DE | FR

Le vrai problème de Poutine, c'est la démographie de la Russie

A long terme, la guerre en Ukraine va peser lourd sur l'avenir du pays. Elle va accentuer les problèmes démographiques de la Russie.
13.04.2022, 05:59
Thomas Burgel / slate
Un article de Slate
Slate

«D'un point de vue humanitaire, et dans la perspective de renforcer notre indépendance, et sur le plan économique, le problème démographique est le plus important.»

Telles que prononcées en novembre 2021 lors d'une conférence de presse, alors que l'invasion de l'Ukraine se préparait déjà, ces paroles rapportées par le Financial Times sont de Vladimir Poutine.

Les milliers de soldats perdus au combat? Les centaines de tanks détruits par les forces ukrainiennes, les avions abattus par dizaines, l'échec patent du plan stratégique initial, le vent de ridicule balayant les armées russes? Les sanctions économiques vigoureuses, la mise au ban des nations, les souffrances de son peuple? Telles n'étaient alors pas les sueurs froides qui empêchaient le président russe de trouver le sommeil: son cauchemar à lui, c'est la démographie.

Un trou d'air démographique

Comme il l'expliquait alors, et comme le redit le quotidien britannique, le taux de natalité de l'ex-URSS s'est littéralement effondré dans les années 1990, créant un trou d'air démographique dans les jeunes générations très problématique pour l'économie du pays, son présent comme son futur, immédiat et plus lointain.

Bien sûr, la guerre n'a pas arrangé les choses, bien au contraire: autant que les sanctions, c'est possiblement l'amplification de ces bouleversements démographiques qu'elle provoque qui pourrait finir par mettre le pays à genoux, et ce plus vite qu'on ne le pense.

Une crise économique profonde s'annonce

«Avec ce conflit fou, Poutine se tire une balle dans le pied, explique ainsi au FT Ilya Kashnitsky, démographe pour l'Interdisciplinary Centre on Population Dynamics au Danemark. Les plus grandes pertes ne viendront pas de la guerre, mais d'une crise économique profonde en Russie

Il y a d'abord les morts de la guerre, bien sûr. Le chiffre exact est difficile à déterminer, la Russie conservant une épaisse chape de plomb sur son «opération spéciale», mais les armées russes compteraient entre 7 et 15 000 morts selon une estimation faite le 24 mars par l'OTAN, le gouvernement ukrainien plaçant quant à lui le chiffre à plus de 18 000.

Il s'agit ici des décès. Les hommes mis hors de combat, gravement blessés, mutilés ou traumatisés à vie, inaptes aujourd'hui au combat comme demain à une vie normale, sont sans doute beaucoup plus nombreux.

Une émigration massive

Dans une population totale de 145 millions d'âmes, cela semble certes une goutte d'eau -ou de sang- mais à ceci s'ajoute surtout l'exode massif de jeunes travailleurs et travailleuses russes, notamment dans ce secteur primordial pour l'avenir qu'est la tech, quittant le pays et son atmosphère dictatoriale toutes affaires cessantes pour, peut-être, ne jamais y revenir.

Dans les quatre semaines ayant suivi l'invasion de l'Ukraine, et selon les chiffres recueillis par le Financial Times, le pays aurait ainsi perdu entre 50 et 70 000 de ces têtes bien faites, malgré la décision d'exempter le secteur de la tech de la conscription obligatoire pour tenter de juguler cette émigration massive.

En avril, 70 à 100 000 personnes supplémentaires pourraient choisir de fuir la Russie selon Sergey Plugotarenko, patron de la Russian Association for Electronic Communications (RAEC) cité par l'agence Interfax.

«Il y a clairement une émigration à un rythme et sur une échelle que nous n'avions jamais vue auparavant»
Le démographe indépendant Alexey Raksha

D'autres pays se frottent les mains, prêts à accueillir ces jeunes gens souvent très bien formés pour grossir les rangs de leurs propres secteurs de la tech. C'est notamment le cas d'Israël, qui a mis en place des procédures accélérées pour favoriser l'immigration de certaines catégories de travailleurs.

Entre les conscrits perdus pour une jeune force de travail déjà malmenée par la natalité en chute libre depuis les années 1990, et ces dizaines de milliers de départs, la guerre est donc un désastre à mèche lente pour l'économie russe.

Il s'ajoute en outre, comme le note le Financial Times, aux ravages qu'avait causés le Covid-19 dans le pays. La Russie a été frappée par une surmortalité pour le moins conséquente - un million de décès de plus entre mars 2020 et avril 2022 que sur la même période précédente, selon les chiffres du FT.

La Russie avait alors déjà vu beaucoup de jeunes gens partir s'installer dans des pays voisins pour bénéficier de vaccins à ARN messager, boudés par un gouvernement souhaitant pousser à tout prix son propre Spoutnik.

Les sanctions économiques imposées à Moscou devraient, selon certains économistes, se traduire par des pertes de revenus de 12 à 15% pour la population. Cela devrait faire chuter encore un peu plus le taux de natalité -il est question d'une baisse de plus de 10%.

La situation économique comme politique et morale du pays, surtout, pourrait pousser les récents émigrés à ne jamais vouloir revenir au bercail. Avec cette guerre terrible, la Russie n'a donc pas seulement ravagé l'Ukraine: elle s'est peut-être aussi privée de son propre avenir.

Cet article a été publié initialement sur Slate. Watson a changé le titre et les sous-titres. Cliquez ici pour lire l'article original

L'ex-premier ministre belge se moque des sanctions contre Poutine

Plus d'articles récents sur la guerre en Ukraine

Le monde court à la famine et c'est à cause de la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

«Pour les Russes, Boutcha était un moyen de montrer qui est le plus fort»

Link zum Artikel

Sanctions contre les Russes: Parmelin accusé de laxisme

Link zum Artikel

«On ne s’en sort pas indemne», le reporter RTS à Boutcha raconte son travail

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Suisse compte 1278 brasseries et voici une carte pour les trouver
La Suisse a la plus forte densité de brasseries au monde. Et ce nombre ne cesse d'augmenter: rien qu'au cours des deux dernières années, 146 brasseries se sont ajoutées à la liste.

Depuis des années, le nombre de brasseries continue d'augmenter en Suisse. Actuellement, 1278 brasseries sont enregistrées auprès de l'Administration suisse des douanes, un record absolu. Pour savoir où l'on brasse, consultez notre carte interactive:

L’article