DE | FR

Le «rainbow-gate» devient de plus en plus politique

Bild

Image: Keystone/Twitter

La polémique sur l'illumination du stade de Munich aux couleurs LGBT ne cesse pas d'enfler. Mercredi, la présidente de la Commission européenne a pris position.



Ursula von der Leyen ne mâche pas ses mots: «La loi hongroise est une honte». Selon la présidente de la Commission européenne, ce texte «discrimine les personnes sur la base de leur orientation sexuelle et va à l'encontre de toutes les valeurs fondamentales de l'UE».

Cette déclaration de la cheffe de l'exécutif européen vient alimenter la polémique qui enfle depuis que l'UEFA a refusé d'illuminer le stade de Munich aux couleurs arc-en-ciel, en occasion du match Allemagne-Hongrie, prévu ce mercredi.

«Pas un symbole politique»

La ville bavaroise avait demandé la permission d'illuminer l'arène pour protester contre une récente loi hongroise, qui interdit de «promouvoir» l'homosexualité auprès des mineurs. Une déclaration soutenue par 15 Etats européens a appelé la Commission à agir.

Toujours ce mercredi, l'UEFA a défendu sa décision... tout en parant son logo d'un arc-en-ciel sur Twitter. «Pour l'UEFA, l'arc-en-ciel n'est pas un symbole politique, mais le signe de notre ferme engagement pour une société plus diverse et inclusive», affirme l'organisation. (ats/asi)

Plus d'articles sur la communauté LGBTQIA+

Privée de stade arc-en-ciel, Munich va se pavoiser aux couleurs LGBT

Link zum Artikel

Courageux et touchants: huit coming out qui ont marqué le sport suisse

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le mois des fiertés LGBTQ commence aujourd'hui

Link zum Artikel

La Hongrie interdit de «promouvoir» l'homosexualité auprès des mineurs

Link zum Artikel

Deux femmes transgenres condamnées pour «tentative d'homosexualité»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Sofagate: «Je ne permettrai pas qu'une telle situation se reproduise»

Charles Michel, président du Conseil européen, avait tenté vainement à plusieurs reprises de contacter Ursula von der Leyen. Lundi, il y est parvenu et la dame lui a remis les pendules à l'heure.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a reçu lundi le président du Conseil européen Charles Michel pour la première fois depuis l'incident du «Sofagate» à Ankara. Elle l'a averti qu'elle «ne permettra pas qu'une telle situation se reproduise».

«Les présidents von der Leyen et Michel ont tenu leur réunion hebdomadaire habituelle et ont discuté d'une série de questions d'actualité», a expliqué le porte-parole de la Commission européenne à l'issue de la rencontre.

L'entretien …

Lire l’article
Link zum Artikel