International
Analyse

France: l'opération «il faut éliminer Mélenchon» est lancée

Hard-left leader Jean-Luc Melenchon delivers his speech in his election night headquarters, Sunday, June 19, 2022 in Paris. French President Emmanuel Macron's alliance got the most seats in the f ...
Jean-Luc Mélenchon, Paris, 19 juin 2022.Image: AP
Analyse

L'opération «il faut éliminer Mélenchon» est lancée

Un vif échange entre le président de la principale association juive de France et le leader de La France insoumise à l'occasion de la commémoration de la rafle du Vél d'Hiv, montre à quel point Jean-Luc Mélenchon est devenu le meilleur atout d'une victoire de Marine Le Pen. Pour une partie de la gauche, le temps est venu de le «débrancher» définitivement.
18.07.2023, 17:0719.07.2023, 10:31
Plus de «International»

Avant, à l’approche de la date commémorant la rafle du Vél’ d’Hiv, le 16 juillet 1942, lors de laquelle 13 000 juifs, dont plus de 4000 enfants, furent arrêtés par la police française en vue de leur déportation par l’armée allemande, on s’attendait à quelque saillie de Jean-Marie Le Pen, le chef du parti d’extrême droite Front national (FN).

Aujourd’hui et depuis que le Rassemblement national (RN), successeur du FN, ne verse plus dans la provocation antisémite, la vigilance contre l’antisémitisme politique vaut pour la gauche radicale et Jean-Luc Mélenchon en particulier, le fondateur de La France insoumise (LFI), familier de propos pour le moins ambigus.

«Qu'il le veuille ou non, il est l'allié objectif du RN»

Cette fois-ci, ce n’est pas Jean-Luc Mélenchon qui a attaqué le premier, mais le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). Le 16 juillet, dans un tweet, Yonathan Arfi affirme que:

«Dans le combat contre l’extrême droite, les outrances de Jean-Luc Mélenchon font partie du problème, pas de la solution. En sortant du cadre républicain, qu'il le veuille ou non, il est l'allié objectif du RN»

«Abject. L'extrême droite n'a plus de limite»

Peu après, le chef historique des Insoumis, tombant dans ce qui ressemble à un piège ou cherchant à jouer au plus fin, répond: «Le président du #CRIF utilise la cérémonie à la mémoire des victimes de la rafle des juifs par la police française pour me prendre à partie. Abject. L'extrême droite n'a plus de limite.»

On a bien lu: Jean-Luc Mélenchon assimile le CRIF, la principale association juive de France, à l’extrême droite, autrement dit et par extension, à l’idéologie qui, sous le régime de Vichy, a collaboré à la déportation des juifs. A la suite de quoi, Yonathan Arfi renouvelle son tweet initial, ajoutant un «Je persiste»:

Entre-temps, une pluie de critiques s’est abattue sur Jean-Luc Mélenchon – qui aura rectifié son tweet, ôtant la mention «extrême droite». Seule une poignée d’élus LFI prend sa défense.

Mue chez les Français juifs

Comme on nage dans les sous-entendus, revenons brièvement à ce moment où un électorat juif populaire qui votait traditionnellement à gauche en France a basculé progressivement vers la droite. Cela remonte à la seconde Intifada palestinienne, au début des années 2000. Des Français de confession juive se font alors agresser dans la rue.

Le phénomène de bascule s’accentue lorsque la gauche française identifie dans l’électorat des banlieues, majoritairement d’origine maghrébine et subsaharienne, par ailleurs acquis à la cause palestinienne, un réservoir de voix susceptible de compenser ses pertes dans l'électorat ouvrier gagné par l'abstention ou migrant chez les Le Pen. Les attentats islamistes, pour certains antisémites, achèvent la mue.

Jean-Luc Mélenchon n’a pas fait grand-chose pour éviter cette mutation. Au contraire. En 2021, à un an de l’élection présidentielle, il insinue que les assassinats perpétrés par Mohamed Merah en mars 2012 à Toulouse contre des juifs sont, comme d’autres faits graves, une machination visant à «montrer du doigt les musulmans». 👇

Ce faisant, Jean-Luc Mélenchon aura contribué à pousser les juifs de France dans les bras de la droite et de l’extrême droite. S’appuyant sur un nombre de musulmans en France largement supérieur à celui des juifs, jouant dangereusement du conflit israélo-palestinien, il a, comme d'autres, alimenté les ressentiments.

