faible pluie
DE | FR
Economie
Analyse

Les actions s'effondrent à cause d'une tendance

Analyse

Une «nouvelle phase dangereuse» menace l'économie de la planète

FILE - Traders work on the floor of the New York Stock Exchange on Tuesday, Sept. 13, 2022. A rare bear market in bonds hasn
Les marchés boursiers chutent à l'échelle mondiale, y compris en Suisse. Image de la bourse de New York.image: keystone
L'économie entre dans une «phase dangereuse». Après l'éclatement d'une belle bulle d'illusion, les bourses semblent de plus en plus instables. Décryptage.
29.09.2022, 05:5313.11.2022, 11:31
Niklaus Vontobel / ch media

Les marchés du monde entier semblent de plus en plus inquiets, déplore The economist. Une «nouvelle phase dangereuse» menace l'économie de la planète. Et la Banque des règlements internationaux (BRI) écrit dans son dernier bulletin qu'un «point d'inflexion» a été franchi.

Avant cela, les marchés pensaient que l'inflation record pouvait être éliminée sans problème. Aujourd'hui, leur discours a changé. La perspective d'une inflation élevée et peut-être d'un effondrement de l'économie fait peur.

Que s'est-il passé?

Depuis le début de l'année, l'indice directeur américain Dow Jones a perdu environ 20%. La perte de l'indice Nasdaq, qui comprend des géants de la technologie comme Apple, Amazon ou Alphabet, la maison mère de Google, atteint même 30%.

Lorsque les taux d'intérêt étaient bas, seuls ces titres semblaient promettre des rendements décents et s'élevaient à des hauteurs stratosphériques. Désormais, ils chutent à leur tour. En Allemagne, c'est le même ordre de grandeur, en France aussi. Et le marché suisse des actions est entraîné dans la chute.

L'indice directeur SMI a également perdu près de 20% depuis le début de l'année. Il pourrait bientôt passer sous la barre des 10 000 points. Credit Suisse fait pâle figure. Depuis le début de l'année, plus de la moitié de sa valeur boursière s'est volatilisée.

Evolution du Swiss market index (SMI) depuis le début de l'année.
Evolution du Swiss market index (SMI) depuis le début de l'année.

Sika, Partners Group ou Geberit ne sont pas mieux lotis. Ils ont, toutefois, en commun que lorsque les taux d'intérêt étaient encore à des niveaux records, ils offraient aux investisseurs de belles promesses de croissance, car leurs cours s'envolaient. Maintenant, ils sont également en baisse.

Comment en sommes-nous arrivés là?

Pour savoir comment on en est arrivé là, il suffit de jeter un coup d'œil sur les derniers mois. Selon la BRI, il y a eu deux points d'inflexion. Le premier a eu lieu à la mi-juin. La Réserve fédérale américaine a certes relevé les taux d'intérêt plus fortement que prévu, mais les marchés se sont alors convaincus de leur belle illusion: que l'inflation allait rapidement s'atténuer et qu'il n'était plus nécessaire d'avoir des taux d'intérêt trop élevés.

En parlant de la BRI son président a failli mourir assassiné à Bâle

Les cours des actions ont grimpé, les rendements des emprunts d'Etat ont baissé. On a pu assister à ce spectacle dans tous les pays industrialisés, y compris en Suisse. Comme l'écrit la BRI à propos de ces dernières semaines:

«Dans l'ensemble, les investisseurs semblaient s'attendre à une résolution en douceur des problèmes causés par l'inflation élevée»

Ce pic de confiance a duré jusqu'en août. Selon la BRI, le deuxième tournant a alors été atteint. La politique aurait alors commencé à réagir plus énergiquement à l'inflation et la crise énergétique en Europe se serait aggravée. Le climat s'est renversé. Les conditions financières, par exemple pour les emprunteurs, se sont durcies. L'argent a été retiré des placements risqués, les cours ont commencé à chuter et les rendements des emprunts d'Etat sont repartis à la hausse, y compris en Suisse (ici en image 👇).

Image

La hausse des taux d'intérêt sur les obligations d'Etat et d'entreprises est mauvaise pour les actions – et, comme on le voit de plus en plus cette semaine, elle est également mauvaise pour un certain nombre de devises.

Quel est le contexte économique?

«Un dollar fort et des taux d'intérêt en hausse provoquent le chaos», explique le magazine The economist. Ces deux situations peuvent être attribuées à une inflation record.

