International
Analyse

Sanna Marin «regrette» qu'on l'ait vue danser. Vraiment?

Sanna Marin «regrette» qu'on l'ait vue danser. Vraiment?

Peut-on vraiment prendre des décisions importantes le jour et du plaisir la nuit? C'est la question que toute la planète se pose depuis une semaine concernant Sanna Marin, première ministre finlandaise.Image: capture d'écran
Analyse
Si les folichonneries rock'n'roll de la première ministre finlandaise ont pu décoiffer ennemis politiques et internautes, c'est d'abord parce qu'un téléphone portable a capturé l'instant et que des «amis proches» l'ont publié. Excès de confiance ou de transparence politique? «Un peu des deux», nous assure un expert de la communication.
25.08.2022, 18:3225.08.2022, 18:44
Suivez-moi
Plus de «International»

Cet été, la première ministre finlandaise Sanna Marin a festoyé dans une ambiance survoltée et des faisceaux violets. Une story Instagram de ce banal lâcher-prise a, depuis, fait trois fois le tour du globe. Dans l'ordre, les critiques, les cris de soutien et les interrogations politico-socio-philosophiques ont fusé. Une première ministre a-t-elle le droit de danser? N'est-ce pas là une preuve formelle de son incompétence? Etait-elle ivre? En vacances? A-t-elle sniffé de la coke? La sécurité nationale a-t-elle été compromise entre deux cosmopolitan?

Peut-on vraiment prendre des décisions importantes le jour et du plaisir la nuit?

Vidéo: watson

Mardi, alors que la polémique ceinturant cette vidéo commençait tout juste à perdre de sa vigueur, rebelote. Une photo de baiser fougueux et topless entre deux femmes s'invite dans les médias finlandais. La scène s'est déroulée en juillet dans la résidence privée de la première ministre. Cette fois, les plates excuses ont devancé (de peu) les grasses critiques.

Depuis, l'opinion publique lui témoigne (ou non) de l'amour fou. Mais il convient de constater que les compétences politiques de la première ministre finlandaise sont reléguées au second plan: les grincheux se vautrent volontiers dans des saillies sexistes et les aficionados ont dansé, eux aussi, pour rappeler que tout le monde avait le droit de danser.

La Finlande n'aime pas les scandales

Pour bon nombre de médias locaux, c'est le dépistage volontaire de drogue qui a hissé le sujet au sommet de l'actualité. Il faut dire que dans le paysage politique finlandais, le niveau de tolérance de ce que l'on peut appeler «des frasques», est historiquement assez bas.

«Les opposants font souvent des montagnes pour rien. Comme lorsqu'un ancien premier ministre a été photographié en shorts»

«La Finlande devrait être reconnaissante pour les scandales qu'elle a!», avait ironisé la star cathodique américaine Trevor Noah, vendredi dernier, pour dire à quel point le nord de l'Europe semblait être particulièrement «lisse et ennuyeux».

Helsinki n'est donc pas Palm Beach. Sanna Marin n'a pas encore reçu le FBI, chez elle, à l'aube, pour une sombre histoire de sécurité nucléaire mondiale. Rappelons qu'en 2021, la première ministre avait scandalisé par-delà les fjords avec les petits-déjeuners de ses enfants supposément «financés par l’argent public». Un «aamiaisgate» vu comme «une tempête dans un verre d’eau vue de l’étranger», comme disait Le monde, mais qui avait fortement chahuté la campagne des élections municipales.

Le revers de la franchise

Or, le véritable point commun entre les deux affaires qui éblouissent Sanna Marin depuis une semaine s'est un peu planqué sous le radar, dès les premiers bruissements de la polémique:

Les regrets publics de la principale intéressée:

«Je suis attristée que ça se soit propagé et ait été distribué»

Pour quelle(s) raison(s) ces deux moments, qui ne regardent personne, ont-ils pu se frayer un chemin aussi fluide jusqu'à tout le monde? Car, dans les deux cas, ce ne sont pas des instants volés à la vigilance de la première ministre. Dans les deux cas, Sanna Marin savait que des téléphones capturaient des moments de joie. Dans les deux cas, ce sont des proches de l'élue qui avaient la phalange sur le déclencheur. Et, enfin, dans les deux cas, ces mêmes «personnes de confiance» ont décidé de les rendre public. «J'avais suffisamment confiance en mes amis. Je ne pensais pas que ces fichiers allaient être publiés. Mais mes amis resteront malgré tout mes amis», avait déclaré Sanna Marin, devant les micros du monde il y a quelques jours.

