DE | FR

La Bourse suisse frappée de plein fouet par la guerre en Ukraine

Le franc s'est approché à quelques encablures de la parité avec l'euro dans la nuit de jeudi à vendredi.
Le franc s'est approché à quelques encablures de la parité avec l'euro dans la nuit de jeudi à vendredi.Image: sda
Alors que la guerre en Ukraine s'intensifie, la Bourse suisse creusait ses pertes vendredi. Dans ce contexte, le franc suisse s'est mué en valeur refuge, au point d'atteindre quasiment la parité avec l'euro. Une première depuis sept ans.
04.03.2022, 17:0107.03.2022, 06:36
Suivez-moi

A l'instar des places financières européennes, américaines et asiatiques, la Bourse suisse est en chute libre. Vendredi, à l'approche de la mi-journée, son indice phare, le Swiss market index (SMI), est brièvement passé sous la barre des 11 400 points.

«L'appétit au risque (des investisseurs) demeure limité comme la guerre s'intensifie en Ukraine», résume l'analyste Ipek Ozkardeskaya de Swissquote.

Seuls deux groupes s'en sont sortis

Parmi les 30 valeurs clés, seuls Kühne+Nagel et Givaudan arrivaient à sortir la tête de l'eau: le logisticien a pris 1.6%, tandis que le producteur d'arômes et de parfums 0.4%, sans information particulière. Les poids lourds (Roche, Nestlé, Novartis) ont pour leur part cédé leurs gains.

Swatch (-5,7%) figurait également parmi les grands perdants. Le groupe horloger a suspendu ses exportations vers la Russie, tout en gardant ses boutiques ouvertes. Son concurrent Richemont (-5,1%) n'en menait pas large non plus.

La volatile AMS Osram (-6,6%) tenait la lanterne rouge, derrière Adecco (-6,4%) et UBS (-6,2%). Les autres valeurs bancaires Julius Bär (-3.5%) et Credit Suisse (-4,5% ) s'enfonçaient également.

Parité quasiment atteinte

Le franc s'est approché à quelques encablures de la parité avec l'euro dans la nuit de jeudi à vendredi.

Vers 12h15 vendredi, la monnaie suisse s'échangeait à 1,00765 francs pour un euro: un niveau que la paire de devises n'avait plus atteint depuis l'abandon du taux plancher par la Banque nationale suisse (BNS) en janvier 2015. Date à laquelle la devise helvétique était même passée sous la parité face à la monnaie unique européenne.

Une explication: le franc est une valeur refuge

Les marchés ont assisté à une «nouvelle forte progression des monnaies refuges que sont le franc suisse, le dollar et le yen», a expliqué John Plassard, directeur adjoint de Mirabaud Banque, dans un commentaire.

Mais c'est surtout la faiblesse de l'euro qui semble profiter au franc. «La monnaie unique (européenne) est désormais coupable par association géographique, et les gros titres sur le nucléaire aujourd'hui ne vont pas aider sa cause», a estimé l'analyste Jeffrey Halley d'Oanda.

Dans ce contexte, c'est le dollar qui semble être la valeur refuge la plus appréciée du moment. «Si la situation empire au point que les investisseurs clôturent leurs positions, le dollar américain sera de loin la meilleure couverture», a constaté l'analyste senior de Swissquote, Ipek Ozkardeskaya.

L'opération militaire russe en images

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Des courts-circuits au ralenti? C'est très joli

Plus d'articles sur la guerre en Ukraine

Des personnes trans sont bloquées en Ukraine

Link zum Artikel

Sean Penn emmène Hollywood en Ukraine pour un documentaire

Link zum Artikel

La guerre en Ukraine, ça vous préoccupe? Comment? Dites-nous tout!

Link zum Artikel

Conflit Ukraine-Russie: 3 scénarios militaires les plus probables

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Dans cette start-up, la sieste au travail est obligatoire et payée
La sieste au travail accroîtrait la productivité du salarié, selon une étude. C'est en tout cas l'un des motifs qui a poussé une start-up indienne à imposer la sieste à ses employés.

La start-up indienne Wakefit a instauré un temps de sieste pour ses employés. C'est sur Twitter que l'entreprise a partagé la nouvelle le 5 mai dernier. Le co-fondateur de l'entreprise, Chaitanya Ramalingegowda, a écrit vouloir «passer à la vitesse supérieure» et améliorer sa politique «du droit à la sieste».

L’article