DE | FR
Le président français Emmanuel Macron accueille la vice-présidente Kamala Harris avant la cérémonie marquant le 103<sup>e </sup>anniversaire de l'Armistice.
Le président français Emmanuel Macron accueille la vice-présidente Kamala Harris avant la cérémonie marquant le 103e anniversaire de l'Armistice.Image: sda
Analyse

La visite de Kamala Harris à l'Elysée fut un énorme flop

Cette rencontre entre la vice-présidente américaine et le président français est passée inaperçue malgré le profil atypique de la vice-présidente américaine et la multiplication de ses apparitions.
12.11.2021, 05:2012.11.2021, 09:31

Un dîner à huis clos, aucune interview dans les médias locaux et des événements essentiellement formels: la visite de Kamala Harris à Paris était censée la lancer sur la scène internationale, mais elle a offert à la vice-présidente des Etats-Unis peu d'occasions d'entrer en contact avec les Français. En d'autres termes, un flop.

Elle a pourtant tout essayé

Lors de la cérémonie d'ouverture du Forum de Paris sur la paix, jeudi, la numéro deux de la Maison-Blanche a évoqué sa mère, Shyamala Gopalan Harris, qui a mené des recherches sur le cancer du sein avec des scientifiques de l'institut médical Pasteur. Une touche personnelle rare, lors d'une visite pourtant ultra millimétrée.

Trois jours après le début de son séjour – qui en comptait cinq – en France, la visite de la vice-présidente n'a pas suscité le même intérêt populaire ou médiatique que les visites précédentes des ex-présidents américains, Barack Obama ou Donald Trump, comme l'analyse Politico.

Une couverture médiatique minimale

Il est vrai que les vice-présidents ne bénéficient pas de la même attention, ni même de la même aura, que les présidents. Mais le profil unique de la première femme et première vice-présidente noire et indienne, aurait pu susciter davantage de curiosité de la part des médias français. Que nenni!

La couverture a été réglée au minimum pour Harris. Sa rencontre avec Emmanuel Macron, mercredi soir, n'a pas fait l'objet d'un intérêt important dans les journaux télévisés et sa présence à la commémoration du jour de l'Armistice a été mentionnée timidement dans quelques quotidiens parisiens.

Un faux accent français

Cependant, le locataire de l'Elysée a chaleureusement salué Kamala Harris à son arrivée à l'Arc de Triomphe, où elle se trouvait avec des officiels français pour la cérémonie. La ministre française de la citoyenneté, Marlène Schiappa, l'a remerciée de sa présence dans un tweet, et la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, qui est elle-même candidate aux prochaines élections françaises, a également rendu hommage à la vice-présidente américaine.

En guise de réponse, le discours de la probable future candidate à la présidentielle américaine est tombé un peu à plat, n'offrant que peu de solutions concrètes ou de propositions nouvelles pour lutter contre les inégalités.

Pourtant, c'est lors d'un autre discours qu'elle s'est faite remarquer. Elle se trouvait alors face à des scientifiques et Kamal Harris aurait usé d'un faux accent... français.

Peut-être que sa prochaine visite internationale se passera un peu mieux. En tout cas, c'est tout ce qu'on lui souhaite.

Rien à voir, mais puisqu'on parle des Etats-Unis: c'est quoi le métaverse?

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Hillary Clinton pourrait-elle être candidate en 2024 face à Trump?

Link zum Artikel

Le président de Credit Suisse pensait être au-dessus des règles Covid-19

Link zum Artikel

Il ne manquait plus qu'un restaurant NFT à New York, le voici

Link zum Artikel

Les îles Tonga sont coupées du monde réel et virtuel à cause d'un volcan

Link zum Artikel
La situation en Ukraine fait craindre le pire à Ignazio Cassis
Le président de la Confédération, Ignazio Cassis, est inquiet de la menace d'une détérioration de la situation en Ukraine. Il l'a fait savoir ce vendredi, au terme d'une rencontre capitale entre Etats-Unis et Russie à Genève.

Ignazio Cassis est inquiet concernant la situation en Ukraine. En pleine pandémie, «il serait désastreux pour l'Europe et pour le monde qu'une nouvelle crise prenne le dessus», s'est-il exprimé vendredi.

L’article