DE | FR

On risque bien d'être un peu plus pauvres en 2021

La Banque nationale suisse a relevé sa prévision d'inflation pour l'année en cours à +0.2%. Ça veut dire quoi ce charabia? On vous explique.
25.03.2021, 18:3127.03.2021, 13:23
Suivez-moi

La Banque nationale suisse (BNS), vous connaissez? Elle a notamment pour mission de faire en sorte que la monnaie garde sa valeur et que l'économie puisse se développer. Jeudi, elle a relevé sa prévision d'inflation pour l'année en cours à +0.2%. Hein? Pas de panique, on reprend les bases:

Dans notre système économique, les gens achètent ce que les entreprises produisent. De leur côté, ces dernières payent un salaire aux futurs consommateurs. Au milieu, il y a l'Etat qui taxe les uns et les autres pour pouvoir rémunérer ses fonctionnaires et lui-même consommer.

L'inflation c'est quoi alors?

L'inflation c'est quand les prix des biens (les trucs matériels) et des services (les trucs immatériels) augmentent. Si en 2019 votre dentifrice coûte cinq francs et qu'il y a une inflation de 2% en 2021 vous le payerez alors dix centimes plus cher. C'est, par conséquent, une baisse de la valeur de la monnaie: avec la même somme on achète moins de trucs.

Attention, une augmentation temporaire du prix d'un bien, ce n'est pas de l'inflation. Le calcul de l'inflation est la moyenne de plein de produits différents à travers un pays sur un temps long.

Compliquons un peu les choses: si on achète le «supersmartphone 1» à 1000 francs, en 2020 et que le «supersmartphone 2» est 1200 francs en 2021, il est compliqué de calculer quelle part va à une hausse en raison de l'innovation ou de l'inflation. C'est donc d'assez relatif comme valeur.

Et c'est bien ou mal?

Les deux mon capitaine!

  • Pas bien pour l'épargne: les petits sous que l'on a économisé vont perdre de la valeur, car on pourra s'acheter moins de trucs avec.
  • Bien quand on est endetté: si on a emprunté un certaine somme, par exemple 1000 francs, vu que l'argent vaut moins, alors la dette (en pognon) aussi.

Comment apparaît-elle?

Il y a plusieurs choses qui peuvent conduire à une hausse de l'inflation et parfois ils se combinent, quelques exemples:

Par la demande:

  • C'est une donnée économique de base: quand il y a plus d'acheteurs que de vendeurs pour certains biens, les prix de ce dernier auront tendance à monter.

Par l'offre:

  • L'augmentation des coûts de production: par exemple une pandémie limite les transports, ça coûte plus cher d'échanger les biens. Cela se répercute sur le prix final.
  • L'inflation importée: c'est la hausse des prix dans d'autres régions, qui a des conséquences ici en Suisse. Si le prix d'achat d'une matière première (ex: minerais, produit agricole), augmente dans un pays tiers, alors par ricochet, celui de biens fabriqués avec cette matière première, en terres helvétiques, augmentent également.
  • L'excès de masse monétaire, autrement dit le trop plein d'argent. Pour rappel, la monnaie se trouve sous forme physique (les billets) ou numérique (sur un compte en banque). Par conséquent, s'il y a trop d'argent dans l'économie par rapport aux biens et services que l'on peut acheter. Le pognon va donc perdre de la valeur.

Le rôle de la BNS

La Banque nationale suisse a pour mandat de mener une politique monétaire conçue de telle sorte que la monnaie garde sa valeur et que l’économie puisse se développer de manière optimale. Pour se faire elle dispose de plusieurs outils techniques.

Alors que va-t-il se passer en 2021?

Alors maintenant que vous avez bien tout compris de quoi on cause, on reprend à l'info du jour:

La BNS a relevé sa prévision d'inflation pour l'année en cours à +0,2%, contre une évolution plate au dernier pointage de décembre. Le renchérissement doit par la suite accélérer à 0,4% en 2022 et 0,5% l'année d'après.

La nouvelle donne pour 2020 s'explique essentiellement par la hausse des cours du pétrole, ainsi que par l'affaiblissement du franc. La situation conjoncturelle, elle, demeure marquée par la pandémie de Covid-19 et les mesures adoptées pour la juguler. Misant sur un prochain relâchement de ces mesures, la BNS maintient sa projection de croissance pour l'année en cours entre 2,5% et 3,0%.

Vous avez appris plein de trucs? Prenez un bol d'air frais avec les images de l'Xtrème de Verbier

1 / 7
Xtreme de Verbier
source: keystone / valentin flauraud
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'Europe a un plan pour confisquer (encore plus) d'avoirs d'oligarques russes
Elle a beau avoir déjà gelé pour quelque 10 milliards d'euros d'avoirs russes, l'Union européenne ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Elle a déjà prévu tout un programme pour poursuivre les confiscations et s'harmoniser sur les sanctions des tricheurs. Voici ce qu'elle projette.

Depuis le début de la guerre, l'UE n'y est pas allée avec le dos de la cuillère en matière de sanctions économiques: elle a déjà confisqué plus de 10 milliards d'euros d'avoirs (bateaux, hélicoptères, biens immobiliers, oeuvres d'art, comptes bancaires) de personnalités en liens avec le Kremlin. Et ce sont plus de 200 milliards d'euros de transactions qui ont été bloqués.

L’article