Economie
La Poste

La Poste face à un nouveau problème: «le pire greenwashing»

La Poste est dans la tourmente après avoir acheté des forêts hors de prix en Allemagne.
Image: watson

La Poste face à un nouveau problème: «le pire greenwashing»

La Poste a récemment fait l'acquisition d'une forêt au centre de l'Allemagne pour compenser le rejet d'environ 9000 tonnes de CO2 dans l'atmosphère. Problème, l'Allemagne en profite déjà dans son bilan carbone.
13.09.2023, 12:12
Christian Mensch / ch media
Plus de «Economie»

La forêt de Zillbach, 2400 hectares situés dans le land allemand de Thuringe appartient depuis peu à La Poste. Elle l'a acheté à (très) grand frais à un noble local. Le géant jaune suisse entend se diriger vers la neutralité climatique d'ici à 2040, notamment grâce à ce lopin de terre. Mais un autre problème vient de se glisser dans ce dossier qui colle comme la poix au leader de la livraison d'enveloppe: la parcelle de forêt est déjà prise en compte dans la comptabilité climatique de l'Allemagne. Oups, elle a couté 70 millions.

Il s'agit du «pire greenwashing» commis par l'entreprise suisse, a déclaré Sebastian Rüter, de l'Institut Thünen de Hambourg pour la recherche sur le bois, à l'hebdomadaire allemand Die Zeit. L'institut fournit à l'Office fédéral allemand de l'environnement des données pour l'inventaire national des gaz à effet de serre.

Les particularités du secteur forestier semblent être un terrain encore largement inconnu pour La Poste. L'entreprise préfère parler de «cercles de bilan différents». L'un concernerait l'Etat, l'autre une entreprise. Mais La Poste se montre sur la réserve: «Nous sommes tout à fait conscients que toutes les questions ne sont pas encore clarifiées».

Pourquoi il y a un problème?

Depuis le passage du Protocole de Kyoto (1997) au Protocole de Paris (2016), le problème du double comptage est non seulement connu, mais également interdit.

Tout n'est que greenwashing? La Poste continue de faire l'objet de critiques après l'achat de la forêt de Zillbach, en Thuringe, en Allemagne.
Image: watson

Conformément aux règles de la protection internationale du climat, la Suisse tient également un inventaire national des gaz à effet de serre. La performance climatique de la forêt suisse y est en principe prise en compte. Les propriétaires forestiers qui ont adhéré à l'Association suisse pour la protection de la forêt et du climat peuvent, toutefois, faire exclure leur parcelle de forêt, de sorte que celle-ci ne figure pas dans la comptabilité climatique de la Confédération.

Elles peuvent ainsi commercialiser elles-mêmes la prestation forêt-climat pour le refinancement de leurs dépenses et émettre des certificats. Mais une telle autorisation n'existe pas pour la forêt de Zillbach qui nous occupe. En tant que projet transfrontalier, un traité international serait également nécessaire, comme la Suisse l'a déjà conclu avec différents pays, mais pas... avec l'Allemagne.

Magouilles sur la neutralisation du CO2

La forêt allemande permettrait d'absorber 11,2 tonnes de CO2 par an et par hectare. On calcule ainsi une performance climatique d'environ 27 000 tonnes de CO2. Cela montre que la performance climatique de 9000 tonnes de carbone par an promise par La Poste ne se réfère pas à cette croissance des arbres prise en compte dans l'inventaire allemand des gaz à effet de serre, mais à un bénéfice climatique «supplémentaire».

Un tel bénéfice pourrait être obtenu, par exemple, si les troncs étaient utilisés pour du bois de construction ou si le carbone était transformé à long terme en charbon végétal. La Poste souligne également que la prestation climatique de la forêt de Thuringe ne doit pas être considérée comme une compensation de CO2, mais comme une neutralisation de CO2. De tels calculs sont, toutefois, très controversés. La Poste souligne que la méthodologie sera développée «étape par étape» au cours des prochaines années, en faisant également appel à des experts internationaux.

La Poste pourrait ainsi réfuter le reproche de «greenwashing» par une double comptabilisation, mais à l'inverse, le prix d'achat de 70 millions de francs ne constitue en aucun cas une contribution de La Poste au climat. Enfin, une forêt ne se soucie pas de savoir qui est inscrit au registre foncier comme son propriétaire.

Spéculation sur l'explosion des certificats de CO2

Sur le plan économique lié au climat, la Poste manque actuellement d'arguments convaincants. Après tout, le prix à payer de 70 millions de francs semble élevé pour une réduction annuelle attendue de 9 000 tonnes de carbone.

La Fondation suisse pour la protection du climat et la compensation du CO2 paie actuellement entre 100 et 160 francs par tonne de CO2 réduite. Ainsi, la performance climatique attribuable à la forêt de Zillbach a une valeur annuelle comprise entre 0,9 et 1,4 million de francs. Pour les 70 millions de francs, la Poste pourrait donc acheter la même performance environnementale pendant 50 à 75 ans. Si la fortune de la Poste était simplement investie sur le marché financier avec un rendement de seulement 2% au cours de cette période, les coûts seraient couverts sans perte de capital.

Malgré la flambée actuelle des prix, la Poste aurait peut-être réalisé une bonne affaire, à long terme, si le changement climatique faisait monter le prix d'une tonne de CO2 compensée dans les prochaines années. Dans ce cas, le calcul serait tout à fait différent, et la Poste aurait au moins spéculé judicieusement.

L'évolution du logo de la Poste
1 / 10
L'évolution du logo de la Poste
partager sur Facebookpartager sur X
Ce prince de Bel-Air suisse surprend des passants et Will Smith valide!
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
12 ans pour éliminer 50% des bureaux: voici les chiffres de La Poste
Avec les nouvelles suppressions de bureaux de poste, leur nombre sera réduit à 600 d'ici à 2028, soit une réduction de moitié depuis 2012.

Avec les nouvelles suppressions de bureaux de poste d'ici 2028 portant leur nombre à 600, le géant jaune aura réduit de moitié son réseau en moins de 12 ans.

L’article