Economie
Prix

Hausse des prix en Suisse: voici les produits les plus touchés

Voici les produits dont les prix flambent en Suisse et pourquoi

Carburants, hydrocarbures, mais aussi poissons, voitures et voyages en avion: le prix de nombreux biens et services a augmenté à des niveaux jamais atteints ces dernières années. Une hausse plus importante que prévu, et qui ne va pas s'arrêter.
07.06.2022, 05:5107.06.2022, 10:04
Suivez-moi
Plus de «Economie»

La vie coûte plus cher en Suisse. Entre mai 2021 et mai 2022, les prix ont augmenté de 2,9%: du jamais vu depuis septembre 2008. C'est ce qui ressort des données publiées jeudi par l'Office fédéral de la statistique.

La courbe mesure la variation du prix des biens et services de consommation en Suisse par rapport à l'année précédente.

Cette hausse du coût de la vie est «plus importante que prévu», estime Sergio Rossi, économiste à l'Université de Fribourg. Elle s'explique par deux éléments principaux, selon le spécialiste: la reprise post-Covid et, surtout, la guerre en Ukraine.

Carburants, énergie, aliments, voitures: l'augmentation des prix touche plusieurs catégories de produits du quotidien. Voici quels sont les biens les plus touchés, et pourquoi.

Carburants

C'est peut-être la hausse qui a été ressentie le plus rapidement par la population: les prix des carburants. En mai 2020, les tarifs de l'essence ont bondi de 25,3% sur une année. Ceux du diesel de 30,4%, soit une hausse jamais atteinte au cours de ces dix dernières années.

Cette situation s'explique, d'abord, par les suites de la pandémie. «Une fois les mesures sanitaires levées, la demande de carburants a grimpé», explique Sergio Rossi. «Mais l'offre a eu de la peine à suivre, les entreprises ayant baissé la production à cause des confinements, et cela a fait augmenter les prix pendant quelques mois».

Le conflit en Ukraine a nettement compliqué les choses. La guerre et les sanctions contre la Russie ont fait envoler les prix du pétrole, en raison des problèmes d'approvisionnement qu'elles génèrent. Le spécialiste souligne, toutefois, qu'un effet d'anticipation est intervenu avant qu'une pénurie ne se produise:

«La crainte de ne plus arriver à s'approvisionner en carburants a poussé les spéculateurs à acheter des quantités faramineuses des matières premières. Résultat: les prix ont enflé.»

Chauffage

La hausse du prix du pétrole a des répercussions directes sur les tarifs des hydrocarbures. Impact majeur pour les propriétaires et locataires, les prix du mazout ont décollé de 81,9% et ceux du gaz de 40,7% comparés à mai 2021.

Les problèmes d'approvisionnements provoqués par la guerre jouent également un rôle. «Les livraisons de produits énergétiques tels que le gaz liquéfié ou le mazout sont bloquées à cause de la fermeture de certains ports, comme celui d'Odessa», poursuit Sergio Rossi.

A noter que l'inflation ne concerne pas uniquement les hydrocarbures. Le prix du bois de chauffage est également en train de monter (+16,2%). Les raisons sont pourtant les mêmes: les tarifs élevés des carburants, qui font grimper les coûts des transports et, par conséquent, le prix des produits.

Aliments

Autre catégorie de produits touchés par la hausse des prix: les aliments, en particulier le blé. Environ 20 millions de tonnes de céréales qui devaient être livrées dans plusieurs pays sont bloquées dans les ports ukrainiens.

La Suisse romande produit 90% des céréales qu'elle consomme, mais la crise mondiale du blé a quand même un impact indirect sur notre pays, rapporte la RTS, car les céréaliers suisses se fournissent en engrais ukrainien.

Les conditions climatiques jouent également un rôle. La sécheresse du mois de mai fait craindre une chute de la production, alors que la récolte 2021, environ 30% inférieure à celle d’une année normale, a été particulièrement faible.

L'impact sur les matières premières a des répercussions sur toute la chaîne de production. «La hausse du prix des céréales impacte également les produits finis, tels que le pain», détaille Sergio Rossi. Le prix des pâtes a par exemple augmenté de 12%.

Et cela n'épargne pas les aliments locaux, poursuit-il: «Les produits importés étant plus chers, les producteurs locaux peuvent augmenter les prix pour conserver leur marge de profit.»

Plus généralement, la hausse des coûts des transports a fait grimper les prix de beaucoup d'autres produits alimentaires. En voici quelques-uns.

Le prix du lait a grimpé de 3,5% par rapport à mai 2021, une hausse jamais atteinte depuis septembre 2018. L'augmentation des tarifs du beurre est encore plus élevée et se monte à 5,7%.

Si le prix de la viande a très légèrement baissé sur une année (-0,5%), celui du poisson a beaucoup augmenté (+3,4%). La hausse concerne surtout le poisson frais (+4,3%), tandis que le prix du poisson surgelé a légèrement diminué. Dans le secteur de la viande, on signale une forte hausse des tarifs du veau, dont le prix a bondi de 7,3% sur une année.

Il faut cependant noter que d'autres produits alimentaires affichent des baisses. C'est le cas des fruits à noyau (-4,1%), des légumes-salades (-2,9%), ainsi que des agrumes et des baies (-10,2%).

Voitures

Le prix des voitures d'occasion a pris 16,4% et celui des voitures neuves 4,6%. En cause: les goulets d'étranglement dans les chaînes logistiques internationales.

«La pandémie a retardé la livraison de microprocesseurs: par conséquent, les constructeurs n'ont pas pu produire autant de voitures que nécessaire», détaille Sergio Rossi. «Les consommateurs se sont donc tournés en masse vers le marché des voitures d'occasion, et les prix ont explosé».

Transports

La hausse du prix des carburants fait également souffrir les transports. Si les tarifs globaux des transports publics ont légèrement augmenté (+0,3%), ceux des voyages vers l'étranger ont progressé d'un quart. Le transport aérien affiche, lui, un renchérissement de 57,6%.

Et après?

Face à cette hausse généralisée des prix, le pouvoir d'achat des Suisses va diminuer, affirme Sergio Rossi, d'autant plus que «les salaires n'augmentent pas autant que la hausse des prix».

Surtout, poursuit le spécialiste, cela ne va pas s'arrêter de sitôt, au contraire:

«Chaque jour qui passe sans qu'on voie la fin du conflit, chaque fois que de nouvelles sanctions contre la Russie sont adoptées, les prix vont augmenter»
Sergio Rossi, économiste à l'Université de Fribourg

Même la fin de la guerre ne parviendra à stopper cette hausse, du moins pas tout de suite. «Le retour à la normale prendra du temps», prévient Sergio Rossi. «Les entreprises auront besoin de quelques semaines pour adapter leur production.»

La Russie utilise des écrans de propagande à Marioupol
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici le côté obscur de Shein
Le géant chinois de la fast-fashion s'était fait pincer, en 2022, par un rapport de l'ONG Public Eye. Des semaines de travail de 75 heures avaient notamment été dénoncées. Deux ans plus tard, où en est Shein? L'organisation suisse a voulu refaire le point.

La marque de fast fashion Shein est en plein essor. Fondée en 2012, cette entreprise de vente en ligne est désormais considérée comme la plus grande firme de mode au monde. Et ce, bien que l'ONG suisse Public Eye ait publié en 2021 un rapport accablant intitulé Schuften für Shein (réd: en français, Trimer pour Shein).

L’article