stratus fréquent-1°
DE | FR
International
Analyse

Donald Trump: voici pourquoi son homme de main dort très mal

Toujours sans veste, mais toujours avec une cravate jaune: Jim Jordan.
Toujours sans veste, mais toujours avec une cravate jaune: Jim Jordan.Image: keystone
Analyse

L'homme de main de Trump dort très mal et on vous explique pourquoi

Le député de l'Ohio Jim Jordan a été l'un des instigateurs de l'assaut contre le Capitole. Son action montre à quel point une réforme des lois électorales est devenue importante.
16.12.2021, 21:0216.12.2021, 21:10
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Suivez-moi

Richard Donoghue était ministre adjoint de la justice dans les dernières semaines du mandat de Donald Trump. Il a reçu de nombreux appels téléphoniques évoquant des théories du complot les plus absurdes concernant de prétendues manipulations électorales.

Malheureusement, il n'y avait aucune preuve de fraude électorale. William Barr, le ministre de la justice, avait déjà démissionné pour cette raison. Mais le président n'a pas baissé les bras. «Dites simplement que les élections ont été corrompues - et laissez-moi gérer le reste avec les députés républicains», a déclaré Trump à Donoghue, impassible.

L'ancien chef de cabinet de Trump, Mark Meadow, a remis près de 9000 documents à la commission chargée d'enquêter sur les événements du 6 janvier. Grâce à eux, nous savons désormais de quels députés du Grand Old Party (GOP) Trump parlait. Il s'agissait de Rick Scott de Pennsylvanie, Andy Biggs et Paul Gosar d'Arizona, Louie Gohmert du Texas et Mo Brooks d'Alabama.

FILE - White House chief of staff Mark Meadows speaks with reporters outside the White House, Oct. 26, 2020, in Washington. The House panel investigating the Jan. 6 Capitol insurrection says it has
L'ex-chef d'état-major Mark MeadowsBild: keystone

Cette bande hétéroclite était menée par Jim Jordan, un député de l'Ohio. Sa marque de fabrique? Une cravate jaune et le fait qu'il ne porte presque jamais de veste. Il parle comme une mitraillette, un talent qu'il a pu largement mettre en avant lors de la première procédure d'impeachment.

Jordan n'est pas non plus exempt de scandales. L'ancien lutteur est accusé d'avoir couvert les abus sexuels d'un médecin de son équipe universitaire.

Enfin, Jordan est également membre du House Freedom Caucus, un club au sein du GOP qui réunit les plus conservateurs des conservateurs. Le député de l'Ohio n'a pas seulement été le loup-garou des fans hardcore de Trump. Il semble également être l'un des instigateurs d'un complot visant à le maintenir au pouvoir malgré sa défaite électorale.

En effet, parmi les documents fournis par Meadows, on trouve un SMS disant:

«Le 6 janvier 2021, le vice-président Mike Pence devrait, en tant que président du Sénat, invalider tous les votes des électeurs qu'il juge inconstitutionnels - conformément aux directives du père fondateur Alexander Hamilton et aux précédents juridiques.»
Rep. Liz Cheney, R-Wyo., listens during the House Armed Services Committee hearing on the conclusion of military operations in Afghanistan, Wednesday, Sept. 29, 2021, on Capitol Hill in Washington. (O ...
Rejetée par son parti: Liz Cheneyimage: keystone

Après une longue hésitation, Jordan a reconnu que ce SMS venait de lui. Son hésitation est compréhensible, car Jordan s'est peut-être rendu coupable d'une infraction pénale. Avec ce message texte, il rejoint la troupe de ceux qui ont activement planifié un coup d'Etat: remplacer les électeurs légitimement élus par ceux qui devaient être désignés par les parlements des swingstates dominés par les républicains. C'était en effet le plan de Trump et de ses conspirateurs.

«C'est vous qui avez fait ça, putain»

Il apparaît de plus en plus clairement que des députés du GOP ont également participé activement à l'organisation des événements du 6 janvier. Jordan en était la tête pensante. L'une d'entre elles l'avait au moins pressenti: Liz Cheney. La députée, entre-temps rejetée par son propre parti, a repoussé Jordan lorsqu'il a voulu l'accompagner en sécurité pendant la tempête. «Fous le camp», aurait-elle lancé au visage de Jordan. «C'est vous qui avez fait ça, putain». ("You fucking did this.")

