dégagé
DE | FR
Economie
ukraine

Le prix du blé grimpe, grimpe et il n'y a pas de fin en vue

Le prix du blé grimpe, grimpe et il n'y a pas de fin en vue

Le blé est devenu une denrée rare sur les marchés mondiaux en raison de la guerre en Ukraine. Son prix n'a jamais été aussi élevé. Aucune amélioration n'est en vue, avec des conséquences désastreuses pour les plus démunis.
07.06.2022, 16:45
Kaspar Wolfensberger / AWP
Plus de «Economie»

Déjà en 2021 des millions de personnes étaient menacés par la famine. En cause: le changement climatique accompagné de sécheresses dévastatrices ainsi que les difficultés d'approvisionnement dues à la pandémie. David Beasley, le chef du Programme alimentaire mondial de l'ONU, a mis en garde contre la plus grande crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale. Aujourd'hui, la situation s'est encore aggravée.

Avec la guerre russe contre l'Ukraine, c'est l'un des greniers à blé du monde qui s'effondre. Les experts et les politiques mettent en garde contre la famine dans de nombreuses régions du monde.

Ukraine Weizen
Bleu en haut, jaune en bas - comme le drapeau: un champ de blé en Ukraine.image: imago-images

Le prix du blé montre à quel point il est devenu rare sur les marchés. En Europe à la bourse Euronext à Paris, une tonne de blé coûte actuellement (mardi matin) environ 397 euros. En mai, il fallait parfois compter près de 440 euros. A titre de comparaison, le prix d'une tonne n'était que de 215 euros il y a un an.

>> Les derniers développements dans le Liveticker

En raison de la fertilité de ses sols, l'Ukraine est l'un des principaux exportateurs de blé au monde. Au blé s'ajoutent d'importantes parts du marché mondial de l'orge, du maïs et de l'huile de tournesol. Selon les données de l'ONU, près de 25 millions de tonnes de blé ont été récoltées dans le pays rien qu'en 2020.

La Russie et l'Ukraine produisent beaucoup de calories

Selon une étude, l'Ukraine et la Russie produisent ensemble 12% des calories échangées dans le monde. Une grande partie de cette production risque désormais d'être perdue. La raison: une grande partie des céréales ukrainiennes est expédiée via les ports de la mer Noire. L'année dernière, le blé est parti de ces ports vers l'Egypte, la Tunisie ou le Maroc.

L'Ukraine n'a pas d'alternative au transport maritime. Exporter des millions de tonnes de blé par train de marchandises et les acheminer vers les ports d'autres pays est bien trop coûteux. De plus, l'infrastructure correspondante fait défaut.

Les ports, en particulier celui d'Odessa, sont désormais bloqués par les forces russes. Les dirigeants de Kiev ne font pas confiance aux promesses actuelles de Moscou concernant la sécurité du passage des navires ukrainiens par la mer Noire.

La Russie tient l'Occident pour responsable

La Russie accuse l'Occident d'empêcher les exportations de blé russe par ses sanctions, ce qui nuit aux nations pauvres.

Les cargos russes étant soumis à des sanctions, ils ne peuvent pas exporter de céréales, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. L'Occident affirme que les denrées alimentaires ne sont pas soumises à des sanctions, mais passe sous silence le fait qu'elles ne peuvent plus être transportées.

Le ministre des Affaires étrangères russes doit discuter, mercredi prochain, d'une exportation de céréales ukrainiennes avec les dirigeants turcs. Pour cela, les Russes demandent un désamorçage des mines au large de la côte ukrainienne de la mer Noire. Des spécialistes turcs devraient apporter leur aide dans ce domaine.

Les Ukrainiens mettent en garde contre un accord

Les politiques ukrainiens ont mis en garde contre un tel «marchandage». Si la ceinture de mines devant le port était retirée, Odessa ne serait plus protégée, a déclaré le maire de la ville portuaire ce week-end:

«C'est l'occasion que Poutine attend. Il ment. Je ne crois pas un mot de ce qu'il dit»

Les Etats-Unis ont averti que le Kremlin tentait actuellement de profiter des prix élevés des céréales en vendant du blé volé en Ukraine. Pour les politiciens ukrainiens, c'est une raison supplémentaire de ne pas faire confiance à l'ennemi moscovite.

