DE | FR
Bild

Olivia Menzi (38 ans) a déjà un long parcours derrière elle: apprentissage de polymécanicienne, Bachelor de gestionnaire d'interaction, gestion d'une agence web et actuellement copropriétaire de la société de conseil tinkla GmbH et présidente de l'association «Mehr als zwei».
photo: barbara hess

Mme durabilité

2,8 millions de tonnes de denrées sont jetées en Suisse. Un gaspillage inutile

L'association «Mehr als zwei» a fait de la lutte contre le gaspillage alimentaire son cheval de bataille. Nous avons parlé avec sa présidente Olivia Menzi des objectifs et valeurs de l'association, et lui avons demandé où elle trouve l'énergie pour s'attaquer à un problème qui paraît insurmontable.

Jennifer Zimmermann
Jennifer Zimmermann



Pour bien commencer sa journée, Olivia Menzi a besoin de 1,5 tonne de bananes. Je l'entends rire au téléphone quand elle me raconte ce qui s'est passé ce matin-là. «Un grand détaillant suisse nous a un jour demandé si nous avions des preneurs pour 1,5 tonne de bananes en trop», explique la présidente de l'association «Mehr als zwei». L'objectif de l'association pour le cycle de projet 2019-2023: traiter de manière raisonnable les denrées excédentaires et ainsi réduire le gaspillage alimentaire.

1,5 tonne de bananes? Ce sont environ 100 caisses de banane, explique Olivia Menzi, 38 ans. Et notre conversation est donc lancée autour du fruit qui a également été la star du premier projet de l'association: la banane.

Contenu en partenariat avec le WWF
Ce blog est le résultat d’un partenariat avec le WWF. Les articles sont rédigés par Jennifer Zimmermann, journaliste indépendante.

Jennifer est (principalement) végétarienne, se douche (trop) souvent (trop) longtemps et s’arrête (presque) toujours pour fouiller les caisses portant la mention «Gratuit», posées sur les trottoirs de sa ville, au grand désarroi de certains membres de sa famille. Sous le nom «Mme Durabilité», elle abordera à l’avenir les thèmes qui nous concernent tous (en principe), pour le compte du WWF. Si vous souhaitez en savoir plus sur votre côté durable, répondez aux questions du calculateur d’empreinte écologique.

Ce contenu n’a pas été payé.

Une nouvelle vie pour les denrées alimentaires excédentaires – réduire le gaspillage

30 000 tonnes de bananes sont jetées chaque année en Suisse. Olivia Menzi explique: «Ces bananes sont excédentaires, soit parce qu'elles ont subi des dommages dus au froid pendant le transport, soit parce qu'elles sont un peu trop avancées dans le processus de maturation, et ce ne sont là que deux raisons possibles.» Ces bananes, comme tant d'autres fruits et légumes, finissent à la poubelle. C'est là qu'intervient l'association «Mehr als zwei», fondée en 2019. S'il fallait résumer la démarche de l'équipe de trois personnes, composée d'Olivia Menzi, Karin Friedli et Urs Bucher:

«Nous voulons faire durer les excédents plus longtemps en leur donnant une seconde vie.»

Bild

Olivia Menzi rend visite à tous les producteurs sur place et leur donne elle-même un coup de main. «La confiance s'établit de cette manière et c'est le seul moyen pour moi de voir où résident les problèmes.» Comme dans le cas les bananes. «Beaucoup était vraiment très tordues.» photo: kollektif.ch

C'est ainsi qu'est né le projet «Deine Banane ist kein Abfall» («Ta banane n'est pas une ordure»). Des bâtonnets de bananes séchées ont été fabriqués à partir de bananes excédentaires avec l'aide d'une entreprise familiale thurgovienne. Ils ont été lancés sur le marché en avril 2020. Grâce à d'autres producteurs et produits locaux, comme la bière à la banane et la crème glacée, quelque sept tonnes de bananes ont reçu une nouvelle vie depuis février 2020. Et si vous souhaitez consommer des bananes trop mûres chez vous, à la maison, vous pouvez par exemple trouver ce délicieux granola à la banane sur le blog de l'association.

Bild

Olivia Menzi en compagnie de Roland Kauderer de «Öpfelfarm», l'entreprise familiale thurgovienne avec laquelle son association a fabriqué les bâtonnets de banane séchée. photo: kollektif.ch

Quand le fromage à raclette est «trop dur»

Mais ne gérer que le cas de la banane ne suffit pas. En Suisse, 2,8 millions de tonnes de denrées alimentaires finissent chaque année à la poubelle. La plupart des gens ne sont pas conscients de l'ampleur du problème, selon Olivia Menzi. «Les consommateurs ne se rendent pas compte que les palettes sont rejetées par camions entiers - souvent à cause de petits défauts.» Un fromage à raclette «trop dur», un fromage qui ne pèse que 96 grammes au lieu de 99 grammes, et toute une liste d'autres «défauts» qu'elle cite non sans une pointe d'étonnement dans la voix.

