Economie
Assurance maladie

Hausse des primes en Suisse: la FRC a une solution radicale

Pour la conseillère nationale verte Sophie Michaud Gigon, la situation concernant les assurances maladie en Suisse est doublement préoccupante.
Pour la conseillère nationale verte Sophie Michaud Gigon, la situation concernant les assurances maladie en Suisse est doublement préoccupante.keystone/montage watson

Hausse des primes maladie: la FRC propose une solution radicale

La Fédération romande des consommateurs (FRC) exige de Berne un recours au droit d'urgence pour soulager les personnes à bas et moyens revenus face à la future hausse des primes maladie. Les réactions fusent.
24.08.2023, 18:5125.08.2023, 12:29
Francesco Benini / ch media
Plus de «Economie»

Les primes d'assurance-maladie devraient une nouvelle fois augmenter de plus de 5%. C'en est trop pour la Fédération romande des consommateurs (FRC). Elle attend du Conseil fédéral qu'il applique le droit d'urgence pour geler la hausse des prix.

Selon la secrétaire générale de l'organisation et conseillère nationale verte, Sophie Michaud Gigon, la situation est doublement préoccupante. D'une part, les classes à revenus faibles et modérés sont déjà sous pression à cause de la hausse des loyers, des prix de l'énergie, des transports publics et des denrées alimentaires. Sans compter l'augmentation des primes. «Cela ne peut pas continuer ainsi», déclare Michaud Gigon.

D'autre part, toutes les tentatives de réforme lancées durant la législature ont à nouveau échoué.

«Chaque fois qu'il s'agit de prendre des mesures pour réduire les coûts de la santé, un lobby nous barre la route. D'abord l'industrie pharmaceutique, ensuite les caisses maladie et les médecins spécialistes. Ils parviennent à rallier une majorité du Parlement à leur cause»
Sophie Michaud Gigon, conseillère nationale verte

Forcer le Parlement à réformer la santé

Mais comment assumer la hausse des coûts de la santé si les primes sont gelées? Qui paiera la différence? Sophie Michaud Gigon appelle à une «répartition plus équitable» alors que les assurés supportent déjà deux tiers de la facture. La FRC travaille sur un nouveau modèle dont elle discutera le 5 septembre lors d'un «sommet sur le pouvoir d'achat» à Berne. Le gel des primes devrait être levé uniquement lorsque le Parlement aura réussi à réduire les coûts de la santé.

Le conseiller national socialiste Pierre-Yves Maillard comprend la demande de la FRC. Il estime que la majorité bourgeoise du Parlement a échoué dans la politique de santé et qu'il est maintenant décisif qu'un contre-projet efficace à l'initiative populaire du PS soit adopté. Les socialistes veulent en effet que personne ne dépense plus de 10% de son revenu pour l'assurance maladie. Pierre-Yves Maillard souligne qu'il a lui-même introduit ce seuil alors qu'il était au Conseil d'Etat vaudois. Désormais, le canton dépense plus d'argent pour garder les primes sous contrôle.

Le Parlement fédéral examine également une initiative populaire du Centre sur les coûts de la santé. Elle demande que si les coûts de la Lamal augmentent d'un cinquième de plus que les salaires, la Confédération prenne des mesures en collaboration avec les cantons pour contenir les coûts. Le président du Centre, Gerhard Pfister, reconnaît, comme la FRC, que le Parlement n'est pas parvenu à des réformes concluantes. Mais geler les primes n'apporterait rien à ses yeux:

«Notre initiative est réellement efficace puisqu'elle oblige la Confédération à intervenir si et seulement si les coûts augmentent fortement»
Gerhard Pfister, président du Centre

Le PLR et l'UDC ressortent un vieux dossier

De son côté, le conseiller national PLR Andri Silberschmidt qualifie d'«insensée» la requête de la Fédération romande des consommateurs.

«La FRC veut-elle aussi un gel des traitements? N'oublions pas que les factures continuent d'arriver»

Selon le libéral-radical, il faudrait privilégier les traitements ambulatoires au lieu des prises en charge stationnaires. Autre proposition: élargir les modèles d'assurance alternatifs et les rendre plus attrayants. «Et on peut supprimer l'obligation de contracter entre les caisses maladie et les médecins». En clair, cela signifierait que les assurances pourraient choisir librement les médecins auprès desquels les soins seront remboursés. Cette déclaration peut surprendre, la suppression de l'obligation de contracter étant une vieille revendication que le Parlement a rejetée à plusieurs reprises par le passé.

Le conseiller national UDC Thomas de Courten est d'accord avec Andri Silberschmidt pour assouplir l'obligation de contracter. Bien que, selon lui:

«Geler les primes reviendrait à faire l'autruche. Il faut plutôt mettre fin au rôle multiple des cantons dans le domaine de la santé, et établir un financement uniforme des traitements ambulatoires et stationnaires»
Thomas de Courten, conseiller national UDC

Les pistes pour diminuer les coûts de la santé ne manquent pas. La balle est désormais dans le camp du Parlement, qui doit parler d'une seule voix pour se concentrer sur mesure forte unique.

Traduit et adapté par Valentine Zenker

La voix de Mario prend sa retraite après 30 ans de plomberie
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
6 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
6
Le Suisse Dormakaba révolutionne la sécurité aérienne aux Etats-Unis
Connu pour ses systèmes de clés et de portes, le groupe zurichois Dormakaba participe à un projet de contrôles de sécurité autonomes dans les aéroports américains. Cette phase de tests pourrait déboucher sur de futurs contrats.

Le journaliste de la chaîne de télévision américaine ABC est enthousiaste: «This is pretty cool», déclare Gio Benitez dans son reportage pour la matinale populaire Good Morning America. Le reporter se trouve à l'aéroport de Las Vegas pour présenter un projet qui doit révolutionner les contrôles de sécurité. L'entreprise zurichoise Dormakaba, spécialisée dans les systèmes d'accès et surtout connue pour ses clés et serrures Kaba, y participe. Son logo apparaît très distinctement tout au long de la séquence.

L’article