DE | FR

Et si l'avenir de l'énergie mondiale dépendait d'une grue made in Switzerland?

Stocker l'énergie par la gravité: l'intérêt pour la start-up Energy Vault, qui possède une installation pilote au Tessin, est énorme. L'entreprise est désormais cotée en bourse.
26.04.2022, 06:0426.04.2022, 14:00
Gerhard Lob, Arbedo-Castione / ch media

La grue géante à six bras ne passe pas inaperçue. Du moins pour tous ceux qui prennent le train de Bellinzone en direction du nord. Elle se trouve dans la zone industrielle d'Arbedo-Castione (TI), à quelques mètres de la gare.

La bête 👇

Image: sda

De l'extérieur, rien ne laisse penser qu’elle appartient à une entreprise qui attire l'attention du monde entier. C'est pourtant le cas. Il s'agit là de stockage d'énergie, l'un des grands défis de l'économie énergétique, en particulier pour des sources d'énergie renouvelables, comme le solaire et l'éolien. En effet, parfois, les panneaux solaires et les éoliennes produisent trop d'électricité, parfois ils s'arrêtent. Il faut donc des batteries pour stocker l'énergie et pallier aux pénuries.

C'est exactement ce que fait Energy Vault, avec un concept simple, mais ingénieux. L'énergie excédentaire est utilisée pour soulever des blocs à l'aide d'une grue, puis elle est libérée lors d'une descente contrôlée. L'électricité peut être consommée directement ou injectée dans le réseau.

Une bonne vieille recette revisitée

Dans la production conventionnelle d'électricité, le processus est connu depuis de nombreuses décennies grâce aux centrales de pompage-turbinage: lorsqu'il y a trop d'électricité (par exemple en raison d'un surplus d'énergie nucléaire pendant la nuit), on pompe de l'eau dans les lacs d'accumulation d'altitude, et lorsqu'on a besoin d'électricité, on laisse cette eau redescendre vers la vallée et on produit ainsi de l'énergie électrique. Energy Vault utilise le même principe, mais avec des blocs de ciment de 35 tonnes, pour lesquels des matériaux de déchets sont utilisés, afin qu'ils puissent un jour être produits localement.

Lors d'une visite de l'installation d'Energy Vault à Arbedo-Castione, le patron Robert Piconi est sur place. Cet Américain de 50 ans, dont le grand-père a émigré d'Italie vers les Etats-Unis, fait la navette entre la Californie et le Tessin.

Le directeur d'Energy Vault, Robert Piconi.
Le directeur d'Energy Vault, Robert Piconi.Image: EV

Il est à la tête de la société américaine Energy Vault ainsi que de sa filiale locale, dont le siège est à Lugano et qui est inscrite au registre du commerce tessinois. Avec Bill Gross et l'ingénieur tessinois Andrea Pedretti, Piconi a fondé en 2017 l'entreprise qui a attiré l'attention de Bill Gates lui-même, le fondateur de Microsoft. Dans un tweet du 29 août 2018, Gates a qualifié la start-up Energy Vault d'«exciting company», entreprise très intéressante, pour résoudre le problème du stockage de l'énergie.

Piconi souligne que cette batterie géante repose uniquement sur le principe de la gravité, aucune matière première n'est donc nécessaire, comme c'est le cas, par exemple, pour les batteries lithium-ion.

A la conquête du désert?

En attendant, la grue pilote de 70 mètres de haut appelée EV1, qui a produit depuis 2020 environ cinq mégawatts et alimente le réseau électrique tessinois, sera bientôt de l'histoire ancienne. «Nous devons démonter la tour d'ici août prochain», explique Piconi. La raison en est le nouveau site industriel des CFF à Castione, dont l'aire comprend l'emplacement de la grue.

La grue d'Energy Vault à Arbedo-Castione, près de Bellinzone.
La grue d'Energy Vault à Arbedo-Castione, près de Bellinzone.Image: zvg/Gerhard Lob

Mais Energy Vault fabrique déjà le modèle suivant, l'EVx, qui ressemble à une large structure métallique et dont la hauteur est réduite de 40%. Les blocs de béton sont montés à l'aide d'un système d'ascenseur, puis déplacés horizontalement. Piconi précise que c'est:

«Un système modulaire que nous avons développé à la demande du client»

Avec EVx, la capacité de stockage peut être adaptée aux souhaits individuels. Jusqu'à présent, seul un mini-modèle a été réalisé à Castione, dans lequel on ne voit que quelques blocs:

Le nouveau système EVx (en arrière-plan) actuellement en développement est destiné à remplacer le système de grue.
Le nouveau système EVx (en arrière-plan) actuellement en développement est destiné à remplacer le système de grue.Image: zvg/Gerhard Lob

Sur Internet, l'entreprise a déjà mis en ligne un rendu attrayant qui montre le fonctionnement de l'ensemble avec le déplacement latéral des blocs. Ces constructions gigantesques et moins hautes que le modèle de base, pourraient, par exemple, être placés dans le désert pour les centrales solaires. En effet, elles devraient permettre de grandes capacités de stockage pour alimenter les ménages en électricité. Selon Piconi, l'efficacité énergétique est d'environ 85%. En d'autres termes, 15% de l'énergie produite est perdue en raison du fonctionnement du système entre le levage et l'abaissement.

Voici à quoi devrait ressembler la nouvelle installation d'Energy Vault.
Voici à quoi devrait ressembler la nouvelle installation d'Energy Vault.Image: EV/Rendu

Une entreprise qui intéresse à l'international

La société, qui compte une centaine d'employés, dont un tiers environ travaillent au Tessin, a attiré l'attention d'investisseurs étrangers disposant de moyens financiers importants, comme le Vision Fund de Softbank. L'année dernière, l'entreprise a annoncé l'arrivée de 100 millions de dollars de capital de série C. Et des partenariats ont été conclus avec des fournisseurs d'énergie indépendants actifs dans l'énergie solaire et éolienne, comme Saudi Aramco ou Enel Green Power.

Le plus gros coup a été réalisé le 14 février dernier avec l'introduction en bourse de la société mère à New York, qui a fait tomber 235 millions de dollars dans les caisses d'Energy Vault. Après un feu d'artifice initial où la valeur de l'action a doublé, le titre a nettement fléchi, mais l'entreprise est néanmoins évaluée à environ 1,75 milliard en raison de ses grandes promesses.

Gros projet en Chine

Les attentes sont donc élevées. Energy Vault doit maintenant prouver que le système peut être mis en œuvre à grande échelle et qu'il fonctionne. Piconi promet que la construction d'une grande installation près de Shanghai en Chine, avec une capacité de stockage de 100 mégawattheures, commencera au second semestre 2022. Un accord a été conclu avec la société californienne DG Fuels pour la livraison progressive de capacités de stockage à hauteur de 1,6 gigawatt-heure.

D'autres projets sont prévus aux Etats-Unis, en Australie, au Moyen-Orient et en Europe, précise Piconi. Le chef se montre confiant:

«La guerre en Ukraine montre clairement que nous devons travailler beaucoup plus à une économie énergétique durable et en même temps à la décarbonisation.»

La devise de l'entreprise est la suivante: «Enabling a renewable world» («Favoriser un monde renouvelable») Des célébrités devraient également contribuer à la bonne image de l'entreprise: le célèbre acteur Leonardo Di Caprio fait désormais partie du conseil consultatif de l'entreprise. (bzbasel.ch)

Traduit et adapté de l'allemand par Tanja Maeder

Histoire de vous détendre, voici comment Colin Farrell est devenu méconnaissable dans «The Batman».

L'actu sur l'économie? Par ici

La Grèce rembourse plus tôt que prévu sa dette au FMI

Link zum Artikel

Importants changements à la présidence d'UBS

Link zum Artikel

Abramovitch, l'oligarque qui négocie la paix entre Poutine et Zelensky

Link zum Artikel

Ce qui se cache derrière les rumeurs sur les nouveaux avions d'Edelweiss

Link zum Artikel
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
En sponsoring, les inégalités dans le tennis sont vertigineuses
L'Open d'Australie, premier gros tournoi de l'année, est l'occasion de découvrir les nouveaux équipementiers des joueurs. Ces contrats de sponsoring cachent d'énormes différences au sein des pros.

Les fans de tennis sont certainement nombreux à avoir gloussé quand ils ont entendu parler du nouveau partenariat de Gaël Monfils. Le Français s'est associé pour cinq ans avec Artengo, marque du magasin Decathlon. Populaire, au sens péjoratif du terme, elle n'est clairement pas la plus glamour dans le milieu de la balle jaune. Mais elle veut soigner son image et a trouvé dans le 21e joueur mondial un ambassadeur de choix.

L’article