Comment agir de manière efficace au moment de s'attaquer à un problème aussi important? Même elle ne sait pas non plus quelle est la meilleure solution sur le plan politique. Ce qui est sûr, c'est que «ça doit faire mal à tous les niveaux, et dans notre système, cela se résume en un mot: l'argent.» Mais la responsabilité ne doit pas se répercuter sur les individus. Beaucoup de bonnes initiatives existent déjà et pourtant, il arrive encore trop souvent que les différents acteurs se montrent du doigt et se tirent dans les pattes.

L'approche de son association est donc la suivante: «Nous nous concentrons sur la vue d'ensemble. Nous commençons par un prototype simple et nous démontrons qu'il peut réussir et comment faire pour y parvenir. Le travail le plus difficile intervient ensuite, au moment de faire financer chaque projet à partir de zéro.» Les projets sont et ont été financés jusqu'à présent par Génération M et la Fondation Mercator. «Avec cet argent, nous nous versons un petit salaire de base. Mais ce n'est pas encore assez pour nous permettre de nous concentrer exclusivement sur ce travail», explique Olivia Menzi. «J'aimerais qu'il y ait un véritable revenu de base pour nous permettre de faire avancer ces objectifs et projets durables», confie-t-elle.

Une femme qui agit au lieu de parler

Voilà qui ressemble à un sérieux obstacle; sans oublier que les trois membres de l'association ne viennent pas de ce secteur. «Ce n'est pas un problème. Ce point est largement compensé par nos points forts que sont les processus UX, le travail agile et, enfin et surtout, la mise en réseau et l'instauration de la confiance», est convaincue Olivia Menzi. A ce jour, toutes les collaborations débutent sur une simple poignée de main. Le réseautage, souligne-t-elle, ne figure pas dans la comptabilité des entreprises. Pourtant, il s'agit souvent du point central de leurs efforts.

Lorsqu'on lui demande d'où elle tire toute son énergie et quels conseils elle donne aux personnes qui sont simplement en colère, tristes ou impuissantes face au gaspillage alimentaire et aux thématiques associées, elle répond par un long silence. Je l'entends respirer un peu plus fort de l'autre côté la ligne; peut-être sourit-elle?

Olivia Menzi n'est pas une femme qui donne des conseils pour se sentir bien ou qui utilise des citations inspirantes. Elle se montre simplement comme elle est: pleine d'idées, de dynamisme et de pragmatisme. «Je veux impliquer les gens avec mes connaissances et mes idées. Je vois ce que je peux réaliser chaque semaine et de nombreuses personnes formidables me font confiance. C'est ce qui m'a redonné l'énergie à chaque baisse de motivation.»

Oui, chaque jour n'a que 24 heures, ajoute-t-elle, lucide. Mais cela ne semble pas la ralentir du tout.

Et vous, connaissez-vous des start-ups, personnalités ou initiatives que vous admirez? N'hésitez pas à les partager dans les commentaires!

Le gaspillage alimentaire en chiffres

2,8 millions de tonnes de denrées alimentaires sont perdues chaque année en Suisse. Cela correspond à 330 kilos par personne et par an, soit environ un quart des gaz à effet de serre produits par notre alimentation. Si tous les acteurs concernés parvenaient à éviter au moins un tiers du gaspillage actuel, nous pourrions par exemple économiser une quantité de CO2 équivalant aux émissions de 500 000 voitures. En plus d'être moralement répréhensible, le gaspillage alimentaire constitue un gâchis de précieuses ressources – terres arables, eau, énergie, etc. Il est aussi dommageable sur le plan financier: en moyenne, un ménage suisse jette chaque année l'équivalent de plus de 600 francs de nourriture.

sources: WWF/ofev, 2019

Cette influenceuse crée des sandwichs complètement fous

Vidéo: watson

Les collaborations food les plus improbables

1 / 8
Les collaborations food les plus improbables
source: pizza hut
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Mme durabilité

Un dialogue avec ma conscience écologique

«Mme Durabilité» est tout sauf parfaite. Elle se donne de la peine et en a, et c’est normal. Si la quête de perfection lui gâche les aspects joyeux de la vie durable, elle sait que l’imperfection permet toujours de s’améliorer.

«Hé! Oui, toi!»« ... »«Psst!» «Oh, mais qui me parle?»«C’est moi. Tu le sais bien.»«Je ne sais rien.»«J’ai un indice à te donner: je suis sale.»«... mes pensées?»«Non, tu me fais rire. Sale et tout moisi.»«Ma cave?»«Non! Je suis ton bac à compost. M’aurais-tu oublié?»«Hum, oui... juste. J’avais pris la bonne résolution de me mettre au compostage.»«Exact. Je te signale que cela fait trois semaines maintenant. Et là, ce n’est plus tenable. Ta bonne …

Lire l’article
Link zum Artikel