Le 6 janvier, la démocratie américaine a échappé de justesse à un désastre. Grâce aux révélations de la commission, cette prise de conscience s'impose peu à peu, ainsi que celle de l'urgence d'y remédier. L'assaut du Capitole n'était que le début de la tentative des républicains de saper les institutions démocratiques et de manipuler le système de telle sorte qu'ils gagnent facilement, même s'ils n'obtiennent qu'une minorité de voix.

Pour éviter cela, il faudrait renforcer le Voting Rights Act, qui date de 1965. Cette loi a permis à l'époque d'accorder et de garantir aux Noirs un droit de vote illimité au niveau national. En 2013, la Cour suprême a toutefois autorisé les différents Etats à modifier les lois électorales à leur guise.

FILE - In this Feb. 15, 2011, file photo, President Barack Obama presents a 2010 Presidential Medal of Freedom to Rep. John Lewis, D-Ga., during a ceremony in the East Room of the White House in Washi ...
John Lewis est honoré par le président Barack Obama, qui lui remet la Freedom Medal.Bild: AP

Avec la bénédiction de la Cour suprême, c'est exactement ce que les républicains ont commencé à faire dans les Etats qu'ils dominent. Après la défaite de Donald Trump, ils ont encore intensifié ces efforts. Il est donc désormais urgent de rétablir le Voting Rights Act dans sa forme initiale.

Un projet de loi du député John Lewis, aujourd'hui décédé, pourrait y parvenir. Lewis était l'un des plus proches compagnons d'armes de Martin Luther King et un combattant légendaire pour les droits civiques.

Jusqu'à présent, les démocrates ont échoué au Sénat en raison de ce que l'on appelle le filibuster. Celui-ci stipule qu'une majorité simple ne suffit pas pour faire passer une loi. Il faut pour cela 60 voix. Cela signifie que les démocrates ont besoin d'au moins 10 voix républicaines. Dans le climat surchauffé et polarisé de Washington, cela relève de l'impossible.

Les démocrates doivent donc réussir à déjouer le filibuster. Jusqu'à présent, la résistance de leurs propres rangs a fait échouer cette tentative. Les sénateurs démocrates Joe Manchin et Kyrsten Cinema ont catégoriquement refusé d'annuler ce filibuster.

Cela pourrait changer. Le filibuster a en effet été récemment et tacitement abrogé. Afin d'éviter que les Etats-Unis ne deviennent insolvables, les républicains ont accepté d'autoriser une majorité simple afin de pouvoir augmenter le plafond de la dette même sans leurs voix.

Sen. Raphael Warnock, D-Ga., speaks during a news conference after the weekly Democratic policy luncheon on Capitol Hill in Washington, Tuesday, Dec. 7, 2021.(AP Photo/Carolyn Kaster)
Raphael Warnock
Eindrückliche Rede: Senator Raphael Warnock. Bild: keystone

Dans un discours percutant, Raphael Warnock, un sénateur de Géorgie, a donc demandé au Sénat de renouveler cette expérience. Il a posé la question légitime suivante :

«Si nous pouvons ainsi sauver l'économie, pourquoi ne pouvons-nous pas aussi sauver la démocratie?»
Raphael Warnock, sénateur de Géorgie

Cette constatation a fait son chemin jusqu'à la Maison Blanche. Joe Biden est apparemment disposé à mettre de côté la deuxième partie de son programme d'infrastructures au profit de la loi électorale. «Il n'y a rien de plus important en ce moment sur le plan de la politique intérieure que les Voting Rights», a déclaré le président lors de sa visite dans l'Etat du Kentucky dévasté par les tornades.

L'assaut du Capitole en images

1 / 6
L'assaut du Capitole en images
source: epa / michael reynolds
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Attaque meurtrière dans un train en Allemagne
Deux personnes ont été tuées et sept blessées dans une attaque au couteau dans le nord du pays. Les autorités dénoncent «un acte épouvantable contraire à toute humanité».

Au moins deux personnes ont été tuées et sept blessées dans une attaque au couteau dans un train régional reliant Kiel à Hambourg (Allemagne), a indiqué ce mercredi la police. L'auteur présumé, qui aurait entre 20 et 30 ans, a été interpelé en gare de Brokstedt, où le train a été immobilisé. Le motif de l'agression n'est pas encore établi.

L’article