L'inflation élevée contraint les banques centrales à relever leurs taux directeurs, ce qui entraîne une hausse générale des taux d'intérêt, y compris ceux des obligations d'Etat et d'entreprises. Par conséquent, davantage de fonds entrent dans ces obligations et sortent des actions – leurs cours ont donc tendance à baisser, comme cette semaine encore. Et comme les bourses ont tendance à s'emballer, il pourrait y avoir un crash.

Image

Une banque centrale a réagi de façon particulièrement agressive à l'inflation élevée: la banque centrale américaine, la Fed, sous la direction de son chef Jerome Powell. De ce fait, les taux d'intérêt sur les obligations aux Etats-Unis ont également augmenté rapidement. De plus, les perspectives économiques américaines sont relativement bonnes. Ces deux éléments font que le dollar s'apprécie de manière spectaculaire.

Il coûte 18% de plus et n'a donc jamais été aussi cher en deux décennies. Et cette hausse irrésistible provoque des turbulences dans des dizaines d'autres pays, notamment parce que ces derniers doivent payer des matières premières importantes, comme le pétrole ou les denrées alimentaires, en dollars. Cette situation peut, à son tour, alimenter l'inflation.

La livre se déprécie face au dollar☝️.
La livre se déprécie face au dollar☝️.

L'euro, par exemple, qui est tombé à son niveau le plus bas depuis 20 ans par rapport au dollar, est concerné. La Grande-Bretagne a vu sa livre chuter à un niveau proche de 40 ans et a été contrainte de rassurer les marchés par un communiqué. Le Japon est intervenu directement sur le marché des changes, la Chine indirectement. Ce que disait il y a des décennies un secrétaire au Trésor américain à ses homologues occidentaux est à nouveau valable:

«Le dollar est notre monnaie, mais votre problème»

Quels acteurs se sont montrés importants?

Les banquiers centraux ne plaisantent pas et veulent que les marchés les prennent au sérieux. Ils ne se reposeront pas jusqu'à ce que l'inflation soit à nouveau sous contrôle, même si cela risque d'être douloureux. C'est avec ce message que certains banquiers centraux se sont récemment exprimés en public. Ils attisent ainsi la crainte de nouvelles hausses des taux d'intérêt dans la lutte contre l'inflation élevée et d'un effondrement de la conjoncture qui en résulterait.

Ainsi, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, a déclaré:

«Pour l'instant, nous nous attendons à ce que les taux d'intérêt soient encore augmentés lors des prochaines réunions afin de freiner la demande.»

Et pour bien faire comprendre que la lutte sera longue, elle a poursuivi:

«L'inflation reste beaucoup trop élevée et sera probablement supérieure à notre objectif pendant une période prolongée.»

Aux Etats-Unis, ce sont deux banquiers centraux qui ont soufflé aux marchés que les taux d'intérêt devaient encore augmenter. Susan Collins, la présidente de la banque centrale régionale de Boston, a déclaré qu'un resserrement supplémentaire de la politique monétaire était nécessaire pour endiguer l'inflation élevée. Elle a averti que le processus pourrait entraîner des pertes d'emplois.

Raphael Bostic, le président de la Fed d'Atlanta, a ajouté que la banque centrale avait encore un long chemin à parcourir pour contrôler l'inflation.

Que disent les analystes?

L'ambiance a changé, comme le montre Ed Yardeni, le président de la société d'analyse du même nom:

«Nous nous trouvons dans une période sombre»

Des nuages noirs s'amoncellent, en effet, sur l'économie américaine, car les dernières données conjoncturelles indiquent un ralentissement économique prononcé.

«Et les risques de récession généralisée semblent également augmenter», selon l'expert. Toutefois, les bourses sont célèbres pour leurs sautes d'humeur. (Avec du matériel de la dpa) (aargauerzeitung.ch)

Des militaires aux frontières capturent des Russes en fuite

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Qui est Mark Mateschitz, «héritier fugitif» et millénial le plus riche d'Europe?
Jusqu'à récemment, Mark Mateschitz, le fils du tout-puissant fondateur de Red Bull s'était soigneusement tenu à l'écart des spotlights. La mort de son père, «Didi», le mois dernier, a changé la donne. A 30 ans, l'Autrichien se retrouve à la tête de la plus grosse fortune de son pays. Retour sur ce (lourd) héritage.

L'annonce, concise, n'est pas tombée de la bouche de Mark Mateschitz, ce vendredi 4 novembre. Juste une citation en guise d'introduction, dans un mail envoyé à tous les collaborateurs. Après des semaines de spéculations et de rumeurs, la succession de l'empire Red Bull est réglée en quelques lignes. Le style de la maison. Des questions? Elles ne sont pas les bienvenues.

L’article