International
Allemagne

Allemagne: un parti d'extrême-droite gagne du terrain

Un parti d'extrême droite gagne du terrain en Allemagne

Le parti d'extrême droite AfD gagne du terrain en Allemagne
Une manifestation contre la hausse des prix, soutenue par des membres du parti populiste de droite à Berlin.Image: EPA
Le chancelier Olaf Scholz et ses appels à soutenir la gauche semblent avoir peu d'impact sur le retour et la popularité de l'extrême-droite au sein du Parlement.
26.06.2023, 06:1626.06.2023, 07:38
Plus de «International»

Le parti d'extrême droite AfD a décroché dimanche la direction d'une collectivité territoriale en Allemagne. Cette victoire électorale est une première pour cette formation et confirme sa poussée dans les sondages.

C'est la première fois que le parti, créé il y a dix ans, s'impose pour l'élection d'un «Landrat», dirigeant d'une administration territoriale regroupant plusieurs communes.

Robert Sesselmann, le candidat de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), prend les commandes du district de Sonneberg, dans la région de Thuringe, à la frontière avec la Bavière, après l'avoir emporté au second tour par 52,8% des voix contre le candidat du parti conservateur CDU.

Poussée dans les sondages

L'Allemagne avait les yeux rivés sur le vote dans cette collectivité comprenant quelque 57 000 habitants, au moment où l'AfD connaît une poussée dans les sondages, avec entre 18 et 20% des intentions de vote au niveau national, selon de récentes études.

Le parti d'extrême droite, entré au parlement en 2017, est désormais au coude à coude avec le parti social-démocrate (SPD) du chancelier Olaf Scholz, derrière les conservateurs de la CDU mais nettement devant les Verts et les libéraux (FDP). Ses scores sont encore plus élevés dans les Etats régionaux de l'Est de l'Allemagne, dont fait partie la Thuringe.

«Écrivez l'histoire et votez pour Robert Sesselmann, le premier Landrat de l'AfD», avait exhorté la présidente nationale du parti Alice Weidel dans un spot de campagne. Le SPD, parti du chancelier Olaf Scholz, les Verts, le FDP et la gauche avaient appelé à soutenir le candidat CDU au second tour.

Le dirigeant régional de l'AfD en Thuringe, Bjorn Höcke, fait partie de l'aile la plus radicale du mouvement, surveillée de près par les services de renseignements.

Législatives de 2025 en vue

Dans trois Länder d'ex-RDA, en Thuringe mais aussi en Saxe et dans le Brandebourg, la région qui entoure Berlin, des élections régionales se tiendront l'an prochain. L'AfD compte sur ces scrutins pour concrétiser sa percée.

Actuellement, tous les autres partis rejettent l'idée de former une coalition avec l'AfD qui projette de présenter un candidat à la chancellerie pour les prochaines élections législatives de 2025.

Le parti d'extrême-droite a accru sa popularité en critiquant les mesures du gouvernement pour le climat, accusées d'opprimer les électeurs, la politique d'immigration ou les fréquentes crises internes de la coalition tripartite composée du SPD, des Verts et des libéraux du FDP. (sda/ats/afp)

Une marque de streetwear crée accidentellement une émeute en Allemagne
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Doug a changé la vie de Kamala grâce à un message vocal «désastreux»
Avec Kamala Harris en route pour le poste suprême, c'est une flopée de premières fois qui s'annonce. En plus d'une femme et d'une femme métisse présidente, l'élection de la candidate verrait l'arrivée d'un first gentleman à la Maison-Blanche: son mari. Qui est Doug Emhoff, 59 ans, qui a fait craquer la démocrate la plus surveillée du moment?

Les démocrates jouent fort et gros. En propulsant la vice-présidente de Joe Biden au sommet des espoirs pour la Maison-Blanche, le pari est triple: terrasser Donald Trump, hisser une femme et une femme métisse à la tête de la plus grande puissance mondiale. Un défi de taille pour cette féroce juriste californienne de 59 ans, qui n'a plus que 100 jours pour convaincre qu'elle est l'arme la plus efficace pour «sauver la démocratie».

L’article