DE | FR
Image: Keystone

Après une bavure mortelle, l'armée américaine veut dédommager les victimes

Les Etats-Unis ont proposé de dédommager financièrement les proches de civils afghans tués par «erreur» lors d'un tir de drone américain fin août à Kaboul, a annoncé le porte-parole du Pentagone vendredi.
16.10.2021, 08:3717.10.2021, 10:32

Lors d'une réunion virtuelle entre Steven Kwon, président de l'ONG qui employait l'une des victimes, Ezmarai Ahmadi, et Colin Kahl, sous-secrétaire aux politiques de défense, ce dernier a proposé des «compensations financières» pour les familles, a indiqué John Kirby dans un communiqué. Le montant de ce dédommagement n'a pas été précisé.

Le responsable américain a aussi offert d'aider «les membres de la famille de M. Ahmadi qui voudraient s'installer aux Etats-Unis». Colin Kahl a souligné que «la frappe était une erreur tragique et Ezmarai Ahmadi ainsi que ceux qui ont été tués étaient des victimes innocentes qui n'avaient rien à se reprocher et n'étaient pas affiliées à l'EI-K ou à des menaces pour les forces américaines».

Une voiture remplie d'enfants

Le 29 août, les Etats-Unis ont détruit un véhicule Toyota Corolla blanc, affirmant qu'il était «chargé d'explosifs» et assurant avoir ainsi déjoué une tentative d'attentat de la branche locale de l'Etat islamique, l'EI-K, quelques jours après un attentat de ce groupe qui avait tué 13 militaires américains et une centaine d'Afghans près de l'aéroport de Kaboul.

Selon le général McKenzie, qui dirigeait les forces américaines en Afghanistan avant leur retrait du pays, une voiture de ce modèle s'est garée ce matin-là à proximité d'un bâtiment qui était déjà considéré comme un repaire de l'EI-K.

Le lendemain, la famille du conducteur du véhicule, Ezmarai Ahmadi, rapportait que ce dernier était employé par une ONG et que dix personnes, dont jusqu'à sept enfants, avaient été tuées. Une enquête fouillée du New York Times, se basant sur des images de caméras de surveillance et sur des entretiens, avait aussi contesté la version de l'armée.

«Erreur tragique»

Le 17 septembre, l'armée a reconnu que cette frappe était «une erreur tragique». Contrairement aux affirmations initiales de l'armée, les «explosifs» n'étaient vraisemblablement que d'inoffensifs bidons d'eau et le conducteur du véhicule, un paisible père de famille, n'avait rien d'un djihadiste, selon une enquête.

Le ministre américain de la Défense Lloyd Austin a présenté ses «sincères condoléances» et ses «excuses» pour cette bavure. Les proches des civils afghans tués lors de la frappe avaient alors jugé «insuffisantes» les excuses présentées par Washington.

Plus de 71'000 civils afghans et pakistanais ont été tués durant les 20 ans de la guerre en Afghanistan. (ats)

Pour se changer les idées, voici des conseillers fédéraux avec des gorets dans les bras

1 / 12
10 ans de conseillers fédéraux avec des gorets dans les bras
source: keystone / gian ehrenzeller
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Battle: pour ou contre le cordon de téléphone?

Plus d'article Actu

L’Angleterre, choquée, pleure la mort d’un député violemment poignardé

Link zum Artikel

Les boulets de la semaine

Link zum Artikel

Peu vaccinés, les Suisses sont privés de certains vols vers l'Asie

Link zum Artikel

Le médoc anti-Covid arrive, peut-on laisser tomber le vaccin?

Link zum Artikel
Partygate: voici 5 autres scandales visant Boris Johnson
Les accusations selon lesquelles le premier ministre britannique aurait participé à des fêtes en plein confinement ne sont que les derniers épisodes en date d'une longue liste de scandales. Sélection.

Ce n'est pas un bon moment pour Boris Johnson. Le premier ministre britannique est accusé d'avoir participé à plusieurs fêtes illégales pendant les confinements en vigueur au Royaume-Uni: le partygate. La police a récemment ouvert une enquête.

L’article