DE | FR

Le pain et les pâtes vont augmenter en Suisse et pas (encore) à cause de l'Ukraine

Plusieurs facteurs font exploser le prix des matières premières. Coop et Migros ne cachent pas une hausse des prix prochainement.
06.04.2022, 13:4706.04.2022, 16:19
Claire KOSTMANN/ AWP

En Suisse, le prix du pain et des pâtes a augmenté depuis le début de l'année. La hausse générale des coûts, mais aussi la mauvaise récolte de 2021 sont davantage responsables que la flambée des cours du blé à cause de la guerre en Ukraine.

Pour le prix du pain, «on commence à être sur une tendance à la hausse», a expliqué Jean Busché, responsable Economie à la Fédération romande des consommateurs (FRC). Selon l'Office fédéral de la statistique (OFS):

  • De janvier à mars, le prix à la consommation du pain a augmenté de 2,4%.
  • Pour les pâtes alimentaires, l'envolée est encore plus nette, frôlant les 10,5%.

Pour l'expert, il est «difficile d'isoler la part de cette augmentation directement liée à la guerre en Ukraine», grand pays producteur de blé, car «la chaîne de valeur est assez étendue pour un kilo de pain». Les facteurs sont nombreux au-delà du blé, «il y a aussi le transport, le moulin, etc.»

Si ce n'est pas la guerre en Ukraine, pourquoi cette hausse?

Selon l'Association suisse des patrons boulangers-confiseurs (BCS), les professionnels ne subissent pas de conséquences liées à la guerre en Ukraine. Une porte-parole de l'association professionnelle qui rassemble 1400 membres assène qu'en revanche:

«La plupart de nos membres ont augmenté leurs prix en décembre et janvier»

En novembre dernier, l'association a attiré l'attention sur les dépenses pour les matières premières, l'emballage, l'énergie, les frais liés aux cartes de crédit et de débit, qui ont augmenté jusqu'à 15%.

Est-ce que l'on peut s'attendre a une hausse des prix en raison de la guerre en Ukraine?

A la Fédération des Meuniers Suisses (FMS), il n'y a «pas de panique», a assuré Lorenz Hirt, son directeur:

«En Suisse, environ 15% des céréales sont importées chaque année, dont 2% de Russie et d'Ukraine»

L'impact financier de la guerre en Ukraine ne peut pas encore être quantifié, selon le responsable. Toutefois, la filière ressent, comme d'autres, la hausse des coûts (gaz, emballage, logistique).

Les meuniers se préoccupent particulièrement de «la qualité de la prochaine récolte» en Suisse, qui influencera les quantités d'importations de France, d'Allemagne ou du Canada, tirant potentiellement les prix vers le haut.

Swiss granum, l'interprofession suisse des céréales, oléagineux et protéagineux, a expliqué dans une prise de position, le mois dernier, que la faible récolte de 2021 ainsi que les stocks de céréales panifiables ne suffiront pas jusqu'à la prochaine récolte. La branche a demandé «une augmentation du contingent tarifaire de céréales panifiables» pour assurer l'approvisionnement en Suisse, couvert dans une année normale par la récolte locale. L'organisation insiste:

«Cette augmentation n'est pas liée à la guerre en Ukraine, mais est due à la faible récolte 2021»

Que disent Coop et Migros?

Du côté des distributeurs, Coop a prévenu qu'il y aura certainement des augmentations de prix dans les prochains mois. Migros ne pourra «vraisemblablement pas» empêcher une accélération des tarifs à moyen terme.

La Fédération romande des consommateurs se dit vigilante «quant à d'éventuelles hausses des prix indues de la part des distributeurs, qui augmenteraient leurs marges au détriment des consommateurs finaux».

Un soldat ukrainien surprend sa famille et sa réaction devient virale

L'actu sur l'économie? Par ici

La Grèce rembourse plus tôt que prévu sa dette au FMI

Link zum Artikel

Importants changements à la présidence d'UBS

Link zum Artikel

Abramovitch, l'oligarque qui négocie la paix entre Poutine et Zelensky

Link zum Artikel

Ce qui se cache derrière les rumeurs sur les nouveaux avions d'Edelweiss

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le snus a le vent en poupe et Philip Morris compte bien en profiter
Le géant du tabac Philip Morris mise depuis longtemps sur les produits alternatifs à la fumée et le snus fait désormais son entrée dans l'assortiment. En Suisse, le tabac à sucer est de plus en plus apprécié.

«Snuser» au lieu de fumer. Se glisser discrètement une petite pochette blanche sous la lèvre supérieure au lieu de devoir sortir pour fumer. En Suisse, de plus en plus de fumeurs passent de la cigarette traditionnelle au tabac à sucer.

L’article