International
Afrique du Sud

Afrique du Sud: Le bilan des émeutes monte à 276 morts

En Afrique du Sud, le bilan des émeutes grimpe à 276 morts

Image
keystone
Une partie des décès ont été causé par des bousculades, des chutes d'objets et l'incendie de bâtiments. Les émeutes sont survenues au lendemain de l'incarcération de l'ex-président Jacob Zuma.
21.07.2021, 20:2922.07.2021, 20:44
Plus de «International»

Les émeutes et pillages qui ont ensanglanté l'Afrique du Sud ont fait 276 morts, a annoncé mercredi le gouvernement. Il a révisé à la hausse un précédent bilan de 215 morts.

«Depuis que les troubles ont éclaté, 234 morts qui y sont liées ont été recensées au Kwazulu-Natal à ce jour»
Khumbudzo Ntshavheni, ministre auprès de la présidence

La police a ouvert 168 enquêtes pour meurtre. Une partie des morts sont dues à des bousculades, à des chutes d'objets et à l'incendie de bâtiments.

L'incarcération de Zuma comme élément déclencheur

Les troubles ont éclaté au Kwazulu-Natal le 9 juillet, prenant d'abord la forme d'émeutes au lendemain de l'incarcération de l'ex-président Jacob Zuma pour outrage à la justice.

Ils se sont ensuite étendus, sur fond de chômage endémique et de nouvelles restrictions contre le Covid-19, gagnant Johannesburg, pour s'apaiser en début de semaine.

Stabilité de retour

La «stabilité» est revenue dans les deux provinces touchées, a assuré la ministre, précisant que la police effectuait des «opérations de ratissage pour prévenir toute action opportuniste».

Six personnes, dont un ancien présentateur de la radio publique, ont été arrêtées et poursuivies pour incitation à la violence. Des milliers d'autres ont été arrêtées pour pillage.

Sur le plan économique, le gouvernement estime que ces violences vont coûter 50 milliards de rands, soit 3,4 milliards de dollars, à l'économie, les deux régions touchées représentant la moitié du PIB national. (sda/ats/afp)

Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le procureur de la CPI réclame un mandat d’arrêt contre Netanyahou
Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé des mandats d'arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et son ministre des Affaires étrangères, accusés notamment «d’affamer délibérément des civils» et d’«extermination et/ou meurtre» dans la bande de Gaza. Des dirigeants du Hamas sont également visés.

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan, a demandé lundi des mandats d'arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, son ministre des Affaires étrangères, Yoav Gallant, ainsi que trois responsables du Hamas, pour des crimes de guerre et crimes contre l'humanité présumés commis dans la bande de Gaza.

L’article