DE | FR

L'ex-juge brésilien Sergio Moro confirmé partial envers Lula

A Worker Party member shows his support during a demonstration outside the Supreme Court while holding on to a banner featuring Brazil's former President Luiz Inacio Lula da Silva, in Brasilia, Brazil, Tuesday, March 9, 2021. A top judge has thrown out both corruption convictions of the former president, opening the way for a possible battle against conservative incumbent Jair Bolsonaro in next year’s elections. (AP Photo/Eraldo Peres)

La partialité du juge donne raison à Lula quant à ses suspicions d'un complot visant à l'écarter de la course électorale de 2018. Image: sda

La Cour suprême du Brésil réunie en session plénière a confirmé jeudi 22 avril la décision de sa deuxième chambre déclarant l'ex-juge Sergio Moro de «partial» dans le procès pour corruption qui avait conduit l'ex-président Lula en prison.



Une victoire de plus pour Lula, et un revers de médaille pour Bolsonaro. La Cour suprême conforte ainsi sa décision prise le 15 avril, également en séance plénière, confirmant l'annulation des condamnations de l'ex-président de gauche (2003-2010), le rendant éligible pour la présidentielle de 2022.

«C'est une victoire du droit sur l'arbitraire. Il s'agit du rétablissement d'une procédure régulière et de la crédibilité du système judiciaire au Brésil»

Les avocats de Lula une fois la majorité des 11 juges acquise

Bien que le débat ait tourné autour de questions techniques et non de la partialité de Sergio Moro, cette décision renforce encore le discours de l'ancien président de gauche (2003-2010). Lula se dit victime d'un complot visant à l'écarter de la course électorale de 2018 dont il faisait figure de favori. Une élection finalement remportée par le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro.

«C'est une victoire de la loi sur l'arbitrage. C'est le rétablissement d'une procédure légale régulière et la crédibilité du pouvoir judiciaire au Brésil.» Lula

La décision de la plus haute juridiction du Brésil est aussi une défaite cuisante pour «Lavage express», plus grande enquête anticorruption de l'Histoire du pays, dont le juge Moro était la figure de proue. Son impartialité avait été mise en doute quand il avait accepté fin 2018 de devenir le ministre de la Justice de Jair Bolsonaro. Il avait démissionné avec fracas il y a un an, dénonçant des ingérences du président.

L'enquête «Lavage express» avait ensuite été encore discréditée par la révélation d'échanges de messages par le site The Intercept Brasil, montrant une collusion entre les procureurs et le juge Moro.

18 mois de réclusion

Le principal fait d'arme de ce magistrat avait été la condamnation de Lula en première instance en juillet 2017. L'ex-président était accusé d'avoir reçu un triplex en bord de mer en l'échange de faveurs dans l'attribution de marchés publics.

Après avoir été condamné en appel, Lula avait purgé 18 mois de réclusion d'avril 2018 à novembre 2019, avant d'être libéré sur une autre décision de la Cour suprême. (ga/afp)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le juge qui a condamné le président brésilien Lula déclaré «partial»

Le principal fait d'armes de ce magistrat avait été la condamnation de Lula pour corruption... avant de devenir ministre de la Justice de de l'actuel président brésilien, Jair Bolsonaro.

Le juge Sergio Moro, à l'origine de la première condamnation de Luiz Inacio Lula da Silva pour corruption, a été déclaré «partial». La décision a été prise mardi 23 mars, par trois voix à deux, à la Cour suprême du Brésil. Une nouvelle victoire judiciaire pour l'ex-président de gauche.

Lula, 75 ans, avait déjà vu l'ensemble de ses condamnations annulées pour vice de forme par un juge de cette même Cour suprême il y a deux semaines. Il redevient ainsi éligible pour affronter le président …

Lire l’article
Link zum Artikel