Non seulement Marine Le Pen, mais plus radical qu’elle encore, Eric Zemmour, juif lui-même et reprenant à son compte la théorie du grand remplacement, ont bénéficié de «voix juives» à la dernière présidentielle.

Sauf que le CRIF avait alors appelé les juifs de France à ne pas donner une seule voix à Le Pen ou à Zemmour. Et ces derniers jours, son président réitère son refus de voir le RN accéder au pouvoir, accusant LFI et son chef Mélenchon de lui servir de marchepied. 👇

Mais, pour se débarrasser de Mélenchon, il faudra plus que les accusations du CRIF, jugées orientées, intéressées. Il faudra que l’estocade vienne des rangs de la gauche. Plus précisément, de médias identifiés comme étant de ce bord politique, avec toutes les nuances requises. Il semble bien que l’opération «il faut éliminer le leader Mélenchon du paysage progressiste» ait commencé, avec les mêmes arguments que ceux employés ces jours-ci par le président du CRIF: Mélenchon fait monter Marine Le Pen.

Début mai, au sortir de la crise des retraites, Le Monde écrivait, dans un éditorial usant d’un conditionnel de pure forme:

«Si Jean-Luc Mélenchon devient, par ses excès, l’un de ceux qui fournissent du carburant à la présidente du groupe Rassemblement national à l’Assemblée, c’est la gauche tout entière qui se trouvera embarquée dans le naufrage»
Le Monde, 3 mai 2023

Affectant des positionnements de gauche radicale, Libération donne parfois l’impression de flirter avec la ligne LFI. Parfois, pas tout le temps. En décembre 2022, le quotidien progressiste astiquait le lider maximo Insoumis:

«Jean-Luc Mélenchon voulait la rupture et le chaos, il les a obtenus. Pas sûr encore que cela tourne à son avantage»
Libération, 22 décembre 2022

Suite à son tweet où il compare le CRIF à l’extrême droite, Libération s'est contenté de recenser les réactions à gauche dénonçant le procédé oratoire de Mélenchon. Cela dit, l’article est surmonté d’une «manchette» qui vaut jugement moral:

«Quelle indignité»
Libération, 17 juillet 2023

Pourquoi est-il si important que les grands médias de gauche que sont Le Monde et Libération rompent explicitement avec Mélenchon? Parce qu’ils sont des vecteurs de légitimité. S’ils l’«enterrent», ce n’est pas ce qu’il reste de presse de gauche qui parviendra à lui donner une stature d’homme qui compte.

Toute la question est de savoir à quel moment il convient de le bannir, de le traiter, en quelque sorte, comme Marine Le Pen

Tous les regards dirigés sur le prochain second tour

L'enjeu majeur, c'est le second tour de la prochaine présidentielle. Il n'est plus du tout certain, du moins aujourd'hui, qu'une force de gauche emmenée par un Mélenchon populiste, arrivée troisième au premier tour, puisse empêcher, ou même le vouloir, l'élection de la candidate RN face à un candidat de droite ou de centre droit dans la lignée d'un Macron.

Et il est à peu près certain qu'un second tour Le Pen-Mélenchon profiterait à la première. D'où l'urgence, dans les rangs de la gauche dite républicaine, de faire émerger une personnalité dont on pourra s'assurer de la bonne conduite dans l'entre-deux-tours. Pour éviter la catastrophe jusqu'ici évitée: la victoire de Marine Le Pen.

TPMP: Mélenchon règle ses comptes avec Hanouna
Video: twitter
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Ce qu'il est arrivé à la chaussure de Trump après son évacuation
Dans les secondes qui suivent la tentative d'assassinat de Donald Trump, l'ex-président américain a égaré une chaussure. Il ne l'a pas retrouvée.

Il est 18h12 tapantes à Butler, ce samedi soir, lorsque l'ancien président en campagne est interrompu en plein discours par une salve de coups de feu. Une balle lui perce le haut de l'oreille droite. Des hurlements déchirent l'air chaud. En quelques centièmes de seconde, une nuée d'agents du Secret Service fond sur la scène et l'ex-président pour le protéger.

L’article