Excès de confiance ou de naïveté? Stratégie de communication volontaire? Tout ce que l'on sait, c'est qu'on ne sait pas grand-chose. Si ce n'est que Sanna Marin fait désormais crépiter nos flux d'actualité à une cadence effrénée et qu'elle a juré, en conférence de presse mardi, que la diffusion de ces fichiers n'a jamais été le fruit «d'une campagne marketing délibérée». En rappelant d'ailleurs une nouvelle fois qu'elle pensait «sincèrement» se lâcher dans un espace «suffisamment sûr» pour ne pas avoir à craindre de fâcheuses fuites.

Elle a d'ailleurs réitéré ses regrets (en public et en larmes) mercredi:

«La Finlande est un pays qui cultive le sérieux. Je suppose que l'on peut croire Sanna Marin lorsqu'elle dit regretter la diffusion de ces images. Il y a sans doute aussi un peu de naïveté dans la confiance que cette femme politique de premier plan a témoigné à ses amis cette fameuse nuit.»
Alexandre Eyries, enseignant-chercheur HDR en sciences de l'information et de la communication, à l'International management school Geneva (IMSG)
«Tout le monde a droit à une vie privée. Mais lorsque l'on porte autant de responsabilités sur ses épaules, plus rien ne doit être laissé au hasard»

D'autant que Sanna Marin est dans l’œil du cyclone depuis le début de l'agression russe en Ukraine. Saluée à l'époque pour sa gestion de la pandémie, elle a fait une entrée fracassante sur la table géopolitique mondiale en s'opposant fermement au «voisin» Vladimir Poutine et en gérant d'une main de fer la candidature de son pays à l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan).

La reine des réseaux sociaux s'est fait avoir

Depuis son ascension au sommet du gouvernement finlandais, le 10 décembre 2019, la politicienne a plus d'une fois martelé sa volonté de bousculer le paysage politique nordique. De prouver qu'un élu est un citoyen comme un autre. De jongler avec la transparence, la franchise, la provoc' et le dynamisme de son époque. «Je pense qu'elle s'est fait avoir sur son propre terrain: les réseaux sociaux. Un outil qui l'a aidée à façonner son succès et sa crédibilité, mais qui s'est, cette fois du moins, retourné contre elle», analyse Alexandre Eyries.

«Sanna Marin a sans doute été naïve avec ces images, mais elle semble transformer aujourd'hui cette erreur de jeunesse en outil politique»
Alexandre Eyries, enseignant-chercheur l'IMSG

Reste que le SDP, parti démocrate dont Sanna Marn est présidente, est une formation politique qui draine encore aujourd'hui des partisans autrement moins jeunes et décomplexés. Et, dans ses rangs, les gros titres qui brossent la vie nocturne de la cheffe du gouvernement, depuis son élection, commencent à agacer.

«Il y a de bonnes raisons de s'inquiéter des priorités de notre cheffe. Il est extrêmement important de parler également à nos anciens partisans. La Finlande est encore un pays relativement conservateur, surtout en dehors de sa capitale», confessait un démocrate finlandais influent dans le journal Helsingin sanomat.

Elles dansent pour Sanna Marin, la ministre qui a osé faire la fête

Vidéo: watson

Ces prochaines semaines, la question sera peut-être moins de savoir si «la première ministre la plus cool du monde» a le droit de danser (elle l'a), mais sur quel pied elle le fera. Pour continuer à fédérer politiquement la nouvelle génération de Finlandais, mais surtout en évitant de froisser définitivement les électeurs plus prudes de son parti. (Encore nombreux.)

Les élections parlementaires finlandaises se dérouleront en avril 2023.

Sanna Marin, première ministre finlandaise, critiquée pour la vidéo d’une soirée
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Série inquiétante de disparitions de touristes en Grèce
Huit touristes ont disparu ces derniers jours lors de randonnées en Grèce. Cinq d'entre eux ont été retrouvés morts, dont un présentateur de télévision britannique. Que se passe-t-il?

Pendant six jours, les sauveteurs ont passé au crible la petite île de Symi, en mer Egée, pour retrouver Michael Mosley. Ils ont utilisé des chiens renifleurs, des hélicoptères et des drones. C'est alors qu'une équipe de télévision a découvert le corps du médecin et présentateur de télévision de 67 ans depuis un canot pneumatique sur la rive. L'éminent Britannique, en vacances sur l'île, s'était vraisemblablement égaré lors d'une randonnée et s'était effondré.

L’article