International
Art

Berlinale 2024 : l’Ours d’or va au documentaire «Dahomey» de Mati Diop

L'Ours d'or de la Berlinale va au documentaire «Dahomey» de Mati Diop

La Berlinale a sacré samedi une réalisatrice franco-sénégalaise, Mati Diop, pour son documentaire «Dahomey» qui porte sur la question de la restitution par les anciennes puissances coloniales d'oeuvres d'art volées en Afrique.
24.02.2024, 22:5525.02.2024, 10:07
Plus de «International»
epa11179164 Mati Diop poses with her Golden Bear for Best Film for ?Dahomey? after the award ceremony during the 74th Berlin International Film Festival 'Berlinale' in Berlin, Germany, 24 Fe ...
Illustration de Mati Diop à la Berlinale.Keystone

La Berlinale a sacré samedi une réalisatrice franco-sénégalaise de 41 ans, Mati Diop, pour son documentaire «Dahomey». Ce film porte sur la question brûlante de la restitution par les anciennes puissances coloniales d'oeuvres d'art volées en Afrique.

En récompensant un film qui aborde frontalement la question post-coloniale, le jury présidé par l'actrice mexicano-kényane Lupita Nyong'o, première personnalité noire à occuper ce poste prestigieux, est resté fidèle à la tradition politique de ce festival. Mati Diop a déclaré, en recevant son prix, après avoir cité l'intellectuel martiniquais Aimé Césaire :

«Nous pouvons soit oublier le passé, une charge désagréable qui nous empêche d'évoluer, ou nous pouvons en prendre la responsabilité, l'utiliser pour avancer.»

La coproduction italo-helvétique «Gloria!» de la jeune actrice et chanteuse italienne Margherita Vicario, également en lice pour la prestigieuse distinction, n'a pas été primé.

«Refuser d'oublier»

«En tant que Franco-Sénégalaise, cinéaste afrodescendante, j'ai choisi d'être de ceux qui refusent d'oublier, qui refusent l'amnésie comme méthode», a-t-elle poursuivi.

«Dahomey» raconte la restitution en novembre 2021 au Bénin de 26 oeuvres pillées en 1892 par les troupes coloniales françaises. Un mouvement amorcé ces cinq dernières années par les anciennes puissances occidentales, dont la France, l'Allemagne et la Belgique.

Mati Diop, fille du musicien sénégalais Wasis Diop, et d'une mère travaillant dans l'art, qui est née et a grandi à Paris, avait déjà remporté à Cannes en 2019 pour «Atlantique» le Grand prix, la plus haute distinction après la Palme d'Or. La réalisatrice a confié à l'AFP qu'elle aimerait que son film soit «vu dans un maximum de pays africains», «dans les écoles et les universités».

Il s'agit du deuxième film africain à recevoir l'Ours d'or (après le sud-africain «U-Carmen e-Khayelitsha» («Carmen de Khayelitsha») de Mark Dornford-May en 2005). Mati Diop succède au Français Nicolas Philibert, Ours d'or l'an dernier.

Elle ajoute son nom à une jeune garde de réalisatrices françaises qui cumulent les prix majeurs ces dernières années: Julia Ducournau (Palme d'Or à Cannes en 2021), Audrey Diwan (Lion d'or à Venise la même année), Alice Diop (deux prix à Venise en 2022) et bien sûr Justine Triet, qui vient de dominer les César après avoir remporté la Palme d'Or l'an dernier à Cannes et est en lice pour les Oscars.

Du quai Branly à Cotonou

Pour raconter l'histoire de 26 oeuvres pillées en 1892 par les troupes coloniales françaises au royaume du Dahomey, dans le centre-sud du Bénin actuel, composé alors de plusieurs royaumes, Mati Diop fait parler en voix off la statue anthropomorphe du roi Ghézo.

Dans la langue du Bénin, le fon, il se plaint de ne plus porter de nom, seulement un numéro, «le 26», dans les réserves du musée du quai Branly à Paris. Il décrit son arrachement à sa terre, sa vie en exil, puis son récent rapatriement dans un musée de Cotonou, la capitale du Bénin.

Les présidents français Emmanuel Macron et béninois Patrice Talon, à l'origine de cette restitution qui a eu lieu le 10 novembre 2021, n'apparaissent pas dans le film. La réalisatrice insiste sur le fait que seules ces 26 oeuvres avaient été rendues «par rapport aux 7000 oeuvres encore captives au musée du quai Branly» à Paris. (lal/ats)

Dakota Johnson est très drôle en interview
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment la tactique du «hachoir à viande» a décimé l'armée russe
La deuxième année de guerre a été plus meurtrière que la première pour Moscou, selon de nouveaux chiffres. Les soldats professionnels ont progressivement été remplacés par des civils peu entraînés, principalement des détenus, envoyés en «vagues humaines» contre l'ennemi.

Lundi dernier, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé dans une interview que ses forces peinent désormais à se défendre efficacement contre les attaques terrestres menées par les Russes. En cause, la pénurie de munitions qui frappe actuellement l'armée de Kiev.

L’article