peter Harness déploie ce grand protocole expérimental qui vous filera une bonne dose de mystère et de suspense. Un délire métaphysique qui ouvre différents tiroirs de l'âme et du subconscient de Jo. Puisque la descente de 450 kilomètres et les mille péripéties digérées par l'astronaute ont bousculé sa vie pour toujours.

Esprit détraqué

La collision vécue là-haut, se retrouve être une métaphore de la nouvelle existence de Jo, comme percutée par le réel et l'étrange. Les hallucinations toujours plus fortes, Noomi Rapace tente de rester en équilibre, mais glisse dangereusement dans le précipice de la démence.

Noomi Rapace reste enfermée dans sa capsule, victime d'hallucinations.
Dans sa capsule Jo Ericsson (Noomie Rapace) va survivre tant bien que mal.Image: Apple

Une posture qui permet à la mythique héroïne de la saga Millenium de briller, dans ce rôle d'astronaute et de mère à l'esprit détraqué. Le stress, les souvenirs qui s'envolent (ou se modifient) comme par magie; Jo est poussée dans ses derniers retranchements, obligée à avaler des pilules pour reprendre du poil de la bête - un pilulier qu'elle traîne comme un boulet. Depuis son retour de la station spatiale internationale, tout lui paraît confus. Même sa fille ne la comprend plus et ne la reconnaît plus. «On dirait qu'elle n'est plus la même, elle semble morte», chuchote-t-elle à son père.

Empêtrée dans une dimension parallèle et de vérités alternatives, qui confèrent parfois des accents horrifiques au show, il est désormais question de sa crédibilité - après avoir sauvé sa peau courageusement. Les grands décideurs qui souhaitent faire la lumière sur l'incident tentent de lui faire gober qu'elle n'est pas fiable, qu'elle divague après avoir rapporté les faits qui se sont déroulés là-haut. Un corps (une astronaute aux couleurs de l'URSS) serait la raison de ce naufrage, un facteur impensable pour les autorités russes.

Est-elle folle ou victime d'un complot? Après le frisson de survivre dans le cosmos, son retour sur Terre s'apparente à une quête tortueuse pour accrocher la vérité.

Le cosmos comme terreau fertile du mensonge?

«Je crois bien avoir vu quelque chose, mais ce quelque chose ne veut pas être vu». Cette phrase d'Henry Caldera (Jonathan Banks), un ancien physicien lauréat du prix Nobel et ancien membre du programme Apollo, illustre à elle seule ce que le récit entreprend dès le deuxième épisode.

La plume de Peter Harness, le créateur de la série, s'intéresse aux symboles et à la vérité qui se niche derrière notre propre réalité.
Le retour de Jo Ericsson n'est pas de tout repos pour son mari et sa fille.
Image: Apple

Tout est façonné pour enfermer le spectateur dans le trouble, misant sur l'espace comme terreau fertile d'une folie nichée dans l'infini du cosmos. Peter Harness injecte de la sobriété à son propos, cette même sobriété qui se recoupe sur une mise en scène élégante et efficace, joliment pilotée par les réalisateurs Joseph Cedar, Olivier Hirschbiegel et Michelle MacLaren.

Au cours de ces 8 épisodes, c'est un ensemble qui convainc, surtout grâce à la présence de Noomi Rapace, qui prend place sur l'étagère des très bonnes séries estampillées Apple, aux côtés des Silo et de la sublime For All Mankind.

«Constellation» est à découvrir sur Apple TV+ dès le 21 février

Constellation — Bande-annonce

Vidéo: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici le programme du Montreux Jazz Festival (et c'est de la bombe!)
De Dionne Warwick à Lenny Kravitz en passant par la jeune génération comme Tyla ou Yamê, la 58e édition du Montreux Jazz Festival promet du lourd. Avec Deep Purple, Alice Cooper ou encore Massive Attack, le rock n'est pas oublié. Nouveaux talents et icônes de toujours feront vibrer les deux nouvelles scènes du Lac et du Casino, du 5 au 20 juillet 2024.

Il est là, tout chaud sorti du four. En le croquant bouchée après bouchée, le programme de la 58e édition du Montreux nous a donné l'impression de planter les crocs dans un crumble moelleux au goût aussi varié que consistant.

L’article