FILE - David Beasley, executive director of the U.N. World Food Program speaks during an interview with The Associated Press in Kyiv, Ukraine, Thursday, April 14, 2022. Two U.N. food agencies issued s ...
David Beasley, chef du Programme alimentaire mondial de l'ONU, avait déjà mis en garde contre la plus grande crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale avant la guerre en Ukraine.image: keystone

Les allers-retours argumentatifs et la grande méfiance entre les deux parties le montrent: une exportation prochaine de céréales d'Ukraine par voie maritime semble irréaliste. L'approvisionnement des marchés mondiaux en blé ukrainien devrait donc rester limité cette année.

En conséquence, les prix du blé sur le marché mondial ne baisseront pas de sitôt. Selon les estimations des experts, le coût de ce dernier ne devrait se normaliser qu'en 2023 ou 2024, en fonction de la récolte et de l'évolution de la guerre.

Le Tchad déclare une crise alimentaire

Pour les personnes pauvres du monde entier, la pénurie et la hausse des prix qui en découle devraient avoir des conséquences fatales. Début juin, le Tchad, en Afrique centrale, avait déjà déclaré un état d'urgence alimentaire. La situation alimentaire s'est extrêmement détériorée depuis le début de l'année, a annoncé le gouvernement.

Le Tchad est l'un des nombreux pays de la région du Sahel à être confronté à une crise alimentaire. La Corne de l'Afrique – notamment l'Ethiopie, le Kenya, le Soudan et la Somalie – est confrontée à la pire sécheresse depuis 40 ans. Selon les organisations humanitaires, 60 millions de personnes pourraient bientôt souffrir de la faim dans toute la région du Sahel.

Alors, on risque une pénurie?

Malgré la guerre entre la Russie et l'Ukraine, il ne devrait théoriquement pas y avoir de pénurie de blé sur les marchés mondiaux. Le ministère américain de l'Agriculture prévoit que la production mondiale atteindra 779 millions de tonnes au cours de la campagne de vente qui s'achèvera fin juin 2022. Pour la période suivante (jusqu'en juin 2023) les Américains s'attendent à 775 millions de tonnes, soit presque exactement la même quantité, comme l'écrit Tom Miller de Gavekal Research.

Avec les réserves de céréales existantes, il y aurait suffisamment de blé pour combler le déficit de la demande sur les marchés mondiaux, écrit-il encore. En effet, il estime que la consommation mondiale pour la période allant de juin 2022 à juin 2023 ne s'élève qu'à 788 millions de tonnes, soit à peine plus que la production réelle. Dans la pratique, il est, toutefois, difficile d'acheminer les céréales là où elles sont nécessaires. Les voies de transport et les capacités logistiques font défaut.

En outre, l'offre limitée a fait grimper les prix à un niveau qui empêche les plus pauvres de s'approvisionner. Les pays producteurs ont donc réagi par le protectionnisme afin d'éviter la famine sur leur propre territoire. C'est le cas de l'Inde. Le pays était initialement considéré comme un candidat de choix pour remplacer les livraisons manquantes de l'Ukraine.

L'Inde est le deuxième plus grand producteur de blé au monde après la Chine. Pourtant, le pays a décrété mi-mai une interdiction d'exportation. Le ministère du Commerce a cependant précisé peu après qu'il existait des exceptions pour l'exportation vers certains pays. Mais en fin de compte, le blé indien ne sera disponible que de manière limitée cette année sur le plan international.

Traduit de l'allemand par Léon Dietrich

La vidéo touchante d'un chien qui retrouve son maître en Ukraine
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Pourquoi il n'y a pas plus de voitures électriques en Suisse
En Scandinavie et au Benelux, la voiture électrique a le vent en poupe. Chez nous, la croissance s'est ralentie en 2023. Les raisons en sont multiples.

La Suisse, pionnière de la voiture électrique en Europe? Une nouvelle analyse de l'Association suisse pour l'électromobilité, Swiss eMobility vient doucher cette vision. De la 6ᵉ place des pays ayant la plus forte proportion de voitures électriques en 2022, il a reculé, en 2023, à la 8ᵉ.

L’article