ciel couvert
DE | FR
International
Animaux

Pour la SPA, il faut dire non aux animaux offerts comme cadeaux

Le phénomène de l'«animal cadeau» n'est pas seulement occasionné par les acquéreurs. La Société protectrice des animaux (SPA) pointe également du doigt les animaleries.
Le phénomène de l'«animal cadeau» n'est pas seulement occasionné par les acquéreurs. La Société protectrice des animaux (SPA) pointe également du doigt les animaleries.Image: Shutterstock

Des animaux comme cadeaux de Noël? La tendance qui inquiète la SPA

Des animaux au pied du sapin, la pratique est de plus en plus prisée. Elle se révèle pourtant loin d'être une bonne idée, comme le souligne la Société protectrice des animaux (SPA) qui redoute des abandons en masse une fois l'effervescence des Fêtes passée.
24.12.2021, 12:4224.12.2021, 16:26

On appelle ça le phénomène de l'«animal cadeau». Cette habitude à offrir une bête à autrui, comme on offrirait un sac ou un tout autre objet non essentiel. Entretenu avec CNEWS le vendredi 24 décembre, Jacques-Charles Fombonne, président de la SPA a, en effet, déploré «une mauvaise idée, qui participe à de l’achat compulsif». Pour lui, «tout peut bien se dérouler pour l'acquéreur, jusqu’à ce qu’il s’aperçoive, par exemple, qu’il n’a pas assez d’argent pour l’entretenir».

«Marchandisation» des animaux

En cette fin d’année 2021, avec l’arrivée des fêtes, la SPA craint une forte hausse du nombre d’abandons liés à cette pratique. L'an dernier, à la même période, l'association avait dénombré plus de 5 500 chats délaissés par leur maître une fois la magie des Fêtes retombées, rapporte Actu Lyon.

«L'animal est considéré comme un objet, alors que le Code civil stipule qu’il est un être doué de sensibilité»
SPAcnews

Mais le phénomène de l'animal cadeau n'est pas seulement occasionné par les acquéreurs. La SPA pointe également du doigt les animaleries. Lesquelles, selon l'association toujours en entretien avec CNEWS, facilitent l'accès à ces bêtes en recherche de famille et normalisent une «marchandisation» de ceux-ci.

5 erreurs à ne plus faire

Pour lutter contre ces abandons intempestifs, l'association - ayant recueilli près de 46 000 animaux entre 2019 et 2021- appelle les acquéreurs à une démarche dite «essentielle»: l'adoption responsable. La méthode consiste à impliquer toute la famille qui désire acquérir un animal de compagnie. Laquelle est ensuite soumise à une série de questions posées par la SPA afin d'évaluer son engagement.

Les acquéreurs doivent également dévoiler leurs conditions de vie, telles que la surface de leur habitation, leurs horaires de travail ou encore s’ils ont déjà eu des animaux auparavant. A cela, sur son site internet, la SPA rappelle cinq erreurs à ne pas commettre avant l'adoption d'un animal:

  • Adopter sur un coup de tête;
  • Sous-estimer ses responsabilités;
  • Imposer un animal aux membres de sa famille;
  • Se précipiter pour adopter;
  • Choisir un animal qui ne correspond pas au lieu d'habitation du maître.

«Cela permet de faire en sorte que la vie que va donner le maître à son animal soit compatible avec ses besoins physiologiques», conclut la SPA.

La démarche semble d'ailleurs porter ses fruits. Comme le rappelle la chaîne d'informations française, sur les trois dernières années, l’association est parvenue à faire adopter 42 000 animaux, tout en dénonçant les abandons, toujours plus nombreux. (mndl)

Notre rubrique «Pile-poil» vous explique plus précisément pourquoi ce phénomène est un problème

Rhubarbe, le chien qui adore la moto

1 / 10
Rhubarbe, le chien qui adore la moto
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Cette biche est une star sur Tiktok et la neige n'y est pas pour rien

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Norvège mobilise son fond souverain pour Kiev ++ Lavrov lance un avertissement
Suivez en direct les dernières infos sur la guerre en Ukraine et ses implications en Suisse et dans le monde.
L’article