International
Amérique du sud

41 morts dans un affrontement dans une prison de femmes

41 morts dans un affrontement au sein d'une prison de femmes

Un affrontement entre bandes rivales a fait au moins 41 morts mardi dans une prison pour femmes proche de la capitale hondurienne, a annoncé la police.
20.06.2023, 22:3621.06.2023, 06:41
Plus de «International»

Un affrontement entre bandes rivales a fait au moins 41 morts mardi dans une prison pour femmes proche de la capitale hondurienne, a annoncé la police.

Au moins «41 personnes sont mortes», selon une première estimation, dans une rixe survenue dans cette prison située à 25 km au nord de la capitale Tegucigalpa, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la police, Edgardo Barahona.

La vice-ministre de la Sécurité Julissa Villanueva a annoncé sur Twitter une «situation d'urgence», dénonçant des «actes de vandalisme».

La présidente des familles des détenues, Delma Ordoñez, a indiqué aux médias locaux que les membres d'un groupe de femmes avaient mis le feu à la cellule d'une bande rivale.

Le bâtiment où les victimes ont péri «est complètement détruit, il a été réduit en cendres», a-t-elle assuré, précisant que la prison comptait quelque 900 femmes.

En 2020 déjà, six femmes avaient été tuées par des membres de gangs dans une prison.

De nombreux membres de la police et de l'armée ont été déployés aux abords de la prison où se pressaient également de proches des détenus en quête d'informations, a constaté un journaliste de l'AFP. (ats/afp/svp)

Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les soldats de Poutine ont de la peine à se comprendre
L'armée russe recrute des mercenaires étrangers pour soutenir sa guerre en Ukraine. Mais les barrières linguistiques compliquent leur efficacité et donnent lieu à des situations étonnantes.

Pour continuer à progresser en Ukraine, l'armée russe utilise de plus en plus de mercenaires étrangers. Promettant de gros salaires et la citoyenneté russe, le Kremlin a notamment recruté de nombreux Népalais. Grâce aux réseaux des mercenaires de Wagner, de plus en plus d'Africains arrivent aussi sur le front. Mais ces nouvelles troupes semblent davantage lutter contre les barrières linguistiques que contre l'Ukraine.

L’article