DE | FR

UBS va désormais vous facturer vos retraits aux bancomats tiers

C'était l'un des derniers établissements à ne pas faire payer ses clients quand ils retiraient de l'argent dans un bancomat de la concurrence, mais demain c'est fini.



Retirer de l'argent sans frais dans n'importe quel distributeur en Suisse s'apparente de plus en plus à un casse-tête. A partir de mardi, les clients d'UBS devront s'acquitter des coûts qu'engendrent ces opérations, ne serait-ce que partiellement. Crédit Suisse et la Banque cantonale de Fribourg (BCF) figurent parmi les rares proposant encore la gratuité.

Le numéro 1 bancaire helvétique introduit, le 1er juin, des nouveaux «modules» pour les particuliers; la banque propose trois solutions 👇.

Trois solutions:

  1. Pour 2 francs par mois: deux retraits mensuels dans des distributeurs d'autres banques en Suisse. Chaque opération supplémentaire est facturée 2 francs.
  2. 5 francs par mois quatre retraits mensuels auprès de tiers en Suisse et deux à l'étranger, au-delà c'est 2 francs par opération en Suisse et 5 à l'étranger.
  3. La gratuité: le client UBS ne paie rien, mais est taxé à chaque fois 2 francs en Suisse et 5 francs à l'étranger.

Bonne nouvelle, toutefois, UBS offre encore les deux premiers retraits «tiers» en Suisse aux jeunes et étudiants.

Face aux critiques, la banque se défend. Ce changement ne constitue pas une nouvelle taxe déguisée, assure-t-elle:

«Au contraire, les clients qui choisissent de ne retirer qu'auprès de nos distributeurs vont économiser deux francs par mois»

Jean-Raphaël Fontannaz, le porte-parole d'UBS

Ce dernier réfute d'ailleurs la notion de gratuité pour les retraits: «Cela n'existe pas. Jusqu'ici, UBS offrait à ses clients les frais que les autres banques lui facturaient pour ces opérations. Dans le contexte actuel, cette position n'est plus tenable».

Pour la Fédération romande des consommateurs (FRC), ces «frais sont disproportionnés»:

«Je suis persuadé que UBS dispose des ressources nécessaires pour maintenir ses marges et verser ses dividendes sans trop impacter les jeunes consommateurs. Surtout qu'UBS a annoncé un bénéfice record en 2020»

Jean Busché, responsable politique économique auprès de la FRC

Le Bancomat, une espèce en voie de disparition?

UBS dispose d'un réseau de plus de 700 distributeurs en Suisse, sans compter les multimats. La suppression de bancomats chez UBS est liée au changement des besoins et des attentes des clients. Elle est dès lors souvent la conséquence d'une baisse de fréquentation, note Jean-Raphaël Fontannaz.

En novembre dernier, le groupe financier SIX, qui fournit la plateforme et le logiciel des bancomats du pays, constatait une accélération des paiements électroniques, tandis que l'argent liquide était de plus en plus boudé. La baisse des retraits en espèces était estimée entre 20% et 25% sur 1 an pour 2020, selon les indications fournies alors.

La Banque nationale suisse (BNS) faisait un constat similaire à celui de SIX un mois plus tard. La tendance baissière existait déjà avant le coronarivus et a été renforcée par l'éclatement de la pandémie. «Payer en cash est un droit», rappelle Jean Busché, de la FRC. Les consommateurs doivent disposer d'une certaine autonomie et ne pas être pénalisés s'ils choisissent l'argent liquide, selon lui. (ats/jah)

L'armée récupère les débris du Tiger abîmé

1 / 10
L'armée récupère les débris du Tiger abîmé
source: sda / urs flueeler
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Eric Zemmour se prépare à faire péter la présidentielle

Link zum Artikel

Sommet Biden-Poutine, Genève accusée d’oublier la liberté d’expression

Link zum Artikel

La Hongrie interdit de «promouvoir» l'homosexualité auprès des mineurs

Link zum Artikel

Israël bombarde la bande de Gaza en réponse à des ballons incendiaires

Link zum Artikel

Les jours du bancomat sont (presque) comptés en Suisse

Les automates à billets ne sont plus rentables. Comme les gens paient de moins en moins en cash, les coûts de maintenance explosent. Ce changement de mœurs va bientôt avoir des conséquences bien visibles.

Mauvaise nouvelle pour les nostalgiques du cash. Dans les prochains cinq à sept ans, il faut s'attendre à la disparition de près de la moitié des bancomats du pays. C'est ce qu'estime SIX, l'opérateur de l’infrastructure du marché financier helvétique, cité dans 24 heures.

Ils passeraient ainsi d’environ 7000 actuellement à quelque 4200, voire 3500.

La raison? Les coûts très élevés de ce type d'infrastructures, qui comprennent l’acquisition et la maintenance des bancomats, les transports de …

Lire l’article
Link zum Artikel