DE | FR

On risque bien d'être un peu plus pauvres en 2021

Bild

La Banque nationale suisse a relevé sa prévision d'inflation pour l'année en cours à +0.2%. Ça veut dire quoi ce charabia? On vous explique.

Jason Huther
Jason Huther



La Banque nationale suisse (BNS), vous connaissez? Elle a notamment pour mission de faire en sorte que la monnaie garde sa valeur et que l'économie puisse se développer. Jeudi, elle a relevé sa prévision d'inflation pour l'année en cours à +0.2%. Hein? Pas de panique, on reprend les bases:

Dans notre système économique, les gens achètent ce que les entreprises produisent. De leur côté, ces dernières payent un salaire aux futurs consommateurs. Au milieu, il y a l'Etat qui taxe les uns et les autres pour pouvoir rémunérer ses fonctionnaires et lui-même consommer.

L'inflation c'est quoi alors?

L'inflation c'est quand les prix des biens (les trucs matériels) et des services (les trucs immatériels) augmentent. Si en 2019 votre dentifrice coûte cinq francs et qu'il y a une inflation de 2% en 2021 vous le payerez alors dix centimes plus cher. C'est, par conséquent, une baisse de la valeur de la monnaie: avec la même somme on achète moins de trucs.

Attention, une augmentation temporaire du prix d'un bien, ce n'est pas de l'inflation. Le calcul de l'inflation est la moyenne de plein de produits différents à travers un pays sur un temps long.

Compliquons un peu les choses: si on achète le «supersmartphone 1» à 1000 francs, en 2020 et que le «supersmartphone 2» est 1200 francs en 2021, il est compliqué de calculer quelle part va à une hausse en raison de l'innovation ou de l'inflation. C'est donc d'assez relatif comme valeur.

Et c'est bien ou mal?

Les deux mon capitaine!

Comment apparaît-elle?

Il y a plusieurs choses qui peuvent conduire à une hausse de l'inflation et parfois ils se combinent, quelques exemples:

Par la demande:

Par l'offre:

Le rôle de la BNS

La Banque nationale suisse a pour mandat de mener une politique monétaire conçue de telle sorte que la monnaie garde sa valeur et que l’économie puisse se développer de manière optimale. Pour se faire elle dispose de plusieurs outils techniques.

Alors que va-t-il se passer en 2021?

Alors maintenant que vous avez bien tout compris de quoi on cause, on reprend à l'info du jour:

La BNS a relevé sa prévision d'inflation pour l'année en cours à +0,2%, contre une évolution plate au dernier pointage de décembre. Le renchérissement doit par la suite accélérer à 0,4% en 2022 et 0,5% l'année d'après.

La nouvelle donne pour 2020 s'explique essentiellement par la hausse des cours du pétrole, ainsi que par l'affaiblissement du franc. La situation conjoncturelle, elle, demeure marquée par la pandémie de Covid-19 et les mesures adoptées pour la juguler. Misant sur un prochain relâchement de ces mesures, la BNS maintient sa projection de croissance pour l'année en cours entre 2,5% et 3,0%.

Vous avez appris plein de trucs? Prenez un bol d'air frais avec les images de l'Xtrème de Verbier

1 / 7
Xtreme de Verbier
source: keystone / valentin flauraud
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Economie»

Les loyers reculent partout... sauf en Suisse romande et à Zurich

Link zum Artikel

H&M licencie un millier de personnes en Espagne

Link zum Artikel

L'économie mondiale se relance plus vite que prévu

Link zum Artikel

C'est quoi exactement cette délicate réforme de l'AVS?

Link zum Artikel

Dans le mariage, chacun gagne à payer sa part d'impôts

Link zum Artikel

Amateurs de poissons, méfiez-vous des arnaques!

Link zum Artikel

Le groupe de Zara et Bershka ne vend plus et perd 70% de bénéfices

Link zum Artikel

Lego touche le jackpot grâce aux confinements

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La pandémie n'a pas fait chuter la paie des patrons suisses

Covid ou pas, le salaire des patrons n'a pratiquement pas bougé en 2020. Certains ont même vu leurs rémunérations augmenter.

La pandémie de coronavirus et ses répercussions économiques n'ont quasiment pas eu d'impact sur les salaires des grands patrons suisses.

En moyenne, les dirigeants des plus importantes sociétés cotées à la Bourse suisse ont reçu en 2020 une rétribution de 6.2 millions de francs, un niveau quasiment stable par rapport à l'exercice précédent.

Au niveau des directeurs généraux, près de la moitié des patrons ont vu leur rémunération augmenter. Sur le podium des mieux payés en 2020, on retrouve:

Certains …

Lire l’article
Link zum Artikel