larges éclaircies
DE | FR
Economie
Suisse

Christian Constantin a passé un accord avec le fisc valaisan

Image

L'accord de Constantin avec le fisc valaisan lui vaut des embrouilles

Un échange de bons procédés entre le président du FC Sion et le fisc valaisan irrite la justice fribourgeoise au point de mener Christian Constantin au tribunal. Explications en 5 points.
10.02.2022, 15:1710.02.2022, 18:12
Suivez-moi
Plus de «Economie»

Christian Constantin est brouillé avec le tribunal cantonal fribourgeois. Fin novembre 2021, selon le portail d'information Fr-app, un procès a opposé le promoteur immobilier au Service cantonal des contributions du canton de Fribourg pour un accord conclu avec le fisc valaisan.

Vous n'êtes pas tellement calé en matière d'allègements d'impôts, mais vous adorez les histoires sur Christian Constantin? On a tout simplifié pour vous régaler.

Un accord polémique en Constantin et le Valais

Au coeur de ce débat: un accord entre le fisc valaisan et Christian Constantin.

Que prévoit-il? Un soutien de 3,7 millions de francs de sponsoring pour le FC Sion. En gros, Christian Constantin prend en charge des frais du club et les déduit du chiffre d'affaires de sa propre société, Christian Constantin SA, ce qui lui permet de payer moins d'impôts.

Toutefois, pour le tribunal cantonal fribourgeois, cet accord ne tient pas la route.

Un accord qui ne plaît pas au canton de Fribourg

Si le tribunal fribourgeois s'intéresse à cet accord, c'est parce que l'entreprise de Christian Constantin possède non seulement des immeubles en Valais, mais aussi dans le canton de Fribourg.

En novembre 2020, le fisc fribourgeois passe outre l'accord entre le fisc valaisan et le promoteur immobilier, et procède à la taxation ordinaire pour la période fiscale 2018.

Selon lui, ce fameux montant de 3,7 millions de francs ne peut pas être considéré comme une charge de sponsoring. Il a donc décidé de taxer l'entreprise Christian Constantin SA sur un bénéfice imposable plus important qu'escompté.

Le fisc fribourgeois retient un bénéfice imposable de plus de 2,6 millions de francs dans le canton de Fribourg – soit environ un million de francs de plus que ce qui avait été décidé par le fisc valaisan.

Christian Constantin SA s'est opposé à cette taxation, et c'est ainsi que le dossier a été transmis au Tribunal cantonal fribourgeois.

La nature du «sponsoring» remise en cause

Saisi par l'affaire, le tribunal fribourgeois a donné tort à Christian Constantin lors du procès. Selon lui, la somme de 3,7 millions n'aurait pas vraiment été utilisée à des fins publicitaires, comme le prévoit un «vrai» sponsoring.

Cette somme «n'est pas établie et la nature des frais en question reste vague». Cet argent aurait plutôt été dépensé en:

  • Frais de location pour des locaux pour le FC Sion.
  • Logement et repas pour des joueurs et des clients.
  • Frais d'avocat.
  • Frais d'utilisation de l'avion présidentiel.

Le juge fribourgeois estime que, même s'il existe un accord entre le fisc valaisan et Constantin, celui-ci ne lie pas les autorités fribourgeoises.

Il va même plus loin, en soupçonnant le promoteur de distribution dissimulée de bénéfice. Du coup, si la décision du tribunal cantonal fribourgeois est confirmée, le président du FC Sion devra payer des impôts s'élevant à plusieurs centaines de milliers de francs.

Le fisc valaisan se défend

Ainsi, le fisc valaisan est mis en cause par le tribunal fribourgeois (on espère qu'à ce stade, vous suivez toujours). Se serait-il donc montré un peu trop laxiste vis-à-vis de Christian Constantin SA?

Pour justifier cette réduction d'impôts, Beda Albrecht, patron du fisc valaisan, a expliqué à la RTS avoir procédé à «une appréciation différente de celle des autorités fiscales» fribourgeoises.

La réaction de Constantin

En tout cas, Christian Constantin n'en démord pas: pour lui, les frais de 3,7 millions étaient liés au FC Sion. Interrogé par la RTS, il se défend de toute triche:

«De par mon rôle, je peux être soupçonné de tricher. Mais jusqu'à preuve du contraire, je n'ai jamais été pris en flagrant délit pour la simple et bonne raison qu'il n'y en a pas.»

Il prépare d'ailleurs un recours contre la décision du Tribunal cantonal. L'affaire va donc certainement se poursuivre devant le Tribunal fédéral.

Skier en dansant? Cette ex-discipline officielle des JO est incroyable
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ces Suisses pourraient révolutionner le transport mondial grâce à la bière
Des chercheurs suisses ont obtenu de la nanocellulose à partir de résidus de brasserie et l'ont convertie en aérogel. Ce matériau de grande qualité pourrait être employé dans la fabrication d'emballages alimentaires.

Les scientifiques du «Cellulose and Wood Materials» du Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (Empa) «viennent de mettre au point un procédé permettant de produire de la nanocellulose de haute qualité à partir des déchets de brasserie», indiquent-ils ce mardi matin. C'est quoi? Rien de moins «qu'une matière première biodégradable polyvalente qui peut par exemple être transformée en emballages ou en matières plastiques renforcées par des fibres». Les chercheurs ont publié leurs résultats dans la revue ACS Sustainable Chemistry & Engineering.

L’article